Live now
Live now
Masquer
tim-gouw-unsplash- faire la conversation
Développement personnel

Vous ne savez pas faire la conversation ? Voici quelques conseils pour un small talk de qualité

Il y a toujours un moment dans une conversation où le silence s’installe et où on ne sait plus trop quoi se dire, nous donnant ainsi la furieuse impression de passer pour une godiche. Venez, on vous aide à améliorer vos compétences en papotage pour savoir rebondir en toutes circonstances.

Article publié le 1er avril 2017

Dans la vie privée, au boulot, quand on rencontre des amis d’amis, ou de la famille d’amis, il y a toujours un moment où on doit faire la conversation à quelqu’un. C’est un concept très cool, que j’aime beaucoup la plupart du temps.

« Malheureusement » (je mets des guillemets parce qu’il faudrait pas en rajouter trois couches non plus), je ne suis pas toujours bonne dans l’exercice. Parfois, il suffit d’un rien pour que je devienne un peu nulle niveau papotage.

Ça m’arrive même avec les personnes dont je suis très proche : je ne sais plus quoi leur dire, mais c’est pas grave, les silences ne sont pas impressionnants. On n’a pas de sensation d’avoir quelque chose à prouver quand on est face à un ami ou un parent qui sait qu’on n’est pas stupide.

Forcément, quand on n’a pas (ou peu) d’intimité avec l’interlocuteur ou l’interlocutrice, qu’on n’est pas en plein flirt ou quand on ne lui parle pas de trucs précis dans un contexte particulier, c’est vachement plus difficile de vivre sereinement ce genre de moments. Et c’est sur cette « gêne »-là que j’ai envie qu’on se concentre ensemble.

Amis, amies de la conversation, prenons-nous la main (la mienne est moite, parce que je me suis stressée toute seule pour me mettre en conditions) et revenons sur les trucs récurrents de quand on n’a pas de conversation.

Ce profond sentiment d’abandon

Être dans une phase où on n’a pas de conversation quand on est dans un bavardage de groupes, ça va, ça passe. Les attention whores dans mon genre peuvent éventuellement mal vivre le fait de ne pas être à l’origine des meilleures blagues, mais c’est relativement reposant.

Cependant, ce repos n’est pas éternel.

Est-ce que vous avez déjà vécu ce sentiment terrible d’abandon, quand vous discutez en groupe d’amis, et qu’une à une, vos connaissances les plus proches s’en vont se chercher un verre/passer un coup de fil/fumer/uriner/arroser des plantes/les deux en même temps, et vous laissent seule avec la personne du groupe que vous connaissez à peine ?

Moi, oui. C’était pas simple.

C’est une sensation qui me rappelle les moments où un fou rire se transforme en malaise, pour diverses raisons :

  • parce que vous avez fait la vanne de trop, celle qui allait trop loin, et que ça casse l’ambiance
  • parce que vous êtes en cours et que vous vous faites engueuler
  • parce que vous avez pas vu que le petit bonhomme était rouge et que vous vous faites klaxonner
  • parce que soudain, vous vous rappelez que vous stressez à mort pour l’exam/l’entretien/le premier jour de boulot auquel vous allez assister le lendemain et que c’est justement pour ça que vous avez eu envie de rire
  • parce que vous venez de voir un géranium. Y a des gens phobiques si ça se trouve alors je mets cette possibilité au cas où.

Le regard fuyant ou l’humour bravache ?

Si un jour, vous discutez avec quelqu’un et que vous le voyez parcourir la salle des yeux, sachez que ce n’est pas contre vous : croyez-moi, il ou elle fait ça pour votre bien.

Je suis bien placée pour le savoir puisque je suis l’une de ces personnes (au cas où vous prendriez cet article en cours de route sans avoir lu le synopsis). Ça part d’une bonne intention.

Je sais pas si c’est votre cas, mais moi, j’ai tendance à me réfugier derrière l’humour quand je ressens un truc pas super agréable.

Si vous saviez le nombre de fois où j’ai RÉELLEMENT fait la blague du pingouin qui respire par le cul pour me donner une contenance lors d’une conversation où ma rhétorique est naze, vous me regarderiez peut-être pas du même oeil.

Extrait de Pulp Fiction, où le personnage de Mia Wallace a cette réplique culte : « Pourquoi on ressent le besoin de combler le silence en blablatant des conneries pour être à l’aise ? C’est là que tu sais que t’as rencontré quelqu’un de vraiment spécial, quand tu peux juste la fermer rien qu’une minute et partager le silence sans être gêné.
Extrait de Pulp Fiction, où le personnage de Mia Wallace a cette réplique culte : « Pourquoi on ressent le besoin de combler le silence en blablatant des conneries pour être à l’aise ? C’est là que tu sais que t’as rencontré quelqu’un de vraiment spécial, quand tu peux juste la fermer rien qu’une minute et partager le silence sans être gêné.

L’angoisse de ne pas pouvoir rebondir

Ce n’est pas parce qu’on n’a pas tout le temps la conversation sémillante et vibrante qu’on ne sait pas rebondir sur ce que disent les autres.

Personnellement, je compte même beaucoup sur ce que mes interlocuteurs me disent, parce que dans les moments gênants, j’ai besoin d’un point d’appui pour lever un peu mes fesses du sol de la parlotte.

Je m’en sors presque toujours super bien : ça consiste à relancer, à creuser et à s’intéresser. Je suis plus habituée à écouter et écrire qu’à parler et lire, ceci expliquant cela.

Mais parfois, c’est le blackout : vous perdez le fil de la phrase parce que vous avez croqué trop fort dans une chips, ou parce que quelqu’un a éternué derrière vous, vous ne savez plus quoi répondre, vous perdez vos moyens.

Ça ne veut même pas forcément dire qu’on est timides. Ça veut juste dire qu’on est un peu faillibles sur quelques petits trucs. C’est pas bien dramatique, tout ça.

Vous ne savez pas quoi dire ? Contentez-vous de dire n’importe quoi

Que faire quand on a envie de dire un truc, mais qu’on trouve rien de drôle, de sympa, d’intéressant à balancer ? En état de semi-panique, je choisis malgré moi, après vingt secondes de silence, de verbaliser des trucs vraiment nazes, comme « j’ai faim », « j’ai froid » ou « j’ai envie de manger des pâtes ».

La fille chiante, quoi. Tellement, tellement chiante. Il m’est même arrivé une fois de sortir un « je sais pas pourquoi, je suis vachement ballonnée en ce moment, ça doit être ma marque de céréales », avant de réaliser ce que je venais de faire.

Du coup, j’essaie d’apprendre ce sketch des Nuls par cœur parce que, quitte à dire un truc chiant, autant y foutre le paquet :

Les Nuls - Tu t'es vu quand t'as bu de l'eau?

Il y a encore le niveau au-dessus, qui revient à aller jusqu’à verbaliser le mal-être qu’on ressent, du genre « haha, pardon, je dis de la merde, c’est parce que cette conversation est gênante, on dirait qu’on est chiants ».

Quand je me retrouve face à des verbaliseurs ou verbaliseuses de ce genre, je vous jure que je ressens un soulagement énorme de voir que je suis pas la seule à souffrir.

Contre toute attente, c’est plus efficace que n’importe quel marteau pour briser la glace. Faudra que j’y pense, à l’avenir.

Vous êtes dans mon cas ? Allez, on dit qu’on s’en fout. Mais en attendant, venez nous raconter quelles sont les caractéristiques les plus récurrentes de votre « manque » de conversation !

À lire aussi : Les clichés des conversations dans les films et séries

Crédit photo : Tim Gouw via Unsplash

Les Commentaires
32

Avatar de Kirjava
24 novembre 2021 à 18h16
Kirjava
Je suis très (très) réservée mais au fil des années je pense avoir réussi à acquérir quelques techniques de small talk :
-Parler du temps. C’est très banal mais écoutez, personne n’a inventé l’eau chaude, et ça permet d’occuper un peu.
-Poser des questions très larges à l’autre, et surtout « ça va » / « ça se passe bien » / « qu’est ce que tu fais en ce moment » : le « ca va » étant la question qui me sauve la vie dans les blancs. Pas le « ça va » du matin posé pour la forme, mais un vrai « ça va » ou on s’intéresse à l’autre et qui lui permet de râler sur tout ce qu’elle veut : son travail, son compagnon, son chat qui a vomi toute la nuit, etc.
-Rebondir à fond sur les détails que disent les gens. Méthode qui permet d’ailleurs de remplacer le « qu est ce que je vais bien pouvoir dire » qui tourne en boucle dans la tête (et qui se voit comme le nez au milieu de la figure :cretin a une liste de ces choses que les personnes viennent de dire et à approfondir (« t’habites là? » « tu as des chats ???? » « tu as fait qu’elles études pour en arriver là »…)
toutes ces techniques marchent très bien sur les personnes naturellement sociables et bavardes. Pour les personnes réservées ça peut être l’enfer (ça s’est moi :cretin parce qu’on n’a pas forcément l’envie ou l’énergie de balancer sa vie comme ça. Dans ce cas là je trouve ça pas mal de parler un de soi même, de se livrer un peu, ça incite aux confidences et si la personne n’est pas réactive alors elle N’a pas envie de parler et il faut le respecter et la laisser tranquille. Juste un regard et un sourire c’est bien aussi
Et si on est de l’autre côté et qu’on nous pose des questions, toujours avoir à l’esprit qu il n’y a pas de mauvaise réponse.
mais je sais qu’en pratique ça peut être très difficile et tellement épuisant
0
Voir les 32 commentaires

Plus de contenus Développement personnel

Tatouage
la-tessita-par-clara-de-latour

« Besoin de savoir d’où je venais et de le marquer dans ma peau » : quand le tatouage nous relie à nos origines

Anne Chirol

30 nov 2021

Témoignages
deux personnes en train de boire un verre avec leurs masques

« C’est plus facile de me trouver jolie » : celles qui aiment sincèrement le masque témoignent

Aïda Djoupa

13 nov 2021

8
Développement personnel
pexels-koolshooters-attente waiting mode – format vertical

Si vous avez un truc à 14h, ça vous bloque dès 9h ? C’est le waiting mode, et des solutions existent

Amour
coeur en papier brisé

« C’est un mec bien » n’est pas une raison de rester en couple, et l’apprendre a changé ma vie

Margaux Palace

02 nov 2021

68
Développement personnel
pexels-wendy-wei-regard des autres

Comment en finir avec la peur d’être constamment jugée par les autres

QueenCamille

22 oct 2021

11
Travail
conge-sabbatique-bienfais-creativite

J’ai pris 5 mois de congé sabbatique et c’était ma meilleure idée de l’année

Kalindi Ramphul

14 oct 2021

Développement personnel
Deux femmes noires, l'une pose sa tête sur l'épaule de l'autre.

Pour les personnes opprimées, « cultiver le plaisir est un acte de résistance »

Hélène Molinari

13 oct 2021

Développement personnel
femme – triste – miroir

Les 4 obstacles à surmonter quand on manque de confiance en soi

Sophie Riche

06 oct 2021

30
Développement personnel
Femmes – amies – selfie

Comment reconnaître une vraie amitié ?

Nathalie Serbin

05 oct 2021

41
Témoignages
main – femme – lettre – écriture

Rédiger une lettre pour son futur soi, grand délire ou idée de génie ?

Esther Meunier

29 sep 2021

14

La vie s'écrit au féminin