Live now
Live now
Masquer
selfie-epoque-adaptation
Cinéma

Le selfie, l’autographe du XXIème siècle

Au festival de Cannes 2015, les selfies ne seront pas interdits, mais ils seront plutôt mal vus. Pourtant, plus le temps passe, plus ils s’imposent.

Thierry Frémaux, délégué général du festival de Cannes, n’aime pas les selfies. Il n’aime tellement pas ça que la rumeur a couru qu’il allait faire interdire cette pratique sur les marches pendant l’édition 2015. En réalité, on a appris il y a quelques heures que les selfies ne seraient pas interdits, mais il prévoit de lancer une campagne à l’encontre de sa pratique pendant le festival, comme on l’apprend sur RTL.

Thierry Frémaux n’aime vraiment pas les selfies. Il l’a redit pendant l’annonce de la sélection, il trouve ça « ridicule et grotesque », ajoutant qu’on n’est jamais aussi moches que sur un selfie, selon lui. J’insiste sur le « selon lui », parce que je me trouve bien mieux en selfie (sur un pour 764 pris) que photographiée à brûle pourpoint parce qu’au moins, je peux constater en direct quel angle me sied le mieux. Mais enfin bon, ceci est une pure question de goût, et je n’entrerai pas dans ce débat avec Thierry, puisque les goûts, les couleurs.

mister bean

Grotesque et ridicule ? Eh beh. C’est s’attaquer avec beaucoup d’emphase à une simple façon de prendre les photos. Pour moi, ça revient à critiquer, je sais pas, les gens qui trempent leurs frites deux par deux dans le ketchup ou les gens qui préfèrent la mayonnaise industrielle à la mayonnaise faite maison.

Dans le cadre du festival, où des invité•e•s à une projection viendraient prendre des selfies directement avec des stars sur les marches, je peux comprendre… Mais en vrai, le selfie… c’est quand même pas bien grave.

À lire aussi : Le selfie, un phénomène qui prend de l’ampleur

Le selfie des fans, et l’autographe décédé

Le selfie a depuis désormais bien longtemps remplacé l’autographe. Il est bien loin, le temps où j’étais allée demander le sien à Gérard Vivès pendant la quinzaine commerciale de ma ville natale. Il est loin, le moment où j’avais essayé de faire croire à mon cousin qu’un membre de l’équipe de France de football avait dédicacé mon ballon avant la coupe du monde 1998 en essayant de reproduire son écriture avec un BIC. Maintenant, la signature n’intéresse plus personne.

Alors oui, souvent, les fans préfèrent maintenant prendre un selfie avec la personne connue qu’ils croisent dans la rue. En terme de souvenirs, ça a plus d’impact visuel qu’une signature que, finalement, n’importe qui pourrait imiter. Et puis, ce n’est tout de même pas difficile à comprendre : maintenant qu’on est nombreux à avoir un téléphone qui fait appareil photo sur nous, on a davantage le réflexe d’immortaliser tout et n’importe quoi. Parce que contrairement aux appareils photos d’autrefois, on n’a pas de pellicules avec un nombre limité de prises alors autant en profiter et prendre trop de photos plutôt que pas assez.

C’est d’ailleurs sur ce filon que des réseaux sociaux tels qu’Instagram ont été créés : on prend plein de photos et on en partage quelques unes. C’est logique qu’on soit davantage attaché•e•s, de nos jours, à avoir des souvenirs en image, et si on peut en plus avoir une photo avec notre tête dessus devant le monument/l’endroit ou avec la personne qu’on est content•e•s de voir, c’est encore mieux.

La différence, en revanche, c’est qu’entre le selfie devant la mer et le selfie à côté d’une reusta, on a soit affaire à un paysage, soit à un être humain. Et dans les mouvements de foule, ces derniers peuvent, on l’imagine sans mal, se sentir un peu agressés par toutes les personnes qui veulent s’immortaliser à leurs côtés.

Parfois, ce ne sont pas des fans, ou alors des fans intéressés seulement par l’image de l’artiste, et pas par la personne. Ils veulent leur photo avec la star en question, et puis c’est tout. C’est ce qui avait été dénoncé dans Aspirational, le court-métrage de Matthew Frost mettant en scène Kirsten Dunst sorti en septembre dernier.

On y voyait l’actrice dans un grand moment de solitude tandis que deux filles qui l’avaient reconnue se prenaient en photo avec elle sans lui parler, comme si elle n’était pas vraiment humaine.

À lire aussi : Aspirational, un court-métrage avec Kirsten Dunst sur les selfies avec des stars

Du coup, certaines stars refusent. C’est le cas notamment de Louis CK, qui préfère largement échanger quelques mots avec ses fans plutôt qu’être pris en selfie avec eux, afin de mieux les connaître. Il est vrai qu’après coup, t’as aucune preuve tangible pour dire à tes potes que tu as rencontré Louis CK. En revanche, tu as échangé vachement plus que quelques secondes à sourire face à un objectif avec eux. Il l’expliquait dans une entrevue avec Showtime il y a deux ans :

https://www.youtube.com/watch?v=zNoKqhEYfIo

« Prendre des photos avec des gens, ça me semble bizarre, étrange, ça ne me paraît pas normal. Du coup, je n’en fais pas. […]

Ils arrivent généralement avec leur téléphone à la main et ils disent « je suis un grand fan, est-ce que je peux prendre un selfie avec vous » et je dis « non, je ne vais pas prendre de photo » et ils ont l’air choqué, mais une fois que j’ai posé cette barrière, je me sens à l’aise pour parler avec eux. Alors je leur dis « quel est votre nom », et je leur serre toujours la main, et je passe un peu de temps avec eux, parce que tout le monde est intéressant. Et je vois toujours qu’ils sont déçus de ne pas avoir eu de photo, mais j’ai passé du temps avec eux, ce qui ne serait pas arrivé si on avait pris la photo. […] »

Cette interview de Louis CK me sert de rappel : si un jour je croise, mettons, Amy Poehler qui est mon idole devant l’éternelle et que j’aime plus que le fromage, je peux lui demander poliment si on peut faire un selfie ensemble, mais je ne dois pas prendre son éventuel refus pour une insulte. Poser la question, c’est se risquer à un « non ». Ne pas la poser, c’est manquer de respect.

À lire aussi : L’amour, le courage et les conseils parfaits d’Amy Poehler

Le selfie dans toutes les sphères de la société

Et le plus fou, dans cette histoire, c’est que de nombreuses vraies grandes stars du cinéma sont des habitué-e-s de cette façon de prendre un autoportrait. Que ce soit Ellen DeGeneres aux Oscars avec Jennifer Lawrence, Bradley Cooper, Meryl Streep et autres, ou certains acteurs et actrices que l’on voit se prendre en photo, seul-e ou à plusieurs, sur quelques tapis rouges, les selfies se sont frayés un chemin vers les habitudes des personnes les plus influentes de ce monde.

C’est la preuve que ce n’est pas, au même titre que Twitter, Facebook, Instagram ou Snapchat, quelque chose de réservé aux adolescent•e•s. C’est quelque chose qui touche un large panel d’individus, sans véritable barrière sociale. Ces déclarations de Thierry Frémaux sur le sujet me rappellent quand, l’année dernière, certains restaurateurs avaient annoncé qu’ils envisageaient d’interdire ou d’amener leurs clients à remettre en question l’acte de prendre des photos de leurs assiettes pour partager les clichés sur les réseaux sociaux. Ça fait tellement partie de la vie quotidienne d’aujourd’hui…

Pourquoi ne pas plutôt s’adapter à leur existence, un peu comme la télévision le fait avec les hashtags Twitter ou les téléspectateurs et téléspectactrices peuvent réagir en direct ? Est-ce que, râler contre leur utilisation, dans le monde de la grande cuisine ou du cinéma, ce ne serait pas une forme d’élitisme ?

chris evans

On en prend à plusieurs, on en prend tout seul dans des lieux marquants, ou tout seul pour accepter notre visage, ou juste sans raison, pour notre propre plaisir. On en prend plus ou moins partout, plus ou moins tout le temps. Le selfie n’est pas un phénomène de la société : il fait partie de la société actuelle. Il va falloir se faire à son existence et à son ampleur.

À lire aussi : Ode aux selfies, qui m’ont réconciliée avec mon image


Ajoutez Madmoizelle à vos favoris sur Google News pour ne rater aucun de nos articles !

Les Commentaires

16
Avatar de LunaaaD
20 mai 2015 à 00h05
LunaaaD
Je prends jamais de selfies mais j'aime bien me regarder dans un miroir, suis-je narcissique et débile? Telle est la question!
PS: @Sophie Riche ton couvre-chef est de toute beauwté!
0
Voir les 16 commentaires

Plus de contenus Cinéma

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-24T101818.864
Culture

Ce livre que tout le monde a lu a droit à son adaptation en film avec Blake Lively

2
Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-22T164945.311
Culture

Les meilleurs films et séries « doudous » selon nos lectrices (avec un titre qui rafle tout)

7
netflix-selection-films-feministes
Cinéma

Les 7 meilleurs films et séries féministes à voir sur Netflix

3
Grâce à Judith Godrèche, l'Assemblée envisage une commission sur le travail des mineur·e·s dans le cinéma et la mode.jpg // Source : Capture d'écran YouTube de LCP - Assemblée nationale
Cinéma

Cinéma : ce qui pourrait bientôt changer dans les tournages où il y a des enfants

image
Culture

Dominique Boutonnat : une affaire d’agression sexuelle glaçante ignorée par le gouvernement

2
capture d'écran youtube
Cinéma

« Noire n’est pas mon métier » : le jour où 16 actrices noires ont fait entendre leur voix au festival de Cannes

Source : Focus Features
Culture

Judi Dench vous conseille d’arrêter d’aller au cinéma et au théâtre « si vous avez besoin de trigger warning »

15
Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-14T095549.571
Culture

Cannes 2024 : les 5 films repérés par la rédac qu’on a hâte de voir

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-13T115839.731
Culture

Pourquoi les Iphones permettent-ils de deviner qui est le tueur dans les films ?

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-10T171207.893
Culture

Cannes 2024 : le jour où la Palme d’or a été remise à trois personnes en même temps

La pop culture s'écrit au féminin