Live now
Live now
Masquer
brazilian-butt-lift-mourir
Société

On peut mourir d’un brazilian butt lift, et une candidate de téléréalité n’en est pas passée loin

Pour répondre aux critères de beauté dominants, les opérations de lifting brésilien sont de plus en plus répandues. Mais elles ne sont pas sans danger : Luna Skye, star de la téléréalité française, est passée en réanimation à cause de cette procédure chirurgicale.

Même sans avoir jamais entendu parler de la procédure, vous savez très certainement à quoi elle fait ressembler : la silhouette en sablier, avec une taille très fine et des fesses rebondies que crée le brazilian butt lift est promue depuis quelques années comme un nouveau standard de beauté dominant pour les femmes.

« Le problème ? Le brazilian butt lift est l’opération de chirurgie esthétique avec le taux de mortalité le plus élevé »

Des corps retouchés, et des normes dangereuses

Il y aurait beaucoup à dire sur ces silhouettes féminines que l’on voit partout sur les réseaux sociaux. Rarement gratuites, elles résultent de déplacements de graisse et d’injections millimétrées qui exacerbent le ratio taille-hanches. Peu réalistes, elles sont aussi et surtout le fruit de retouches Photoshop fréquentes : les chirurgiens esthétiques les plus compétents du monde ne sont pas en mesure de faire exister ce qui pullule sur Instagram.

Mais ce n’est pas parce qu’on sait qu’un standard de beauté est irréaliste qu’on ne peut pas souffrir de ne pas y ressembler. Et alors que la chirurgie esthétique connaît un boom, nombreuses sont celles qui choisissent de passer elles aussi par la case lifting brésilien.

Le problème ? En 2018, cette procédure était l’opération de chirurgie esthétique avec le taux de mortalité le plus élevé. Les statistiques de la société américaine des chirurgiens plastiques attestaient alors qu’une personne sur 3 000 mourrait des suites d’un lifting brésilien.

Le brazilian butt lift, opération au taux de mortalité élevé

En pratique, un brazilian butt lift commence par une liposuccion qui vise à recueillir de la graisse dans l’abdomen, les cuisses ou les hanches de la personne opérée, avant de « purifier » cette graisse et de la ré-injecter dans les fesses. Un déplacement d’apparence simple, dont les risques peuvent être nombreux.

Car l’esthétique est aussi une question de classe : le coût élevé de l’opération amène de nombreuses femmes, désireuses de reproduire cette apparence forgée par des personnes très riches, à se tourner vers des structures de chirurgie low-cost un peu partout dans le monde, voire vers des lieux insalubres.

Comme l’explique cette vidéo produite par Brut, les docteurs peu qualifiés peuvent alors injecter la graisse dans des endroits dangereux, provoquant des embolies graisseuses qui peuvent avoir des conséquences mortelles en quelques minutes.

Luna Skye, célébrité française en réanimation après un brazilian butt lift

Si ce sont souvent des stars américaines que l’on voit promouvoir ces chirurgies, les françaises ne sont pas épargnées. Ainsi, Luna Skye, candidate de l’émission de télé-réalité Les Marseillais VS le reste du monde, est depuis plusieurs mois aux prises avec un staphylocoque ayant entraîné une septicémie.

C’est à cause d’un lifting brésilien — dont on ne sait pas dans quelles circonstances il a été réalisé — que la jeune femme a attrapé une infection, comme elle l’a annoncé sur les réseaux sociaux.

Après plusieurs hospitalisations aux États-Unis, où elle réside, elle s’est réveillée il y a quelques jours en réanimation. Après une période d’instabilité et une opération, on ne sait pas encore si elle est tirée d’affaire tant la bactérie a jusqu’ici été tenace.

Une situation d’un danger mortel, pour une procédure si récente que ses conséquences à long terme ne sont pas encore renseignées — d’après un article du New York Times, même dans les cas où l’opération et sa rude convalescence se dérouleraient sans accroc, il est encore trop tôt pour savoir quels effets ces injections auront sur la peau et les cellules graisseuses dans des dizaines d’années.

Dans ces circonstances, on ne peut que souhaiter à Luna Skye un rétablissement rapide, et continuer à lutter pour que nos corps ne soient plus soumis à une pression telle que certaines y laissent leur vie.

À lire aussi : J’ai été incitée à me faire poser des implants mammaires, et je vais les faire retirer

Crédit photo : Gian Cescon / Unsplash

Les Commentaires
18

Avatar de Nastasja
18 novembre 2021 à 20h35
Nastasja
@Léona B.
Contenu spoiler caché.

Bon désolée @Léona B. c'était brouillon, mais globalement je crois qu'on est d'accord et merci d'avoir confirmé et réaffirmé certaines choses.
0
Voir les 18 commentaires

Plus de contenus Société

Actu sexe
Des démineurs mobilisés pour désarmer un obus coincé dans le rectum d'un patient

Un Anglais « glisse » sur un obus de la Seconde Guerre mondiale : des démineurs mobilisés pour désarmer son rectum

Actu mondiale
pexels-mark-angelo-sampan-club

À Berlin, les clubs restent ouverts, mais gare à vous si vous dansez

Maëlle Le Corre

06 déc 2021

Livres
reconnaitrans laurier the fox – editions lapin

« De simples mots peuvent nous blesser, nous tuer » : cette BD montre les ravages de la transphobie ordinaire

Maëlle Le Corre

04 déc 2021

Insolite
coinces_pub_troisjours

Une tempête de neige les bloque au pub ? Ils improvisent une pyjama party pendant 3 jours, vive l’esprit de Noël

Aïda Djoupa

03 déc 2021

Féminisme
Rihanna

Laissons Rihanna et son utérus tranquille, bon sang

Camille Abbey

03 déc 2021

3
Société
nayeli-dalton-unsplash-femme-handicap-fauteuil-roulant

Encore un non : l’Assemblée nationale retoque à nouveau l’individualisation de l’AAH

Maëlle Le Corre

03 déc 2021

Psychologie
Personne malade avec un thermomètre dans les mains

Double peine : le Covid toucherait plus durement les personnes atteintes de troubles psy

Société
harcelement_scolaire_delit

Jusqu’à 10 ans de prison pour harcèlement scolaire : l’Assemblée Nationale a voté oui. Et maintenant ?

Aïda Djoupa

02 déc 2021

Beauté
Le-casting-de-Love-Island

Les ados, cibles trop faciles de la chirurgie esthétique ? Le Royaume-Uni sévit

Anthony Vincent

02 déc 2021

6

La société s'écrit au féminin