Les mecs qui regardent du porno sont-ils plus dominants au lit ?

Les mecs qui matent du porno seraient plus enclins à intégrer des pratiques de domination à leur vie sexuelle. Est-ce que le X dénature nos goûts, ou est-ce qu'il légitime nos fantasmes ?

Les mecs qui regardent du porno sont-ils plus dominants au lit ?

Certains kiffent se déguiser en infirmière, d’autres lécher des orteils ou encore être ligotés comme des paupiettes…

Difficile de savoir d’où viennent nos fantasmes, mais il semble certain que le porno ne laisse pas l’esprit de ses spectatrices et spectateurs indifférent.

Le porno rend-il les hommes dominants ?

Dans un tweet récent, le chercheur en masculinité, genres et prévention de la violence Michael Flood a ressorti une étude 2014 qui s’intéressait aux comportements sexuels des hommes hétéros consommateurs de porn.

Les résultats de cette recherche menée auprès de 384 Allemands indiquent une corrélation entre la consommation de porno (et d’alcool) et la tendance à adopter des comportements dominants au lit.

La pornographie mainstream, centrée sur le plaisir masculin (pénien, rarement prostatique), met souvent en scène des femmes passives et des hommes qui dirigent la relation sexuelle avec plus ou moins de brutalité.

Ceux qui regardent le plus de pornographie sont ainsi le plus susceptibles de pratiquer, ou de désirer pratiquer, l’étranglement, la double pénétration, l’éjaculation faciale, les fessées qui laissent des marques, le tirage de cheveux ou encore l’insulte.

Dommage que l’étude ne se soit pas également intéressée aux femmes, qui rattrapent les hommes dans leur consommation de porno depuis une décennie !

Mais un sondage Ifop de la même année mettait en évidence qu’une femme de moins de 25 ans sur 2 opte pour l’épilation intégrale, largement popularisée par le X.

Le porno influence sans conteste notre sexualité ; permet-il de libérer les pratiques ou, au contraire, nous enferme-t-il dans de nouvelles normes ? 

À lire aussi : Porno VS Vraie vie : pourquoi le X n’est pas un mode d’emploi

Pourquoi le porno nous influence-t-il ?

Préférer le sexe « hard » aux pratiques « vanille » n’a rien de problématique en soi. Ce qui pose question dans ces chiffres est le rôle joué par le porno dans la construction des fantasmes. 

S’il existe une corrélation entre l’essor et la normalisation de pratiques « rough », axées sur la domination/soumission, et la consommation de porno, on ne peut pas forcément en déduire une causalité.

Est-ce que le porno nous donne des idées, nous inspire et ouvre le champ des possibles en normalisant des pratiques jugées marginales ?

Ou est-ce qu’il tue notre imaginaire et impose, par l’uniformité de ses contenus, des normes qui viennent transformer notre vision de ce que la sexualité « doit » être ?

Les consommateurs de porno ont-ils vraiment envie de ces pratiques, ou s’y conforment-ils parce qu’ils ont l’impression de devoir reproduire ce qu’ils voient ?

En clair, le porno révèle-t-il nos véritables désirs ou les construit-il de toute pièce ? 

Communiquer ses préférences, la clé du succès

Ce qui blesse dans l’influence du porno, c’est surtout qu’aucune éducation sexuelle de qualité ne vient contrebalancer son pouvoir sur nos imaginaires.

Entre ceux et celles qui se forcent parce qu’ils pensent que « c’est normal », celles et ceux qui aiment vraiment les jeux de domination/soumission, et le large spectre entre tout ça, le mieux reste encore et toujours de communiquer sur ses préférences en amont et/ou en pleine action avec son ou sa partenaire.

Le consentement est le seul rempart qui nous protège d’une influence éventuellement néfaste du porno. Alors, avant de jouer à s’étrangler, mieux vaut en parler.

Et toi, que penses-tu de l’influence du porno sur le sexe de la vraie vie ? 

À lire aussi : Comment le porno a fait évoluer mes fantasmes

QueenCamille

QueenCamille


Tous ses articles

Commentaires

Chat-au-Chocolat

Ce n'est peut être pas forcement ce que tu as voulu dire, mais être dominant sexuellement n'a pas forcement à voir avec le sexisme. Certes cela peut, mais les rapports domination/soumission peuvent être clairement respectueux et consenties. Et se retrouver quelques soit le genre et/ou l'orientation sexuelle des participants.
Je ne parlais pas des rapports de domination consentis (même si on est en droit de s’interroger sur le fait que la grande majorité des soumis-es dans le BDSM, par exemple, soient des femmes, ou le fait que tant de femmes soient excitées par la soumission... ce n’est clairement pas un hasard).

Je parlais de la domination (je devrais même dire : violence) à l’oeuvre dans certaines relations sexuelles H/F, où le mec réplique ce qu’il a vu dans le porno. Et attend que sa partenaire ne soit qu’un objet qu’il peut manipuler à sa guise.
Je pense que bouffer du porno mainstream ce n’est pas anodin, ça façonne tes fantasmes, ta façon de voir les femmes, le sexe, les relations amoureuses, et si la tendance actuelle sur Youporn c’était de montrer des mecs « soumis » qui se font faire des massages à l’huile de bougie sur des lits de pétale de roses, ce seraient ça, les fantasmes prédominants. Le fait de ne montrer le sexe que sous un prisme dominant/dominée, et pas quelque chose d’égalitaire à la base, ça influe forcément sur les comportements. Et c’est aussi dans le même temps la traduction d’une vision ultra misogyne de la sexualité et des rapports femmes/hommes... qui ne fait du coup que se reproduire.
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!