Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Cinéma

Skateland d’Anthony Burns

Présenté au festival de Sundance 2010, Skateland a reçu des critiques assez froides. Il faut dire que ce teen-movie n’a en soi rien d’original et a ce défaut qu’il vient, notamment, après Adventureland, le meilleur teen-movie – sur des ados qui travaillent dans un parc d’attraction et essaient d’apprendre la vie – de ces dernières années.

Skateland n’a au fond pas tant de similitudes avec Adventureland, si ce n’est son titre (assez ressemblant) et le fait qu’il se passe, lui aussi, dans les années 80 – aujourd’hui tellement à la mode. Il ne serait donc pas faux de dire que Skateland est raté parce qu’il surfe à bloc sur la vague. Mais le teen-movie étant le genre codifié qu’il est, ce n’est au fond pas tellement un défaut. Reste à savoir quelle dose de liberté et de légèreté Anthony Burns, le réalisateur, réussit à faire circuler entre les codes.

skateland

Dans une petite ville du Texas, un groupe de copains se retrouve après le retour de l’un d’eux, parti un temps faire des courses de motos. Skateland n’est que l’histoire de leur quotidien – ce n’est pas péjoratif, tant les ados et leurs blagues débiles ont dans les films le quotidien le plus rigolo. Le plus stylisé, aussi. Un peu trop, peut-être. De soirée en soirée, on suit Ritchie Wheeler, pas encore sorti du lycée mais qui se rêve déjà écrivain. Ses trois meilleurs copains sont Teddy, Kenny et Michelle. Ils vivent leur vie entre petits boulots, baise et picole. Sur ce quotidien se greffent deux problèmes de type existentiel : mes parents divorcent et je ne sais pas quoi faire après le lycée. En plus, la piste de patin à roulettes où travaille notre héros va fermer.

Skateland est d’abord une succession – réussie – de scènes type, avec bande son eighties à l’appui. Les acteurs sont sacrément bons (Ashley Green de Twilight ; Shiloh Fernandez en mode « maintenant que Joaquim Phoenix a arrêté le ciné, je suis dans la place » ; et A. J. Buckley, inconnu au bataillon). Et quand le drame s’en mêle, le film a l’intelligence d’une part de le faire arriver en plein dans une scène de camaraderie adolescente, d’autre part de ne pas tirer l’ambiance du côté du larmoyant.

Shiloh "J. Phoenix" Fernandez

Dédié à la mémoire de John Hughes, Skateland est un teen-movie traditionnel, un intermède agréable et prenant. Le prétexte habituel est bien là : puisqu’il n’y a pas de puceau dans cette histoire, il s’agit uniquement de trouver sa voie, deuxième préoccupation adolescente par excellence. Le résultat, au fond peu marquant, est chouette, divertissant ; inspirant, même.

Sortie en France prochainement.


Ajoutez Madmoizelle à vos favoris sur Google News pour ne rater aucun de nos articles !

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Cinéma

Dune 2 // Source : Warner Bros
Culture

Denis Villeneuve révèle qui est le vrai héros de Dune, et ce n’est pas qui vous pensez

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
saint-valentin-films-sexy-netflix
Culture

Les 7 films les plus sexy à voir sur Netflix, seule ou à plusieurs

16
Bande-annonce de Challengers // Source : MGM
Culture

Les scènes de sexe de Challengers vont beaucoup vous étonner, voici pourquoi

chihiro // Source : Studio Ghibli
Culture

Votre studio d’animation préféré recevra une Palme d’or d’honneur à Cannes, et c’est du jamais vu

Tu mérites un amour // Source : Hafsia Herzi
Culture

Hafsia Herzi, actrice et réalisatrice : « Je réalise des films pour ne pas dépendre du désir des autres »

Love Lies Bleeding
Culture

Insultes lesbophobes, violences : des homophobes saccagent une séance de Love Lies Bleeding, avec Kristen Stewart

1
Les reines du drame // Source : Alexis Langlois
Cinéma

Festival de Cannes : on connaît enfin la liste de (presque) tous les films projetés

His house // Source : Netflix
Cinéma

Les 15 meilleurs films d’horreur sur Netflix à voir absolument

4
 Hannah Gutierrez-Reed // Source : The Wrap
Culture

« Amateure », « négligente » : l’armurière de Rust d’Alec Baldwin condamnée à 18 mois de prison

Anatomie d'une chute
Culture

Merci Judith Godrèche : les enfants seront désormais accompagnés sur les tournages

1

La pop culture s'écrit au féminin