Live now
Live now
Masquer
Deux femmes tenant des rubans rose dans les mains, en signe de lutte contre le cancer de-u sein
Santé

Les traitements permettant aux femmes de retrouver l’épanouissement sexuel après une maladie, bientôt remboursés ?

La députée Audrey Dufeu a déposé un amendement visant à envisager le remboursement par la Sécurité sociale « des traitements favorisant l’épanouissement sexuel des femmes après un cancer ou lors de la ménopause ».

Jusqu’à maintenant, les répercussions des cancers du sein et de la ménopause sur la sexualité des personnes à vulve n’étaient pas ou très mal prises en compte par la Sécurité sociale.

Et Audrey Dufeu, députée de la huitième circonscription de la Loire-Atlantique pour LREM, et vice-présidente de la commission des affaires sociales, compte bien que ça change… La semaine du 25 octobre, elle a donc déposé un amendement pour que le législateur considère le remboursement des traitements visant à améliorer la sexualité des femmes et personnes assignées femmes ayant été touchées par certaines maladies.

On fait le point sur ce que ça implique !

Des complications sans solutions

D’après une enquête menée en 2018 par l’Institut national du cancer, 58% des personnes ayant eu un cancer reconnaissent que la maladie a eu des conséquences négatives sur leur sexualité.

Les dysfonctionnements ou des changements hormonaux propres aux personnes à vulve — sécheresses vaginales, atrophies, douleurs et irritations en tous genres — rendent les rapports sexuels très compliqués, voire impossibles. Et c’est sans compter la fatigue, la baisse de libido et la modification de l’image corporelle que ce genre de conditions peut engendrer.

L’OMS a même confirmé que la santé sexuelle faisait partie du bien-être physique, émotionnel, mental et social de tous et toutes. Pourtant, non seulement parler de l’épanouissement sexuel des personnes après une maladie est tabou, mais le peu de solutions qui existe n’est pas bien remboursé, voire pas du tout !

Personne tenant des rubans roses, symboles de la lutte contre le cancer du sein

Pour régler les problèmes liés aux cancers ou à d’autres changements physiques comme la ménopause, les personnes concernées ont bien quelques bouées de sauvetage, parmi lesquelles les traitements par laser ou radiofréquences et expérimentaux, ou encore les thérapies de couple.

Mais rien de tout ça n’est pris en charge par la Sécurité sociale ! C’est comme si la sexualité des personnes à vulve pendant la maladie ou post-maladie n’existait pas… La députée à l’origine de l’amendement explique la difficulté d’obtenir de tels traitements dans une tribune pour le Huffington Post :

« Malheureusement, à ce jour, peu de femmes sont en mesure d’en bénéficier et seuls quelques gynécologues disposent des appareils délivrant ces soins. De plus, ces traitements – dont les coûts sont très élevés – ne peuvent bénéficier à toutes les femmes. »

Une inégalité de remboursement sexiste

Pourtant, grand étonnement (non), l’épanouissement sexuel des personnes à pénis est, quant à lui, parfaitement reconnu par l’Assurance maladie, notamment avec le remboursement des traitements liés aux troubles érectiles.

Céline Lis-Raoux, directrice de l’association Rose, explique à FranceInfo qu’après un cancer, les hommes et personnes assignées hommes bénéficient de traitements remboursés, contrairement aux femmes :

« Les hommes ont, eux, accès à deux dispositifs médicaux remboursés par la Sécurité sociale à la suite d’une opération de la prostate et d’un cancer de la prostate. »

Les rares fois où le confort sexuel des personnes à vulve est pris en compte pendant qu’elle traverse une maladie ou un chamboulement hormonal, c’est avant tout sous le prisme de leur fertilité et de la maternité, encore et toujours.

Deux poids, deux mesures, donc ! Comment rétablir l’équilibre ? L’amendement de la députée Audrey Dufeu a été adopté : croisons donc les doigts et espérons que des mesures seront prises pour que les personnes à vulve puissent retrouver une vie sexuelle satisfaisante et épanouissante, même après la maladie !

À lire aussi : On fait le point sur l’auto-palpation, ce geste essentiel contre le cancer du sein

Crédits photos : Anna Tarazevich et Michelle Leman (Pexels)


Ajoutez Madmoizelle à vos favoris sur Google News pour ne rater aucun de nos articles !

Les Commentaires

2
Avatar de pliploup
28 octobre 2021 à 09h10
pliploup
Je rejoins ma VDD, j'ai pas compris grand-chose à l'article.
Les rares fois où le confort sexuel des personnes à vulve est pris en compte pendant qu’elle traverse une maladie ou un chamboulement hormonal, c’est avant tout sous le prisme de leur fertilité et de la maternité, encore et toujours.
En particulier ce passage : on dirait qu'il conclut un argument, mais il vient juste après le passage sur le Viagra, et je vois pas ce qui est sous-entendu en fait; surtout que si on aide les femmes que sous le prisme de leur fertilité et de la maternité, c'est bien parce qu'on se fout pas mal de leur confort sexuel en fait. Et que si le chamboulement hormonal est une periphrase pour ménopause, ben la fertilité ou la maternité c'est plus trop la question non plus. Je comprends vraiment pas du tout ce paragraphe
Et pareil que @adita, svp, quand vous parlez de cancer, dites cancer quoi. C'est pas tabou comme maladie, et puis dans l'article on ne parle vraiment que de cancer ou de ménopause, donc maladie, c'est pas le meilleur choix de mots, notamment dans le titre...
0
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Santé

Source : Nadezhda1906 de Getty Images Pro
Daronne

Mon enfant doit-il consulter un psychologue ? Voici les 6 signes identifiés par les spécialistes

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source : Phillip Pessar / Flickr
Actualités mondiales

Aux États-Unis, un ado meurt après le « One Chip Challenge », énième défi dangereux

Source : Creative Commons
Daronne

Doliprane pour enfant : attention à certaines pipettes défectueuses, alerte l’ANSM

Source : npdesignde / Getty Images
Santé

Bed rotting : pourquoi glander au lit toute la journée est une mauvaise idée

3
femme-bar-verre-alcool // Source : URL
Santé

« À 29 ans, je dois arrêter l’alcool car c’est devenu incontrôlable » : dans la vie de Juliette, alcoolique mondaine

3
C'est l'appareil électroménager-star de nos cuisines ces dernières années : on veut bien évidemment parler de la friteuse à air chaud ! Louée pour sa praticité et sa rapidité, il se murmure néanmoins qu'elle serait cancérigène et dangereuse pour la santé. On démêle le vrai du faux.
Santé

Mal utilisées, les friteuses Airfryer peuvent-elles vraiment être toxiques pour la santé (comme l’affirme une étude coréenne) ?

Source : @Photo de Mikhail Nilov
Beauté

Un mouvement anti crème solaire sévit sur les réseaux sociaux et voici pourquoi c’est inquiétant

54
bethany-beck-unsplash mere sociale enfants d’arc en ciel
Daronne

Mère et atteinte de TDAH : « J’ai longtemps tenté de masquer mes difficultés quotidiennes »

14
Source : URL
Santé

Selon une nouvelle étude, il n’existe pas d’augmentation du risque de cancer pour les enfants nés d’une PMA

Source : URL
Beauté

Pourquoi vous devriez arrêter de faire des lissages brésiliens

La société s'écrit au féminin