Live now
Live now
Masquer
Ursula von der Leyen face à Charles Michel et Recep Tayyip Erdogan
Société

« Sofagate » : comment une affaire de chaise manquante a créé un incident en Turquie

Lors d’une réunion entre Erdogan et des leaders européens, le manque de chaises a exclu la présidente de la Commission européenne. Un couac protocolaire qui sent bon le sexisme.

Est-ce un incident diplomatique qui aura de lourdes conséquences sur les relations entre la Turquie et l’Europe ? La presse l’a en tout cas baptisé le « Sofagate ». Preuve que plus de vingt-quatre heures après, la tension n’est pas vraiment retombée.

À Ankara, mardi 6 avril dernier, se tenait une réunion réunissant le président turc Recep Tayyip Erdoğan face à deux leaders européens : la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le Président du Conseil européen Charles Michel.

Deux chaises, trois paires de fesses

L’incident se produit dans la salle du palais présidentiel où la réunion a lieu. Les trois dirigeants font leur entrée, la presse et les photographes sur leurs talons pour immortaliser l’instant.

Problème au moment de s’installer : il n’y a que deux chaises. Vous me direz, quelqu’un aurait pu aller chercher vite fait un petit fauteuil, réarranger l’estrade et ni vu, ni connu. Sauf que ça ne s’est pas passé comme ça :

Le « hum » qui dit tout

Vous avez bien vu la réaction d’Ursula von der Leyen, et surtout entendu son « Hum » ? Ce « Hum » qui signifie « Vraiment ? Vous êtes sérieux, les gars ? Vous allez vous asseoir tous les deux SANS moi ? Ça va vraiment se passer comme ça ? ».

Aucun fauteuil n’a été approché pour faire en sorte que la présidente de la Commission européenne soit placée au même niveau que Charles Michel et Recep Tayyip Erdoğan. Les images la montrent à plusieurs mètres d’eux, seule assise sur ce sofa grand comme un deux pièces parisien, en face du ministre turc des Affaires étrangères, comme si elle ne participait pas vraiment à l’échange, ou en tout cas pas au même titre que ces deux homologues masculins.

Impossible de distinguer l’expression d’Ursula von der Leyen, mais on imagine bien à quel point elle a du bouillonner sous son masque. Et sachant que la question du respect des droits humains, notamment les droits des femmes, est un point de tension entre l’Europe et la Turquie, ce couac à l’égard d’Ursula von der Leyen sonne clairement comme une marque d’irrespect.

Sur Facebook, Charles Michel a fait part de ses regrets et a tenté de donner une raison convaincante à son manque de réactions :

« Sur le moment, tout en percevant le caractère regrettable de la situation, nous avons choisi de ne pas l’aggraver par un incident public, et de privilégier en ce début de rencontre la substance de la discussion politique que nous allions entamer, Ursula et moi, avec nos hôtes. »

Maladresse protocolaire ou exclusion volontaire ?

L’eurodéputée Sophie in ‘t Veld a vivement réagi après l’incident qu’elle juge profondément inacceptable :

Elle a exigé de connaître les raisons qui ont conduit à une telle bourde, un incident qui selon elle, montre un manque d’unité des institutions européennes entre elles. Pour elle, il est très clair que cela ne serait jamais arrivé si trois hommes avaient participé à la réunion, et qu’Ursula von der Leyen a été sciemment exclue du boys club de Recep Tayyip Erdoğan, plus prompt à avoir le bon nombre de chaises quand seuls des hommes sont invités…


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

16
Avatar de Tamiat
9 avril 2021 à 19h04
Tamiat
@Dame de lotus le cabinet de Michel fait ce que Michel lui dit de faire, si il leur a dit "non vous inquiétez pas Van der Leyen adore rester debout" ils ont probablement pas été chercher plus loin. Je pense qu'Erdogan a été assez fin (très sexiste mais c'est finement joué) en montrant au monde entier une UE désunie.
4
Voir les 16 commentaires

Plus de contenus Société

Source : Capture d'écran Youtube
Société

Affaire Gérard Miller : une nouvelle femme a porté plainte pour viol, alors qu’elle était mineure

Laurène Daycard
Féminisme

Laurène Daycard : « Notre société est malade de sa fascination pour les bourreaux »

1
« Première de corvée, retraites amputées », a écrit sur sa pancarte Juliette, manifestante contre la réforme des retraites du 7 mars 2023 // Source : Delphine Baudouin
Société

8 mars : des assos veulent une grève générale pour la journée internationale des droits des femmes

Source : Capture d'écran Youtube
Société

Accusé d’agression sexuelle, Junya Ito, footballeur au Stade de Reims, réclame des dommages et intérêts

1
Jonathan Daval dans une série documentaire de BFM TV // Source : Capture d'écran YouTube
Société

Condamné pour meurtre, Jonathann Daval porte plainte en diffamation contre son ex-belle famille

4
Anny Duperey  // Source : Capture écran YouTube
Société

Anny Duperey n’est plus marraine de SOS Villages d’enfants après sa prise de parole sur Judith Godrèche

2
Gérard Miller
Société

Affaire Gérard Miller : quatre nouvelles femmes ont alerté la justice

J.K Rowling // Source : capture d'écran youtube
Culture

J.K. Rowling verse 81 000 euros à une association transphobe en prise avec la justice

28
Reproductive Health Supplies Coalition – unsplash pilule contraception
Actualités mondiales

États-Unis : dans l’Oklahoma, la contraception d’urgence bientôt interdite ?

quatennens assemblee nationale
Société

Adrien Quatennens annonce son retour et veut lutter contre les violences sexistes et sexuelles (non, vous ne rêvez pas)

1

La société s'écrit au féminin