Live now
Live now
Masquer
tim-gouw-unsplash- faire la conversation
Développement personnel

Vous ne savez pas faire la conversation ? Voici quelques conseils pour un small talk de qualité

Il y a toujours un moment dans une conversation où le silence s’installe et où on ne sait plus trop quoi se dire, nous donnant ainsi la furieuse impression de passer pour une godiche. Venez, on vous aide à améliorer vos compétences en papotage pour savoir rebondir en toutes circonstances.

Article publié le 1er avril 2017

Dans la vie privée, au boulot, quand on rencontre des amis d’amis, ou de la famille d’amis, il y a toujours un moment où on doit faire la conversation à quelqu’un. C’est un concept très cool, que j’aime beaucoup la plupart du temps.

« Malheureusement » (je mets des guillemets parce qu’il faudrait pas en rajouter trois couches non plus), je ne suis pas toujours bonne dans l’exercice. Parfois, il suffit d’un rien pour que je devienne un peu nulle niveau papotage.

Ça m’arrive même avec les personnes dont je suis très proche : je ne sais plus quoi leur dire, mais c’est pas grave, les silences ne sont pas impressionnants. On n’a pas de sensation d’avoir quelque chose à prouver quand on est face à un ami ou un parent qui sait qu’on n’est pas stupide.

Forcément, quand on n’a pas (ou peu) d’intimité avec l’interlocuteur ou l’interlocutrice, qu’on n’est pas en plein flirt ou quand on ne lui parle pas de trucs précis dans un contexte particulier, c’est vachement plus difficile de vivre sereinement ce genre de moments. Et c’est sur cette « gêne »-là que j’ai envie qu’on se concentre ensemble.

Amis, amies de la conversation, prenons-nous la main (la mienne est moite, parce que je me suis stressée toute seule pour me mettre en conditions) et revenons sur les trucs récurrents de quand on n’a pas de conversation.

Ce profond sentiment d’abandon

Être dans une phase où on n’a pas de conversation quand on est dans un bavardage de groupes, ça va, ça passe. Les attention whores dans mon genre peuvent éventuellement mal vivre le fait de ne pas être à l’origine des meilleures blagues, mais c’est relativement reposant.

Cependant, ce repos n’est pas éternel.

Est-ce que vous avez déjà vécu ce sentiment terrible d’abandon, quand vous discutez en groupe d’amis, et qu’une à une, vos connaissances les plus proches s’en vont se chercher un verre/passer un coup de fil/fumer/uriner/arroser des plantes/les deux en même temps, et vous laissent seule avec la personne du groupe que vous connaissez à peine ?

Moi, oui. C’était pas simple.

C’est une sensation qui me rappelle les moments où un fou rire se transforme en malaise, pour diverses raisons :

  • parce que vous avez fait la vanne de trop, celle qui allait trop loin, et que ça casse l’ambiance
  • parce que vous êtes en cours et que vous vous faites engueuler
  • parce que vous avez pas vu que le petit bonhomme était rouge et que vous vous faites klaxonner
  • parce que soudain, vous vous rappelez que vous stressez à mort pour l’exam/l’entretien/le premier jour de boulot auquel vous allez assister le lendemain et que c’est justement pour ça que vous avez eu envie de rire
  • parce que vous venez de voir un géranium. Y a des gens phobiques si ça se trouve alors je mets cette possibilité au cas où.

Le regard fuyant ou l’humour bravache ?

Si un jour, vous discutez avec quelqu’un et que vous le voyez parcourir la salle des yeux, sachez que ce n’est pas contre vous : croyez-moi, il ou elle fait ça pour votre bien.

Je suis bien placée pour le savoir puisque je suis l’une de ces personnes (au cas où vous prendriez cet article en cours de route sans avoir lu le synopsis). Ça part d’une bonne intention.

Je sais pas si c’est votre cas, mais moi, j’ai tendance à me réfugier derrière l’humour quand je ressens un truc pas super agréable.

Si vous saviez le nombre de fois où j’ai RÉELLEMENT fait la blague du pingouin qui respire par le cul pour me donner une contenance lors d’une conversation où ma rhétorique est naze, vous me regarderiez peut-être pas du même oeil.

mia-wallace-pulp-fiction-silence-inconfortable
Extrait de Pulp Fiction, où le personnage de Mia Wallace a cette réplique culte : « Pourquoi on ressent le besoin de combler le silence en blablatant des conneries pour être à l’aise ? C’est là que tu sais que t’as rencontré quelqu’un de vraiment spécial, quand tu peux juste la fermer rien qu’une minute et partager le silence sans être gêné.

L’angoisse de ne pas pouvoir rebondir

Ce n’est pas parce qu’on n’a pas tout le temps la conversation sémillante et vibrante qu’on ne sait pas rebondir sur ce que disent les autres.

Personnellement, je compte même beaucoup sur ce que mes interlocuteurs me disent, parce que dans les moments gênants, j’ai besoin d’un point d’appui pour lever un peu mes fesses du sol de la parlotte.

Je m’en sors presque toujours super bien : ça consiste à relancer, à creuser et à s’intéresser. Je suis plus habituée à écouter et écrire qu’à parler et lire, ceci expliquant cela.

Mais parfois, c’est le blackout : vous perdez le fil de la phrase parce que vous avez croqué trop fort dans une chips, ou parce que quelqu’un a éternué derrière vous, vous ne savez plus quoi répondre, vous perdez vos moyens.

Ça ne veut même pas forcément dire qu’on est timides. Ça veut juste dire qu’on est un peu faillibles sur quelques petits trucs. C’est pas bien dramatique, tout ça.

Vous ne savez pas quoi dire ? Contentez-vous de dire n’importe quoi

Que faire quand on a envie de dire un truc, mais qu’on trouve rien de drôle, de sympa, d’intéressant à balancer ? En état de semi-panique, je choisis malgré moi, après vingt secondes de silence, de verbaliser des trucs vraiment nazes, comme « j’ai faim », « j’ai froid » ou « j’ai envie de manger des pâtes ».

La fille chiante, quoi. Tellement, tellement chiante. Il m’est même arrivé une fois de sortir un « je sais pas pourquoi, je suis vachement ballonnée en ce moment, ça doit être ma marque de céréales », avant de réaliser ce que je venais de faire.

Du coup, j’essaie d’apprendre ce sketch des Nuls par cœur parce que, quitte à dire un truc chiant, autant y foutre le paquet :

Les Nuls - Tu t'es vu quand t'as bu de l'eau?

Il y a encore le niveau au-dessus, qui revient à aller jusqu’à verbaliser le mal-être qu’on ressent, du genre « haha, pardon, je dis de la merde, c’est parce que cette conversation est gênante, on dirait qu’on est chiants ».

Quand je me retrouve face à des verbaliseurs ou verbaliseuses de ce genre, je vous jure que je ressens un soulagement énorme de voir que je suis pas la seule à souffrir.

Contre toute attente, c’est plus efficace que n’importe quel marteau pour briser la glace. Faudra que j’y pense, à l’avenir.

Vous êtes dans mon cas ? Allez, on dit qu’on s’en fout. Mais en attendant, venez nous raconter quelles sont les caractéristiques les plus récurrentes de votre « manque » de conversation !

À lire aussi : Les clichés des conversations dans les films et séries

Crédit photo : Tim Gouw via Unsplash

Les Commentaires
36

Avatar de MesangeBleue
29 décembre 2021 à 23h49
MesangeBleue
@PrincessMey j'étais entrain de te répondre hier quand mon tel a planté donc je recommence. je voulais te remercier. j'ai déjà tendance à avoir une écoute active en général. mais quand je sens que c'est pas vraiment à moi que la personne parle c'est plus dur, j'ai l'impression de m'immiscer. Je me sens peu légitime. Et si je réponds/rebondit et que personne ne réagit je me dis que vraiment iels ne souhaitent pas que je sois là :-(.
Sinon j'aimerais bien vos conseils aussi à propos de comment s'insérer physiquement dans un groupe. J'arrive souvent en retard (ou en tout cas pas dans les premier.e.) et quand ya déjà des groupes formés j'essaye de me greffer dessus mais souvent je suis un peu la fille qui fait pitié à moitié à l'extérieur du groupe, avec les autres qui me tournent le dos, vous voyez? Comment ça se fait que parfois personne ne s'écarte pour me faire une place? Je me sens rejetée à chaque fois c'est dur :triste: T_T
1
Voir les 36 commentaires

Plus de contenus Développement personnel

Développement personnel
pexels-koolshooters-attente waiting mode – format vertical

Un rendez-vous à 14h, et bloquée dès le matin ? Pas de panique, c’est le waiting mode

SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Témoignages
Ekaterina Bolovstova / Pexels

Ces 8 conseils de quadras aux vingtenaires vont changer votre vision de l’âge

Aïda Djoupa

24 août 2022

42
Féminisme
avocat-diable-vert

Décryptage : pourquoi tant de gens se font « l’avocat du diable »

Maëlle Le Corre

24 juil 2022

32
Sorties
Une femme en patins à roulette et robe à sequins assise au sol

Wheelz and Feet, la soirée en patins à roulette ou à pieds qui va vous faire tourner la tête

Anthony Vincent

20 mai 2022

Témoignages
deux personnes en train de boire un verre avec leurs masques

« C’est plus facile de me trouver jolie » : celles qui aiment sincèrement le masque témoignent

Aïda Djoupa

11 mai 2022

16
Développement personnel
nirvana girl unsplash

J’ai arrêté de projeter mes insécurités sur les ados en t-shirt Nirvana, et j’ai bien fait

Développement personnel
deux amis sur un banc, l'air dépité

6 conseils pour une rupture amicale sans (trop de) drama

QueenCamille

15 fév 2022

52
Tatouage
la-tessita-par-clara-de-latour

Franco-indienne, russe, mexicaine, elles se tatouent pour renouer avec leurs origines

Anne Chirol

10 fév 2022

Société
bdchild

Cette BD salutaire résonnera chez toutes les childfree fatiguées qu’on leur dise de faire des gosses

Camille Abbey

16 jan 2022

8
Quizz et Tests de personnalité
Faites-ce-test-et-on-vous-dira-quelle-très-mauvaise-résolution-prendre-pour-2022

Faites ce test et on vous dira quelle très mauvaise résolution prendre pour 2022

Anthony Vincent

26 déc 2021

6

La vie s'écrit au féminin