Live now
Live now
Masquer
marlene-schiappa-livres-erotiques
Actualités France

Marlène Schiappa écrit (peut-être) des bouquins érotiques, et ça ne fait pas d’elle une femme politique incompétente

La secrétaire d’État à l’égalité entre les femmes et les hommes fait l’objet de critiques parce qu’elle aurait écrit des livres érotiques. Encore une illustration du slut-shaming.

Marlène Schiappa est la secrétaire d’État à l’égalité entres les femmes et les hommes.

À l’origine rédactrice/blogueuse, fondatrice du réseau « Maman travaille », elle a débuté la politique au niveau local avant de rejoindre En Marche! et de prendre la tête d’un secrétariat d’État.

Marlène Schiappa écrit-elle des récits érotiques ?

Le 7 juillet, L’Express révélait aussi… qu’elle écrit des livres érotiques sous pseudo.

Enfin, le média n’a pas tout à fait le fin mot de l’histoire, d’autant plus que l’entourage de Marlène Schiappa dément.

Mais selon L’Express, les coïncidences sont trop nombreuses pour ne pas être un peu louches, et l’article se termine sur cette question :

« Marlène Schiappa finira-t-elle par assumer l’existence de Marie Minelli ? » (ndlr : Marie Minelli est le pseudo avec lequel Marlène Schiappa signerait selon le journaliste ses œuvres érotiques.)

Réponse, je vous le donne en mille : on ne sait pas.

On ne sait pas, premièrement parce qu’on n’est pas sûr•es qu’elle soit effectivement l’auteure de Comment transformer votre mec en Brad Pitt en 30 jours, Osez les sexfriends ou Les filles bien n’avalent pas, pour citer les trois titres qui sont visiblement l’objet du délit(re).

Mais on ne sait pas non plus, parce que visiblement, l’écriture de récits érotiques remet en question toute la crédibilité que l’on a pu bâtir par ailleurs, et rend donc la chose compliquée à assumer.

Comme si le fait d’avoir une expérience comme celle-ci était incompatible avec toute forme de responsabilité.

Atlantico et « les filles bien »

C’est en tout cas le message qu’a voulu faire passer Atlantico, un journal en ligne généralement classé à droite, à travers la plume de Benoît Rayski.

Lui aussi auteur de plusieurs ouvrages — dont par exemple Le Gauchisme, maladie sénile du communisme

(je le précise car ça donne une indication sur qui est le bonhomme) — a visiblement sa petite opinion sur le sujet.

Dans un article qui sent le slut-shaming à plein nez, il nous fait comprendre qu’écrire des bouquins érotiques n’est clairement pas une activité respectable, en se servant de ce prétexte pour démontrer l’incompétence de Marlène Schiappa en tant que femme politique.

C’est d’ailleurs en rappelant que chez Atlantico, ça fait un moment que les journalistes affirment haut et fort que Marlène Schiappa est « grotesque, ridicule, idiote » qu’il débute sa diatribe très très salée.

En faisant un usage de l’ironie tout discutable, il sous-entend clairement que le fait que Marlène Schiappa ait écrit des livres érotiques est matière à questionner sa légitimité en tant que secrétaire d’État.

Encore une fois, les femmes qui aiment le sexe, qui l’assument, ou qui ont une quelconque activité qui s’y rapporte sont dépeintes comme n’étant douées que pour cela : ça vaut bien le titre de « reine des salopes » à la secrétaire d’État.

D’ailleurs, c’est ce que Benoît Rayski sous-entend lorsqu’il explique que finalement il n’en veut pas tant que ça à Marlène Schiappa :

« Elle est une femme. Rien qu’une femme. Une femme avec un corps dont tout laisse à penser qu’il est affriolant. Une femme apparemment, et avec bonheur, folle de son corps. Comment ne pas tomber sous le charme ? »

Écrire des récits érotiques est-il la preuve de l’incompétence d’une ministre ?

Pourtant, je ne crois pas qu’écrire des récits érotiques préjuge de la capacité ou non d’une personne à occuper un poste à responsabilité.

En fait, ça n’a strictement aucun lien, ça ne donne aucune indication sur le fait qu’elle soit capable ou non de traiter les dossiers pressants sur l’égalité femmes-hommes.

Si elle devait être abordée, la question de sa capacité à faire de la politique devrait l’être par un autre angle : critiquer sa position sur tel dossier, analyser sa politique sur tel autre et proposer des alternatives si elle ne nous satisfait pas, vérifier que son comportement est éthique…

Qu’est-ce qui fait la preuve de l’incompétence d’un·e ministre ?

Car c’est ça qui fait la compétence d’un•e ministre ou d’un•e secrétaire d’État : la connaissance des dossiers, son action en la matière, le bon usage du pouvoir qui est à sa disposition.

Pour juger de l’incompétence d’une personnalité politique, on peut par exemple s’appuyer sur des indices tels qu’une mise en examen pour emplois fictifs, financement occulte de campagne électorale, sous-évaluation de patrimoine, fraude fiscale

Ça ce sont des raisons valables de décréter qu’une secrétaire d’État n’a pas sa place au gouvernement ou à l’Assemblée Nationale.

Avoir écrit des romans érotiques en revanche… non. Ça n’est pas une raison valable, c’est simplement du bon gros slut-shaming des familles.

À lire aussi : #RapeMelania : les menaces de viol et le slutshaming ne sont JAMAIS des arguments


Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Les Commentaires

26
Avatar de EleanorRigby
4 août 2017 à 17h08
EleanorRigby
@Black Phillip Même si je comprends plus ou moins ton point de vue, je tenais tout de même à clarifier une chose. Etre cheffe d'entreprise ne veut pas dire rouler sur l'or. Je suis auto-entrepreneur et je suis loin d'être millionnaire. Ma situation est beaucoup plus précaire et instable que celle d'une personne salariée. Dans les périodes creuses de mon activité, il m'arrive de faire des mois à 600€ et encore, c'est déjà bien! Il faut se sortir de la tête que entrepreneur = riche. C'est bien souvent tout l'inverse...
2
Voir les 26 commentaires

Plus de contenus Actualités France

Source : Capture d'écran Youtube
Société

Poupette Kenza accusée d’avoir tenu des « propos antisémites », la Dilcrah saisit la justice

5
Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Deux femmes s'embrassent sous un drapeau arc-en-ciel, symbole LGBT © Gustavo Fring de la part de Pexels
Société

La Gen Z, plus LGBT+ que ses ainées ? Une étude le confirme

7
Grâce à Judith Godrèche, l'Assemblée envisage une commission sur le travail des mineur·e·s dans le cinéma et la mode.jpg // Source : Capture d'écran YouTube de LCP - Assemblée nationale
Actualités France

Grâce à Judith Godrèche, l’Assemblée se dote enfin d’une commission pour protéger les mineurs dans le cinéma et la mode

Un couple d'homme en train de s'occuper de leur bébé né par Gestation pour Autrui // Source : alvarostock
Daronne

Timothée a fait le choix d’une GPA éthique : « si le consentement est éclairé, les femmes ne sont pas exploitées »

bulletin-salaire // Source : URL
Actualités France

Les fiches de paie vont bientôt être simplifiées, et ce n’est pas forcément une bonne nouvelle

10
Hanny Naibaho festival
Actualités France

Ce festival mythique pourrait bien diparaître (et on est trop triste)

Source : TF1 - Capture d'écran de l'émission Sept à Huit
Actualités France

Les nouvelles mesures autoritaires de Gabriel Attal pour lutter contre les violences entre mineurs

16
Bâtiments du 4° bataillon de l'école spéciale militaire de Saint-Cyr Coetquidan ; au premier plan, celui de la 13e compagnie en 2018 // Source : Wikimedia Commons / Alain.Darles EOR Saint-Cyr à Coetquidan 1971 / Licence Creative Commons
Actualités France

Violences sexistes et sexuelles à l’académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan : l’enquête choc de FranceTV

4
La mairie de Paris décroche les pubs pour le livre transphobe des TERF les plus célèbres de France // Source : Capture d'écran Twitter
Actualités France

La mairie de Paris décroche les pubs pour le livre transphobe des TERF les plus célèbres de France

1
macron coupe du monde
Actualités France

Emmanuel Macron mécontente 3/4 des Français·e·s (et surtout les femmes), selon un nouveau sondage

1

La société s'écrit au féminin