La victime du violeur Brock Turner raconte son histoire

La jeune femme qui a été violée derrière une poubelle par Brock Turner révèle son identité et prend la parole pour la 1ère fois.

La victime du violeur Brock Turner raconte son histoireChanel Miller sur CBS / Brock Turner en état d'arrestation

Janvier 2015. Un campus de l’université de Stanford, aux États-Unis. Brock Turner, 20 ans, viole une femme derrière une benne à ordures.

Le procès de Brock Turner, « le violeur de Stanford », est devenu un cas d’école de la culture du viol. Il n’a été condamné qu’à 6 mois de prison, et a été libéré au bout de 3 mois seulement.

À la barre, sa victime lui avait lu une longue et douloureuse lettre, devenue virale. Ça n’avait pas suffi. À présent, elle s’exprime à nouveau, et pour la première fois à visage découvert.

Qui est la victime du viol commis par Brock Turner ?

Elle s’appelle Chanel Miller. Et c’est son visage, calme, déterminé, que tu vois en haut de cet article.

Chanel Miller interviendra le 22 septembre dans l’émission américaine 60 Minutes, sur la chaîne CBS. Deux jours plus tard, le 24 septembre, elle racontera son histoire dans un livre intitulé Know My Name.

Connaissez mon nom.

Pourquoi le viol commis par Brock Turner est important

Chanel Miller n’est malheureusement pas la seule femme à avoir été victime de viol cette année-là aux États-Unis. Mais le procès de son agresseur a cristallisé de très nombreuses préoccupations sociétales.

Le juge avait préféré une sentence légère pour éviter « un impact sévère » sur l’avenir sportif de Brock Turner, potentiel champion olympique de natation.

Le fait que Chanel Miller ait été en état d’ébriété au moment des faits, et ne se souvienne pas de tous les détails, avait été utilisé comme « argument » par les avocats de la défense.

Ce procès et son verdict sont devenus emblématiques de la culture du viol, ce système qui blâme les victimes de violences sexuelles plutôt que leurs auteurs.

Au point que dans certains manuels de droit pénal, la partie « viol » est illustrée par la photo de Brock Turner.

Pendant longtemps, sa victime était, dans la presse, « Emily Doe » — un pseudonyme permettant de respecter son anonymat.

À présent, son message est clair : connaissez mon nom. Compte sur moi pour relayer, sur madmoiZelle, les mots de la courageuse Chanel Miller.

À lire aussi : Les mythes sur le viol sont tenaces, est-ce que je me bats dans le vide ?

Mymy

Mymy

Mymy est la rédactrice en chef de madmoiZelle et gère la rubrique masculinité (dont fait partie son podcast, The Boys Club). Elle est aussi dans la Brigade du Kif du super podcast Laisse-Moi Kiffer. Elle aime : avoir des opinions, les gens respectueux, et les spätzle.

Tous ses articles

Commentaires

ClemBouBou

Hâte d’entendre les rageux dire qu’elle a sorti son livre pour se faire de l’argent...
Bravo à elle, elle a beaucoup de courage!
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!