Live now
Live now
Masquer
Application – rencontre – amour
Amour

Pas mal de swipe et des nudes en augmentation : comment le Covid a numérisé nos relations

La pandémie a-t-elle complètement bouleversé notre manière de rencontrer des partenaires ? Oui, mais pas autant que les applications de rencontre ont bien voulu nous le faire croire…

Cloîtrées entre quatre murs pendant plusieurs confinements, limitées par les règles de distanciation sociale, angoissées par les risques sanitaires : on a connu plus ouf comme contexte pour rencontrer un ou une partenaire sexuelle ou amoureuse.

Car entre mars 2020 et mai 2021, à part au supermarché du coin ou sur le palier de sa porte, les opportunités ne se bousculaient pas franchement.

Les médias s’étaient alors tous empressés de signaler une explosion des inscriptions sur les applications de rencontre. Mais si ces applis « sont bien devenues le premier mode de formation des couples durant la crise », comme le révèle une nouvelle étude de l’Ifop (pas encore en ligne) pour CAM4 et Hot Video, la réalité est beaucoup plus nuancée que ça.

Le bond des rencontres en ligne

Certains, trop horny ou en mal d’amour, ont bravé le confinement pour se rencontrer dans la vraie vie — tapis derrière le buisson d’un parc, au rayon frais de la supérette de quartier, chez l’un ou l’autre. Mais la plupart des célibataires ou personnes en recherche de partenaires sont restées dans la légalité et se sont contentées de surfer sur les applis.

Il faut dire que devant le peu d’occasions qui s’offraient à eux pour faire des rencontres pendant la crise sanitaire, les Français et Françaises ont vu dans les applications dédiées et dans les réseaux sociaux des issues salvatrices. Ainsi, l’enquête de l’Ifop rapporte que :

« Près d’un quart (22%) des Français(es) ayant trouvé un partenaire depuis la fin du 1erconfinement (mai 2021) l’ont rencontré sur une application de dating, soit deux fois plus que ce l’Ifop observait quelques mois avant la crise du Covid-19 (11% en janvier 2020). »

En tout, les plateformes en ligne ont été responsables de 39% des relations formées durant cette période, soit 18 points de plus qu’en janvier 2020. Sans surprise, les bureaux ou bibliothèques, les bars et soirées entre potes ont tous perdu de la vitesse puisqu’il était impossible, ou presque, de s’y rendre.

Cette ruée vers les possibilités de rencontre en ligne a même poussé les plateformes à adapter leurs messages et leurs offres. C’est notamment le cas de Tinder, qui avait rendu gratuite sa fonction « passeport » permettant à ses utilisateurs de découvrir des profils dans le monde entier — de quoi date à Lyon, où vous vivez hors-Covid, même si vous êtes confinée chez vos parents au fin fond de la Suisse romande, par exemple.

Femme prenant un selfie – Crédit photo : Tima Miroshnichenk
Femme prenant un selfie – Crédit photo : Tima Miroshnichenk

Des habitués qui trompent l’ennui

Mais le pic du nombre d’utilisations des applications de rencontres était en majorité constitué d’habitués qui swipaient, parfois pour tromper l’ennui et combler le manque d’interactions que pour trouver l’âme sœur L’enquête rapporte que « la hausse de fréquentation mesurée durant la crise sanitaire a moins été le fruit d’une “ruée” de nouveaux venus que le produit d’un “retour” de Français(es) qui en avaient déjà fait l’expérience avant le Covid ».

François Kraus de l’Ifop explique :

« Cette fréquentation […] est loin de s’être “massifiée” autant que les sites de rencontre ont pu l’affirmer dans leur communication durant la crise sanitaire. »

Du côté des raisons pour lesquelles les utilisateurs sont revenus sur les applications aussi, on est loin du cliché des avides de sexe et autres assoiffées de coups d’un soir puisque pendant la crise sanitaire, les applis de rencontre ont été plus utilisées pour la recherche de relations sérieuses (62%) que pour des relations éphémères (56%).

Avec le Covid, la sexualité s’est dématérialisée

L’étude observe également une montée de l’érotisme en ligne, du flirt et de l’envoi de contenus explicites à caractère sexuel. Pas étonnant, quand on sait que les contacts physiques se faisaient rares durant cette période !

« Le nombre de Français(es) ayant déjà eu un rapport sexuel virtuel a explosé dans l’ensemble de la population adulte (33%, +7 points) comme dans la jeunesse âgée de 18 à 34 ans (52%, +8 points) De même, on observe aussi une hausse significative des échanges d’images à caractère sexuel comme l’envoi de nudes (+13 points chez les jeunes de 18 à 34 ans, à 42%) ou de dickpic (+11 points chez les jeunes de 18 à 34 ans, à 25%) »

À voir si cette numérisation des rapports sexuels et de la drague perdra de la vitesse à la sortie de la crise ou si choper et sexer en ligne deviendra la norme !

À lire aussi : 5 lectrices racontent leurs dates en temps de Covid

Crédits photos : Cottonbro et Tima Miroshnichenk (Pexels)

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Amour

Chère Daronne
emoji-aubergine

J’envoie des emoji aubergine à un autre mec que le mien. C’est tromper ?

Chère Daronne

20 oct 2021

10
Amour
temoignage-amour-apres-la-depression

Après plusieurs mois de descente aux enfers, tomber amoureuse m’a aidée à voir le bout du tunnel

Une madmoiZelle

20 oct 2021

Télé-réalité
Delphine-candidate-lesbienne-de-lamour-est-dans-le-pré-1

L’Amour est dans le pré accueille son premier baiser lesbien, et c’est une révolution

Anthony Vincent

19 oct 2021

Quizz et Tests
test chanson de rupture – adele hello

TEST : Quelle chanson de rupture êtes-vous ?

Maëlle Le Corre

17 oct 2021

Amour
Match Tinder sur l'écran d'un smartphone

Flemme d’être solo à un mariage ? Tinder vous aide à trouver un +1

Chère Daronne
couple-dollar-vert

Mon mec veut qu’on partage toutes les dépenses… sauf ma contraception

Chère Daronne

13 oct 2021

24
Amour
femme-no-vert

Les lassées de l’hétérosexualité témoignent : « Les relations avec les hommes se ressemblent toutes »

Emma Poesy

01 oct 2021

36
Amour
rupture

Comment quitter quelqu’un en douceur ?

QueenCamille

30 sep 2021

16
Féminisme
TikTok – ccarollynn – violences conjugales

« Pas de crop-top », « Ne bois pas »… une ado dévoile les règles terrifiantes de son ex abusif

Féminisme
Galanterie – couple – sexisme

Le spectre de la galanterie hante encore les rapports hétérosexuels

La vie s'écrit au féminin