Live now
Live now
Masquer
nom-famille-difficile-porter
Témoignages

Vis ma vie de meuf qui s’appelle « Bonnichon »

15 août 2017 21
Cécile a un nom de famille à caractère… poitrinaire. Après le difficile passage de l’adolescence, elle explique comment elle a su s’approprier son nom et enfin l’aimer.

Mon nom de famille c’est Bonnichon et ça se prononce « beaux nichons ». Je ne fais pas partie de la catégorie des gens avec un nom marrant, avec lequel on peut faire des jeux de mots. Avec le mien, tout est déjà servi sur un plateau d’argent !

Je vais pas vous mentir, ça n’a pas toujours été facile de s’appeler ainsi mais maintenant je trouve que j’ai le nom de famille le plus cool du monde et je le kiffe. Remballez vos noms normaux bande de moldus !

Mon enfance innocente VS mon nom de famille

Quand j’étais en maternelle, je n’avais absolument pas conscience de la signification de mon nom de famille et les enfants autour de moi non plus.

Pour un•e gamin•e de 4 ans, le mot qui ressemble le plus à Bonnichon, c’est cornichon. Ça a donc été mon surnom pendant quelques années.

À l’époque je trouvais ça super méchant, mais mon gars, je savais clairement pas ce qui allait m’attendre à l’adolescence ! (Tous les dérivés de mon nom que je vais utiliser dans cet article sont une liste non-exhaustive des surnoms qu’on m’a donnés.)

Pendant la primaire, tout le monde autour de moi a enfin compris ce que « beaux nichons » voulait bien dire et les blagues de haut niveau ont commencé.

Mais à ce moment-là, j’étais plate comme une limande (Wikipédia me proposait plate comme une planche à pain mais c’est clairement moins drôle) et donc ces blagues ne m’affectaient absolument pas, je dirais même plus : elles ricochaient sur mon bouclier de l’indifférence.

WATCH OUT GIRL, ADOLESCENCE IS COMING LOL

À lire aussi : Je complexais sur ma poitrine généreuse… mais c’est du passé !

L’adolescence et la célébrité non voulue

Honnêtement, si vous avez à choisir, je vous conseillerais pas de vous appeler Bonnichon au collège/lycée. C’est clairement pas la tendance, c’est un peu la coupe mulet des noms de famille.

Quand mes hormones ont commencé à travailler, mes seins à pousser et mes hanches à s’élargir, j’étais clairement pas au top de ma confiance en moi ! C’était la période de ma vie où j’avais juste envie de me terrer dans un trou et d’attendre que ça passe.

Sauf que c’est plutôt compliqué lorsque tu t’appelles « Beaux nichons ».

Quand les professeurs faisaient l’appel, ils disaient mon prénom alors qu’ils appelaient tous mes camarades par leurs noms de famille.

Ça partait d’une bonne intention mais hélas, ça faisait rire tout le monde car ma classe savait déjà depuis le premier jour que je m’appelais beaux nibards.

Mais j’avoue que ce que je préférais (ou pas), c’était les remarques des garçons qui m’arrêtaient régulièrement en soum soum entre deux cours, ces poètes incompris…

« Hey beaux nichons, montre tes seins. HEY COMMENT ON PEUT SAVOIR S’ILS SONT VRAIMENT BEAUX SI TU LES MONTRES PAS WESH ?! »

J’avoue, j’aurais pu faire tourner mes eins, quelle égoïste tssss. Ces élèves se demanderont toute leur vie si mon nom disait vrai ou non, jusqu’à en devenir fou, tout ça par ma faute. La meuf elle a pas de cœur tsais…

Facebook est aussi arrivé à ce moment-là avec sa dose d’inconnus bien charmants qui pensaient que mon nom de famille était une invitation ou un pseudo d’actrice porno (j’avoue, j’aurais pas à chercher bien loin pour mon nom de scène si je me reconvertissais dans ce biz là).

nom-famille-commentaires

Mais la vraie célébrité, elle a commencé au lycée.

Le premier jour, tous les secondes étaient réunis dans la salle polyvalente et là, la directrice a lâché oklm devant 400 personnes : « je vais vous appeler un par un par votre nom pour vous dire dans quelle classe vous êtes ».

J’ai sué à grosses gouttes comme jaja jusqu’à ce qu’elle appelle mon nom « CÉCILE BONNICHON, seconde 12 » et que les gens autour de moi se mettent à rigoler. Et c’est là que je me suis rendu compte que je leur en voulais pas, moi aussi je trouvais mon nom drôle !

À lire aussi : Vos souvenirs de rentrée les plus marquants — Les madmoiZelles témoignent

Ma vie d’adulte avec mon nom qui claque sa race

J’ai appris à accepter et à kiffer mon nom quand j’ai compris qu’il fallait que j’en rie aussi ! J’en suis même rapidement devenue fière, en grandissant je n’avais plus honte, JE TROUVAIS ÇA HYPER BADASS.

Quand vous connaissez quelqu’un qui s’appelle beaux tétés, vous le dites à tout le monde parce que vous savez que ça va faire un carton. Du coup peu importe où j’allais, les amis des amis des amis de mes amis connaissaient mon nom de famille. Je trouvais ça plutôt cool !

Je suis hyper décomplexée par rapport à mon nom maintenant et pour rien au monde je ne voudrais en changer. Je pense qu’il m’a aussi aidée à aimer mes petits eins !

J’ai même exporté mon nom à l’étranger puisque quand j’étais en Erasmus, je demandais à mes colocs de m’appeler « beautiful boobs ».

J’adore voir l’étonnement sur le visage des gens quand je suis la première à m’amuser de mon nom, ils beuguent puis en rigolent avec moi.

Si vous êtes toujours pas convaincu•es, voici la liste de trucs cool quand tu t’appelles Beaux nibards :

  • Jamais personne n’oublie ton nom
  • Ça détend l’ambiance peu importe où tu vas
  • Quand tu fais une carte de fidélité dans une boutique, que tu dis que tu t’appelles Bonnichon et que tu vois la vendeuse crisper tous les muscles de son visage pour essayer de ne pas rire
  • Quand tu couches avec un mec et qu’il te lâche un petit « ton nom disait vrai »
  • C’est archi stylé comme nom pour ma future marque de t-shirt
  • tu peux devenir célèbre assez facilement :
nom-famille-emission

À lire aussi : Des Américains tentent de prononcer des noms français… et c’est rigolo

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !

Les Commentaires
21

Avatar de Intercatlactic
21 décembre 2017 à 12h01
Intercatlactic
Non, moi aussi j'arrive a lire les informations, par sécurité pour la personne un petit bandeau noir sur les infos serait pas plus mal

Sinon, personelement, je n'ai pas a nom a consonance particulière, par contre je dois a chaque fois justifier son écriture (il comporte deux "L" alors que souvent les gens n'en mettent qu'un) du coup j'ai le droit quasiment a chaque fois à la super blaque 'ha mais du coup, c'est cool tu peux voler'' .
Et après la personne ce rend compte que non sa me fait pas rire vu que je l'ai entendu x fois et se rend compte de sa blague nul
1
Voir les 21 commentaires

Plus de contenus Témoignages

excision-vert
Féminisme

« Ça fait partie de la tradition » : excisées par nos mères, nous tentons de comprendre

Fenta Savane

07 fév 2023

5
lelo-lily3-saint-valentin-selfcare (1)
Lifestyle

Changer les codes de la Saint-Valentin ? Mélodie, 23 ans, m’a donné sa vision du 14 février

Oscar Staerman

04 fév 2023

Ivan Samkov / Pexels
Témoignages

Charlotte, 34 ans : « J’ai arrêté d’associer amour et couple »

Aïda Djoupa

03 fév 2023

1
Daria Pimkina / Unsplash
Règlement de comptes

Lina, 1 863 € par mois : « Par rapport aux gens de mon âge, je me considère dans la moyenne très haute »

Photographie prise par Madmoizelle
Témoignages

De 15 à 75 ans, des manifestantes racontent pourquoi elles se mobilisent contre la réforme des retraites

Aïda Djoupa

01 fév 2023

5
cocktail sans alcool
Témoignages

J’ai fait le Dry january et après un mois, mon foie peut faire revenir l’être aimé

Aïda Djoupa

29 jan 2023

17
photo personnelle de la témoignante
Témoignages

En tant que gitane, je cherche ma place dans la lutte antiraciste

Aïda Djoupa

28 jan 2023

19
Celib_Eden_V
Témoignages

Eden, 25 ans : « Quand je parle de polyamour, les gens sont refroidis »

Aïda Djoupa

27 jan 2023

1
zino de groot
Règlement de comptes

Assia, 2 318 € par mois : « Je ne comprends pas pourquoi je suis toujours dans le rouge »

Aïda Djoupa

26 jan 2023

23
Kinga Cichewicz / Unsplash
Témoignages

J’ai un trouble dissociatif de l’identité et je mène plusieurs vies, en toute autonomie

Aïda Djoupa

25 jan 2023

10

Témoignages