Live now
Live now
Masquer
nous-toutes-2019-manifestation-maellelecorre
Société

Nous Toutes mobilisée contre la transphobie, après la polémique sur la date de sa manifestation

Accusée d’invisibiliser les événements liés à la Journée du souvenir trans le 20 novembre, l’organisation Nous Toutes a pris des engagements auprès d’associations trans.

L’annonce avait suscité des craintes vives et des protestations : en annonçant sa manifestation contre les violences sexistes et sexuelles le même jour que la journée du souvenir trans, le TDoR, qui commémore les victimes de la transphobie, Nous Toutes faisait courir le risque d’invisibiliser les actions menées par les associations en ce jour particulièrement important pour la communauté trans.  

Comme le rappelle Act Up-Paris, qui organise une marche commémorative et revendicative ce samedi 20 novembre à Paris, il ne s’agit pas que d’honorer la mémoire des personnes victimes de crimes de haine transphobe, mais de se souvenir de toutes celles et ceux qui ont été violentées par un système qui broie les personnes trans et les empêche de vivre :

« Les agressions, violences, meurtres et assassinats transphobes sont en hausse, comme les suicides : la transphobie d’État pousse certain,e,s d’entre nous à attenter à leurs jours. Les barrières administratives, la psychiatrisation constante, les difficultés d’accès à un logement, à un emploi constituent une spirale infernale dont nous ne parvenons pas tou,te,s à nous extraire. »

Un engagement pris auprès des organisations trans

Le collectif transféministe Toutes des femmes a choisi d’être présent à la manifestation parisienne de Nous Toutes, et d’en profiter pour appeler les manifestantes présentes à se joindre aussi au rassemblement organisé pour le TDoR par l’association Acceptess T qui aura lieu le soir même.  

« C’est la journée que Nous Toutes a choisi pour sa manifestation », rappelle Jill Maud Royer, membre du collectif, qui a demandé à Nous Toutes de prendre ses responsabilités en tant qu’organisatrice de la marche « en faisant en sorte que les transphobes n’aient pas leur place dans cette manifestation-là. » 

Le collectif Toutes des femmes a en effet échangé avec Nous Toutes et a pu obtenir l’engagement que le service d’ordre de la manifestation sera intransigeant avec tout type de pancartes ou slogans transphobes qui pourraient survenir durant la manifestation.

Un service d’ordre qui ne laissera pas passer la transphobie

« On va expressément former le service d’ordre et les prévenir de potentiels attaques et de propos transphobes », confirme à Madmoizelle Marylie, de Nous Toutes. « Il sera mobilisé là dessus, pour que ces pancartes n’aient pas leur place, tout comme des pancartes racistes. »

Une façon de rattraper le coup après l’annonce de la manifestation qui avait indigné la communauté trans ?

« On nous a fait le reproche de vouloir invisibilsier le TDoR, ce qui n’était pas du tout notre intention », affirme la représentante de Nous Toutes, qui ajoute :

« On ne pouvait pas non plus invisibiliser la journée mondiale des droits de l’enfant [qui se tient elle aussi le 20 novembre, ndlr]. On a donc choisi de faire une manifestation qui dure moins longtemps avec un parcours moins long, pour permettre aux manifestantes de se rendre au rassemblement du TDoR. »

Nous Toutes prévoit aussi l’intervention d’une activiste trans lors des prises de paroles de fin de marche. En outre, parmi les désormais traditionnelles pancartes distribuées aux manifestantes pour créer une marée violette, l’une sera sur la transphobie.

En amenant Nous Toutes à se positionner contre la transphobie, Jill-Maud Royer constate avec satisfaction « une prise de conscience dans le mouvement féministe mainstream » concernant les enjeux transféministes et la présence de discours excluant les femmes trans.

Suivez-nous sur Instagram : le 20 novembre, Madmoizelle vous emmène à la manif #NousToutes

À lire aussi : C’est quoi le bail avec J.K. Rowling et la transphobie ?

Crédit photo : Maëlle Le Corre

Les Commentaires
3

Avatar de ThaisO.
21 novembre 2021 à 18h44
ThaisO.
NousToutes est un collectif, pas une association. Ce qui veut dire que n'importe qui est libre de se dire appartenant à NousToutes. Ce qui laisse une grande liberté au niveau des comités locaux mais qui a aussi l'inconvénient qu'il est impossible d'exclure qui que ce soit.
Parmi les personnes que j'y connais, je n'ai vu que des personnes ouvertes. Nous avons collé pour les femmes trans et contre la pédocriminalité.
Merci pour tes précisions !
0
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Société

Série télé
Extrait de la docu-série Le Petit Bleu avec Lexie du compte Instagram @aggressively_trans

Toute la pluralité des transidentités est explorée dans cette série-documentaire aussi accessible que passionnante

Anthony Vincent

27 nov 2021

Société
foie-gras

Foie non grata : la mairie de Strasbourg bannit le foie gras de ses évènements officiels

Maëlle Le Corre

26 nov 2021

Parentalité
députée

Scandale au Royaume-Uni : une députée OSE venir bosser avec son bébé

Camille Abbey

26 nov 2021

16
Actualités
Kim-Kardashian-ou-le-victim-blaming

Cinq ans après, les leçons à tirer du cambriolage de Kim Kardashian et des réactions du grand public

Anthony Vincent

26 nov 2021

Féminisme
sylvia-cecile-claire-nouvian-hulot-envoye-special-temoignages

Affaire Nicolas Hulot : après la diffusion d’Envoyé Spécial, de nouveaux témoignages émergent

Maëlle Le Corre

26 nov 2021

Culture Web
Yassification-du-casting-de-Friends

Culture queer, retouches, racisme… le mème de la yassification est plus profond qu’il n’y paraît

Anthony Vincent

26 nov 2021

Féminisme
sérielisa

« Mais je l’aime… » : cette série explique parfaitement l’emprise et la violence dans le couple

Camille Abbey

26 nov 2021

Témoignages
corps de femme

Je suis chirurgien, et je « répare » les clitoris des femmes victimes d’excision

Aïda Djoupa

25 nov 2021

10
Psychologie
Femme triste dans sa chambre

Stress post-traumatique, dissociation… comment gérer l’« après » des violences conjugales ?

La société s'écrit au féminin