Live now
Live now
Masquer
foot sexisme cpbbreqfeminine
Sport

Pour dénoncer le sexisme dans le foot, des footballeuses rennaises jouent en slip

En jouant en slip, les joueuses du CPB Bréquigny ont voulu dénoncer le manque de moyens donnés au football féminin.

L’idée est partie d’une plaisanterie et s’est finalement transformée en action symbolique contre le sexisme et les inégalités dans le football. Ce dimanche, veille de 8 mars, les joueuses de football de l’équipe de Cercle Paul-Bert Bréquigny à Rennes ont joué en crampons, maillot sur le dos… mais sans short et sans chaussettes.

Elles ont fait leur entraînement avec le seul matériel qui leur a été donné suite à leur qualification en coupe de France : « un simple maillot alors que les garçons ont toujours le maillot, le short et les chaussettes fournis », a précisé l’une des membres de l’équipe, Manon Éluère à Ouest France. Notez l’ironie, elles ont reçu des maillots taillés pour les hommes, mais pas le reste du matériel…

L’équipe a donc opté pour une dénonciation par l’absurde : vous ne nous donnez pas de short ? on jouera donc en culotte !

Le foot féminin, une discipline délaissée

Faudra-t-il jouer sans short, voire sans rien du tout, pour que le grand public s’intéresser au football féminin et surtout au problème global du manque d’investissement dans ce domaine ? Faudra-t-il jouer à poil pour qu’on prenne le foot féminin au sérieux ?

Blague à part, l’action des joueuses bretonnes montre bien que les petits clubs ne sont pas épargnés par les différences de traitement entre équipes féminines et équipes masculines. Au plus haut niveau, ces inégalités sont d’ailleurs régulièrement dénoncées par les meilleures joueuses mondiales. L’une d’entre elles, l’Américaine Megan Rapinoe, connue pour ses engagements féministes et antiracistes, a même critiqué ouvertement la FIFA pour son manque de volonté à lutter contre les inégalités salariales.

En France, les écarts de revenus ont aussi de quoi mettre en colère : 2.500€ brut mensuels si vous êtes une joueuse de D1, contre près de 110.000€ si vous êtes un joueur de Ligue 1, rapportait France Info. Vous avez dit sexisme ?

Moins diffusé à la télévision, moins médiatisé, et donc forcément moins suivi et moins soutenu, le football féminin rapporte du coup… moins d’argent. Il est alors difficile de susciter l’intérêt du côté des sponsors et des investisseurs. Un cercle vicieux dont on peine à sortir, et c’est bien dommage, surtout quand on se souvient de l’engouement sans précédent du public lors du Mondial de 2019.

À lire aussi : Coupe du Monde féminine ou film de charme ? TF1 hésite

Les Commentaires
12

Avatar de Sadala
11 mars 2021 à 15h54
Sadala
@FraiseDeGrouchy Pour connaitre tes interventions, je sais bien que tu trolles quant à ma remarque sur le jeu féminin "ennuyeux". Je ne parlais pas de ça, et tu le sais très bien.

Par contre, de manière générale, le sujet a été abordé sur ce topic via un angle très "méritocratique" si je peux dire.
Comme si le sport le plus populaire était celui qui offrait le meilleur spectacle et que les joueurs les mieux payés étaient les meilleurs (je caricature hein). Dans les faits, l'industrie du sport est un business comme un autre qui obéit à des règles médiatiques qui ne sont pas pas exemptes de sexisme.
Donc je suis totalement pour donner les mêmes chances aux femmes de jouer et faire carrière en club (pas gagné à certains endroits), le même accès au matériel et aux infrastructures etc., etc.
Effectivement, toutes ces inégalités actuelles créent un cercle vicieux quant à leur médiatisation et donc leur salaire. Mais malgré tous ces efforts, si la société reste la même, on ne peut pas s'attendre à ce que les joueuses soient traitées de manières équitable aux joueurs. (Si on regarde les bleues par exemple, elles avait suscitée une hype assez inédite pour une équipe féminine, mais aussi de la misogynie (sexualisation inadaptée, insultes etc.)
3
Voir les 12 commentaires

Plus de contenus Sport

Crédit photo :  Jean-Pierre Bazard Jpbazard — Travail personnel, CC BY 4.0,
Sport

La navigatrice Clarisse Crémer dénonce l’injustice des règles du Vendée Globe, qui « interdisent aux femmes d’avoir un enfant »

Aïda Djoupa

02 fév 2023

01gpxmmnj1f9azbs2ayd
Sport

La footballeuse Sara Björk Gunnarsdóttir révèle comment l’OL a coupé son salaire durant sa grossesse

Capture d’écran 2023-01-10 à 10.48.29
Société

« Il ne m’a jamais regardé comme un agent mais comme un bonbon à croquer » : Sonia Souid dénonce les comportements de Noël Le Graët

football coupe du monde foot
Actu mondiale

Qatar 2022 : pourquoi l’arbitre brésilienne Neuza Back n’a pas serré la main du cheikh ?

Camille Lamblaut

20 déc 2022

1
les nageuses film
Pop culture

Les Nageuses, l’histoire vraie de deux soeurs athlètes réfugiées est le film à voir sur Netflix

Maya Boukella

12 déc 2022

2
montre-connectee-pola-ignite-3-fitness
Lifestyle

Une montre connectée peut-elle améliorer son quotidien ?

arisa-chattasa-HZbqhd5aK3I-unsplash
Sport

À Cuba, les femmes sont (enfin) autorisées à faire de la boxe en compétition

Camille Lamblaut

07 déc 2022

Capture d’écran 2022-12-05 à 22.14.01
Sport

Longtemps boudé par le Brésil, le numéro 24 est de retour sur le terrain au Qatar, et voici pourquoi

Camille Lamblaut

06 déc 2022

sandrine rousseau mondial equipe de france pleutres
Sport

Qatar 2022 : Sandrine Rousseau fustige le manque de courage de l’Équipe de France

Maëlle Le Corre

29 nov 2022

2
Capture d’écran 2022-11-24 à 12.15.46
Sport

Qatar 2022 : la ministre des Sports encourage les Bleus à « exprimer leur engagement en faveur des droits humains » 

Camille Lamblaut

24 nov 2022

La vie s'écrit au féminin