Unbelievable, la série sur un viol que personne n’a pris au sérieux, est #DispoSurNetflix

Alix a été bien remuée par la nouvelle mini-série Netflix, Unbelievable, basée sur l'histoire vraie d'une jeune femme violée que personne n'a crue.

Unbelievable, la série sur un viol que personne n’a pris au sérieux, est #DispoSurNetflix

Unbelievable est une mini-série glaçante, sortie aujourd’hui sur Netflix.

Elle est basée sur des faits réels, relatés par le podcast Anatomy of the Doubt et par l’article de 2009, An Unbelievable Story of Rape de T. Christian Miller et Ken Armstrong, qui ont reçu le prix Pulitzer.

Unbelievable, l’histoire finalement courante de la décrédibilisation des victimes

Marie Adler est violée chez elle un matin par un homme masqué qui s’est introduit chez elle.

Elle alerte ses proches, porte plainte auprès de la police.

Malheureusement, sa réaction à la violence qui lui a été faite, son attitude et son passé deviennent une excuse à son discrédit par la police, mais aussi par ses proches.

Le titre de la mini-série fait certes écho au fait que personne n’ait cru Marie Adler, mais il est tout aussi incroyable à mes yeux de voir toutes les excuses et les moyens mis en œuvre pour discréditer une victime de viol.

Ce n’est pas que les proches de Marie soient de mauvaise foi, mais cette vérité les dérange tellement, que leur seul moyen d’y échapper est d’accuser Marie de mensonge.

La police en vient alors, elle aussi, à ne plus la croire.

Agacés de « perdre leur temps », ils exercent une pression telle sur la jeune femme qu’elle finit par revenir sur sa version, avouant, et presque s’auto-persuadant, qu’elle a tout inventé.

Unbelievable, la mini-série qui soulève les problèmes de traitement des victimes

Unbelievable est une mini-série, c’est-à-dire qu’elle comporte 8 épisodes d’une heure chacun, et qu’il n’y en aura pas plus.

Attention, accroche-toi bien, car elle est difficile à regarder.

Le premier épisode présente l’histoire de Marie Adler.

La jeune femme doit raconter son viol plusieurs fois, à plusieurs personnes différentes, alors qu’elle est encore sous le choc.

Cette répétition du traumatisme m’a mise en grande empathie avec elle, et m’a vraiment ouvert les yeux sur le traitement froid et protocolaire qui est malheureusement accordé à certaines victimes de violences sexuelles lorsqu’elles portent plainte.

(Je tiens cependant à noter que, bien heureusement, les choses peuvent aussi bien se passer.)

Dès le second, tu seras propulsée 3 ans plus tard, alors que Marie et ses proches découvrent que le violeur de la jeune fille est toujours actif, puisqu’il a violé d’autres femmes.

Entrent en scène deux détectives, deux femmes cette fois, qui soulèvent un problème inhérent aux États-Unis : le manque de communication entre les juridictions.

Elles dévoueront alors tout leur temps et toute leur énergie à retrouver l’individu dangereux que personne ne semble capable d’arrêter.

Unbelievable est portée par une équipe talentueuse

La mini-série Netflix a été créée par la scénariste d’Erin Brokovich, seule contre tous, Susannah Grant.

Devant sa caméra défilent des actrices toutes plus douées les unes que les autres.

La jeune Marie Adler est interprétée par la bouleversante Kaitlyn Dever, que tu as déjà vue dans Booksmart ou encore dans My Beautiful Boy.

Les deux détectives, elles, sont incarnées par Toni Collette (Hérédité, Sixième Sens) et Merrit Wever (New Girl, Birdman) que personnellement j’adore.

Tu peux d’ores et déjà regarder la mini-série Unbelievable sur Netflix !

À lire aussi : Un spin-off de Game of Thrones sur les Targaryen se prépare

AlixM

AlixM

Alix Martino, à dire sur l'air de Paris Latino. Passion cinéma et Lidl.

Tous ses articles

Commentaires

Chat-au-Chocolat

J’en suis à l’épisode 6 donc ce sera peut-être abordé plus tard, mais il y a un truc que je n’ai pas compris.
Comment les inspecteurs ont pu ne pas croire Marie, alors qu’elle a fait des prélèvements à l'hôpital après son viol et que son vagin présentait nécessairement des lésions ? Et qu’ils l’ont retrouvée en état de choc le matin après le viol ? (pas trop possible de simuler ce genre de choses)
Dans le 1er épisode on voit les flics insister pour qu’elle retire sa plainte, mais on ne comprend pas vraiment ce qui motive leur réaction. Est ce parce que ce sont des hommes (et des gros cons aussi, accessoirement) ?
Je trouve bizarre que cette partie (les résultats des analyses à l'hôpital, et l’état du vagin de Marie si je peux m’exprimer ainsi) soit occultée dans la série, alors que c’est quand même un gros gros élément de preuve.
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!