Live now
Live now
Masquer
freestocks-nss2eRzQwgw-unsplash
Santé

Les femmes sont-elles victimes de maltraitance de la part de l’industrie pharmaceutique ?

Les violences gynécologiques sont de plus en plus mises en lumière par les médias et à travers des témoignages. Mais peu d’articles affirment encore la maltraitance dont les femmes sont pourtant victimes de la part d’une industrie pharmaceutique qui pense les médicaments pour les hommes, et alimente une représentation misogyne et sexiste des corps féminins.

Parler de violences gynécologiques, c’est évoquer un système pharmaceutique qui renforce les injonctions genrées. À travers des stratégies marketing douteuses, cette industrie entretient une logique de représentation des femmes comme objets du désir masculin.

La majorité des scandales sanitaires touchent les femmes 

Ces dernières années, l’industrie pharmaceutique a été l’objet de nombreux scandales sanitaires. Distilbène, Agréal, Levothyrox, Mediator, Androcur… Dans Mauvais traitements, pourquoi les femmes sont mal soignées, Delphine Bauer et Ariane Puccini ont mis en lumière le fait que ces 80% de médicaments retirés du marché après des scandales sur leurs effets secondaires étaient prescrits à une majorité de femmes. C’est le cas, par exemple, de l’Androcur, traitement hormonal suspecté de provoquer des tumeurs au cerveau. Ce dernier a été prescrit à 80% de femmes. C’est aussi le cas du Levothyrox, qui est suspecté d’avoir provoqué plusieurs décès. Il a, selon la DGS (Direction générale de la Santé), été prescrit à 85% de femmes, tandis que le Mediator, censé aider à perdre des kilos, aurait été vendu, selon la CNAMTS (Caisse Nationale d’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés), à 72% de patientes alors qu’il provoquait des problèmes cardiaques et aurait entraîné entre 1300 et 1800 décès en France.

Des médicaments pour les femmes mis en cause

Plus particulièrement pour les médicaments féminins, de nombreux scandales sanitaires ont secoué l’industrie pharmaceutique : Distilbène, pilule de 3e génération, Thalidomide… Par exemple, le Distilbène, qui était prescrit à près de 200 000 femmes françaises pour prévenir le risque de fausses couches, s’était révélé dangereux sur les filles exposées in utero puis sur la 3e génération. Une victime explique avoir vécu un véritable parcours du combattant « des hormones » : « Les dysménorrhées de mon adolescence, la première hystérographie montrant un utérus typique de l’exposition au DES (distilbène), les kystes aux ovaires, les opérations, les endométrioses (…), 2 fausses couches, 2 grossesses difficiles. »

Les femmes sont les premières exposées aux scandales sanitaires. Delphine Bauer et Ariane Puccini ont ainsi relevé qu’elles sont « de manière disproportionnée, davantage exposées à des substances dangereuses ». Puis « Sur les 105 médicaments décrits ‘’à éviter’’ par Prescrire, 35 médicaments apparaissent parmi ceux remboursés par l’assurance maladie ». Et, parmi ceux-là, une écrasante majorité est plus prescrite aux femmes : 30 précisément contre 5 majoritairement aux hommes » et « le taux de prescription à des patientes est de 60% pour les deux tiers des médicaments listés ». 

L’industrie pharmaceutique cible les femmes pour renforcer une représentation sexiste de leurs corps 

Plus largement, cette industrie utilise un marketing qui cible les femmes de façon précise. Le compte Instagram Pépite sexiste a ainsi recensé une « taxe rose » sur une déclinaison d’AINS (anti-inflammatoire non stéroïdien) roses contre les règles douloureuses et vendus 49 centimes de plus alors qu’ils contenaient la même chose que l’original. Par ailleurs, l’industrie pharmaceutique cible la ménopause pour la rendre pathologique, en proposant des traitements hormonaux substitutifs, ou vend du viagra féminin contenant des effets secondaires importants pour pallier une baisse de libido.

Ce marketing centré autour d’une libido pathologique contribue à donner une idée codifiée de la sexualité, où un nombre de rapports serait « convenable » pour satisfaire le partenaire masculin. À propos de ce marketing, Martin Winckler explique dans Les brutes en blanc que « C’est le marketing, également dirigé vers les dermatologues qui déclencha la prescription massive de ’pilules-qui-traitent-l’acné’, dont l’effet contraceptif n’était pas meilleur que celui des pilules plus anciennes, mais les effets secondaires graves, plus nombreux. »

Entretenir une logique misogyne d’un corps féminin « objet » du désir masculin 

Traitements hormonaux pour éviter les tourments de la ménopause, anti-acnéiques pour une peau parfaite, médicaments pour mincir, ou contraception hormonale pour éviter aux hommes la contrainte du préservatif… Les médicaments soutiennent parfois un système sexiste dans lequel les femmes devraient atteindre un idéal de beauté qui satisferait le désir masculin. L’industrie pharmaceutique renforce aussi les injonctions misogynes, notamment à travers la représentation d’une féminité « malade » lorsqu’elle ne correspond pas aux stéréotypes de genre. Comme le dit très justement Marion Larat, victime d’un AVC à cause de la pilule de troisième génération : « La liberté sexuelle est payée cher par les femmes. C’est plus tranquille pour les hommes. S’ils savaient à quel point les hormones peuvent être nocives, peut-être prendraient-ils leurs responsabilités. »

Les femmes sous-représentées dans les essais cliniques

Plus largement, les femmes ne sont pas considérées par une industrie pharmaceutique qui, sur les 20 000 essais cliniques réalisés dans le monde, en financeraient 70 %. À ce propos, Catherine Vidal, neurobiologiste, et Muriel Salle, historienne, ont réfléchi dans Femmes et santé, encore une affaire d’hommes ? sur cette inclusivité en expliquant que « sur l’ensemble des protocoles de recherche clinique, seulement 33,5% des participants sont des femmes ». Pourtant, les pathologies présentent parfois des manifestations sexuées. Par exemple, la première cause de décès des femmes est liée aux maladies cardiovasculaires, qui ont une symptomatologie différente. Une étude a ainsi montré qu’elles auraient trois fois plus de risques que les hommes de mourir dans l’année après une crise cardiaque, car elles sont moins bien diagnostiquées.

Un constat qui devrait amener une réflexion sur une approche plus féministe de la médecine actuelle…


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.

Les Commentaires

33
Avatar de Lilou64
13 février 2023 à 10h02
Lilou64
@Neverland90 en fait on a focalisé sur le Levothyrox tout simplement car ils donnent une fausse information dans l'article. Et qu'en plus elle est délibérément anxiogène pour prouver le point que cherche à atteindre l'article. Du coup ça jette un doute sur le reste des informations fournies. Ce qui est dommage car le sujet est important et mérite d'être traité. Je suis d'accord sur le sujet. Mais débuter par une fausse information dans le but de faire peur... je n'adhère pas avec ce procédé.
11
Voir les 33 commentaires

Plus de contenus Santé

[PR] Image de une • Verticale
Culture

5 anecdotes sur Virgin Suicides, de la plus cool à la plus glauque (comme le film)

Lifestyle

De la lingerie jolie à petits prix ça existe, et la collection Dim Daily Dentelle le prouve

Humanoid Native
Pexels
Santé

JO 2024 : le cycle menstruel a-t-il un impact sur les performances des sportives ?

Source : OcusFocus de Getty Images
Santé

Une nouvelle étude explique comment le cycle menstruel est régulé 

Source : Linda Prebreza
Actualités beauté

PFAS : découvrez dans quels cosmétiques vous pouvez trouver des polluants éternels 

131 - WinoraBikes-Rotterdam_Day-02 - L1120623
Lifestyle

« Le vélo électrique, éloigne les relous » : 3 bonnes raisons de se mettre au vélo électrique quand on est une meuf

femme-boit-alcool // Source : URL
Société

Les femmes boivent trop et de plus en plus, une nouvelle étude montre les graves conséquences sur leur santé

6
pexels-liza-summer-6382633
Santé mentale

« Ma psy m’a appris à comprendre et accepter mes émotions sans lutter contre elles » : Louise a testé cette nouvelle façon de suivre une thérapie

Couverture du livre "Couper la douleur" de Lisa Dayan // Source : Éditions Marabout
Livres

Douleurs vaginales intenses : « Quand on te demande de jauger ta douleur de 1 à 10, c’est dur de dire 10 »

1
vitiligo-temoignages
Santé

Vitiligo : comment les jeunes vivent cette dépigmentation de la peau ? Une première étude éclaire le sujet

1
Source : Unsplash / Stephen Andrews
Santé mentale

« J’ai pu lui prendre la main, de lui dire que je l’aimais » : elles ont accompagné un·e proche dans sa fin de vie

4

La société s'écrit au féminin