Live now
Live now
Masquer
phallaina-bd-numerique-marietta-ren
Livres

« Phallaina », la sublime BD numérique de Marietta Ren

28 jan 2016 3
Phallaina est la nouvelle bande dessinée numérique de Marietta Ren ; plongeons dans les hallucinations d’Audrey, emplies de fonds marins et de baleines…

J’en avais déjà parlé dans le récap du WeDoBD fait avec Mr.Q : j’avais assisté à une MasterClass sur Phallaina qui m’avait scotchée. Je crevais d’envie de la lire et je n’ai pas été déçue : j’ai adoré. SURKIFFÉ. JE ME SUIS ROULÉE DEDANS DE BONHEUR. Attention, critique dithyrambique en approche.

Phallaina : la première

J’te pitche l’histoire : Audrey, traductrice, souffre de crise hallucinatoires pendant lesquelles elle voit… des baleines. Après des examens, on lui découvre une anomalie dans le cerveau, elle a un physeter. Il s’avère que tous les porteurs de cette anomalie rarissime développent une aptitude extraordinaire à l’apnée.

Le mélange science et mythologie se combine à merveilles pour créer, JE LE DIS, une des pépites BD de 2016.

La BD numérique, un média parfait

Il est dur de parler de Phallaina sans mentionner en premier le support. Quand on entend BD numérique, on imagine souvent une transposition de la page A4 papier à un écran de même taille, à l’instar des e-books. Ça se fait, mais pourquoi n’utiliser que 2% des possibilités que nous offre le numérique ? Maintenant, les BD s’animent, interagissent avec le lecteur, on peut y apposer du son, de la réalité augmentée, tout pour que la lecture soit la plus immersive ! Et BON SANG, c’est le cas de Phallaina.

L’Internet nous a habitué•e•s au défilement vertical ; Marietta (avec l’aide du Studio Small Bang) a choisi l’option horizontale combinée à la technique du parallaxe, qui consiste à mettre des objets sur plusieurs plans pour simuler la profondeur de champ. La perspective suit le mouvement du défilement.

phallaina-marietta-ren-3

Scène de parallaxe de dingo.

Jamais la bande dessinée n’a mieux porté son nom…

Phallaina, une esthétique qui claque

Première raison pour lire Phallaina ; OHLALAL CE QUE C’EST BEAU. Je suivais Marietta Ren depuis un bon bout de temps via son blog Patatofeu, mais cette œuvre n’a fait que renforcer mon amour pour son trait, vraiment sublime.

À lire aussi : « Je suis Deux », de Marietta Ren & Eugény Couture

phallaina-marietta-ren-4

Travailler sur une bande continue nécessite de faire des transitions pour passer d’une scène à une autre, et même en noir et blanc, c’est un exercice assez casse-gueule. Ici, elles sont gérées à la perfection ! Tout est fluide ; les changements de cadrages, les aplats de blanc puis de noir servent à la narration sans la hacher.

Aucun détail n’est laissé au hasard, tout est peaufiné à l’extrême — jusqu’à l’interface de lecture, jusqu’au curseur de chargement ! Regardez-moi ça comme c’est beau…

phallaina-marietta-ren-1

La graphiste en moi a joui.

Un sound design tout en subtilité

Oui, je consacre une partie entière au sound design (créé par Côme Jalibert) parce qu’il est… canon. J’ai souvent peur des sound designs, parfois trop présents, parfois trop « toc » qui desservent au lieu d’accompagner. J’ai rarement vu une telle osmose entre le son et l’image ; très présent pendant les crises hallucinatoires d’Audrey, il se dissipe, se fait discret pendant le reste du récit. Il nous plonge dans une relative panique lors des grosses crises (vous connaissez mon empathie n’est-ce pas) : je me suis surprise à faire défiler la bande frénétiquement, mise sous pression par la musique…

phallaina-marietta-ren-5

Bref ce sound design, c’est un peu la pincée de sel (pas le pot hein) dans un plat : il rehausse l’histoire sans prendre le pas.

Et vous savez quoi ? La cerise sur le gâteau, le Jamie Bell sur Cycy : la BD est entièrement gratuite ! Elle est en téléchargement libre sur l’AppStore et Google Play (uniquement en version mobile). Dégaine ton smartphone ou ta tablette et plonge pendant deux heures dans le monde fantastique des Phallainas…

Si tu es sur Angoulême pour le Festival international de la BD, ne manque pas la fresque monumentale des Phallainas ! Une application à télécharger te permettra même d’avoir le sound design en temps réel. Le turfu.

Les Commentaires
3

Avatar de calgon2000
29 janvier 2016 à 11h44
calgon2000
Concept absolument génial!!!
Et tellement bien réalisé! C'est vraiment top! Et graphiquement, c'est tellement beau, le dessin qui suit le défilement, l'appli pensée dans les moindre détails... Quel boulot! Je trouve génial de créer une ambiance sonore pour se plonger encore plus dans la lecture et le fait ici de l'avoir totalement synchronisée avec l'action est vraiment extra! J'ai adoré aussi entendre la respiration du personnage à certains moments, on se calque parfois sur elle, et ça nous la rend plus proche, c'est vraiment immersif. Le monde aquatique se prête bien à cela je pense.
Effectivement, on s'aperçoit que la musique créé l'ambiance et cela, avec le dessin dont le défilement créé lui aussi un effet d'angoisse dans certaines scènes, nous fait accélérer le défilement comme on le ferait sur papier (mais en plus frénétique encore ^^).

J'ai quand même quelques bémols à apporter. Le défilement (et/ou le manque de couleur/trop de blanc très lumineux?) peut être un peu fatigant pour les yeux à la longue. Niveau son, je trouve dommage de lire à un moment un "bip bip bip" alors qu'on pourrait du coup nous le faire entendre (mais après, trop de sons peuvent aussi "casser l'ambiance" donc je peux le comprendre).
Le postulat de base de l'histoire est génial! Vraiment l'idée est top, le mythe des Phallainas est vraiment intrigant et très joliment amené. Mais je reste frustrée parce qu'il y a plusieurs choses, plusieurs pistes évoquées, sans qu'on rentre vraiment dans les détails. Du coup à mon sens, les personnages manquent de profondeur. Audrey semble parfois complètement lunaire et à côté de la plaque et ça fait partie d'elle mais du coup par moment j'ai trouvé son personnage un peu plat. On voit que beaucoup de pensées et d'émotions la traversent mais c'est tellement suggéré que ça m'a parfois un peu perdue. Après c'est probablement un parti pris narratif auquel j'adhère moins. Mais je trouve que c'est une magnifique histoire et un bel univers qui aurait pû être exploités et réalisés en plusieurs tomes histoire d'aller plus loin sur certaines choses. Je pense qu'une 2ème lecture m'apportera peut-être une autre vision des choses...

Mais en tout cas, c'est une vraie expérience que de se lancer dans cette lecture et ça vaut vraiment le coup d'y jeter un oeil.
Merci pour la découverte!
3
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Livres

Daronne
Couverture du livre jeunesse Cheveux mouillés, de Joshua Servier

Ce livre jeunesse autour d’une sirène noire qui apprend à aimer ses cheveux va inspirer petits et grands

Anthony Vincent

18 sep 2022

6
SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Pop culture
roman-seul-un-monstre-lumen
Sponsorisé

Si vous faisiez partie d’un roman de fantasy, quel serait votre don surnaturel ?

Livres
halimata fofana

Halimata Fofana, autrice de À l’ombre de la cité Rimbaud, brise le tabou de l’excision

La Rédaction

11 sep 2022

1
Livres
Virginie Despentes

Critique : « pardon Virginie, mais je ne suis pas à fond sur Cher Connard »

Marion Olité

10 sep 2022

17
Livres
asal-lotfi-8ePZbdxnpi0-unsplash

Rentrée littéraire : 3 premiers romans à lire d’urgence

Pauline Leduc

07 sep 2022

Livres
meuf livre

La rentrée littéraire féministe : 5 romans bouleversants à ne pas manquer

Maya Boukella

04 sep 2022

Livres
[Site web] Visuel horizontal Édito (3).jpeg

En écriture : avec Élise Nebout, cofondatrice de l’école Les Mots

Marie-Stéphanie Servos

28 août 2022

Livres
livre Bethany Laird

La rentrée littéraire en lutte : 5 pépites féministes et LGBT à ne pas manquer

Maya Boukella

27 août 2022

1
Livres
[Site web] Visuel horizontal Édito (3).jpeg

Rentrée littéraire : trois romans incontournables

Pauline Leduc

23 août 2022

1
Livres
[Site web] Visuel horizontal Édito (2)

En écriture : avec l’autrice Sandrine Roudeix

La pop culture s'écrit au féminin