Les Crevettes Pailletées est le feel-good movie de l’année !

Les Crevettes Pailletées, sur une équipe de water-polo formée de joueurs homosexuels, a conquis Mymy qui lui décerne le prix de « film qui fait le plus de bien » édition 2019 !

Les Crevettes Pailletées est le feel-good movie de l’année !

En partenariat avec Universal Pictures International France (notre Manifeste)

Grosse fierté de mon côté aujourd’hui, puisque conformément à ce que j’espérais, madmoiZelle accompagne la sortie en salles du film Les Crevettes Pailletées, au cinéma ce 8 mai 2019 !

Laisse-moi t’expliquer pourquoi tu DOIS foncer voir cette histoire d’amitié, d’acceptation, de masculinité et de découverte de soi.

Les Crevettes Pailletées, de quoi ça parle ?

Les Crevettes Pailletées s’ouvre sur Matthias Le Goff (Nicolas Gob), nageur professionnel, qui traite un journaliste sportif (et homosexuel) de « pédé » en direct à la télé.

Tollé général, et sanction : pour se racheter, Matthias doit entraîner l’équipe de water-polo gay Les Crevettes Pailletées, et mener ses joueurs jusqu’aux Gay Games, des sortes de Jeux Olympiques 100% LGBT.

S’il refuse, il ne pourra pas participer à la prochaine compétition nationale, qui pourrait bien, vu son âge, être sa dernière…

Ça part donc en road trip jusqu’en Croatie, avec slips de bain assortis et une joyeuse troupe d’amis !

Détail savoureux : Cédric Le Gallo, co-réalisateur du film, fait partie de la VRAIE équipe des Crevettes Pailletées, qui existe réellement !

Et il m’a confié avoir dû parfois atténuer la personnalité débordante de ses coéquipiers… pour qu’ils donnent des personnages crédibles à l’écran. Fou, non ?

Les Crevettes Pailletées, parce qu’il n’y a pas qu’une façon d’être gay

Les Crevettes Pailletées, c’est une équipe de huit hommes gay et une femme trans. Chaque personnage a son identité et est loin de se résumer à sa simple orientation sexuelle !

Le film ne nie pas les problématiques spécifiques rencontrées par ces héros et cette héroïne — notamment l’homophobie, qu’elle soit « ordinaire » ou clairement haineuse.

Mais ce ne sont pas les seuls éléments de leurs vies.

Il y a Jean (Alban Lenoir), en proie à des problèmes de santé. Cédric (Michaël Abiteboul), qui s’ennuie un peu dans son rôle de père. Alex (David Baiot), au cœur brisé depuis sa rupture avec Jean.

Il y a Joël (Roland Menou) le désabusé, ancien militant Actup et doyen de l’équipe, qui peine à accepter son corps et son esprit vieillissants. Il y a Vincent (Félix Martinez), qui découvre tout juste son homosexualité.

Ces personnages sont, avant tout, des personnes. Qui veulent être aimées, respectées, donner du sens à leur vie, entretenir leurs amitiés, séduire, jouir, vivre, quoi !

Les clichés gay sont encore trop nombreux dans la fiction, alors Les Crevettes Pailletées fait l’effet d’un tsunami de fraîcheur.

Les Crevettes Pailletées, la beauté des masculinités

Tu le sais si tu es assidue sur madmoiZelle : je suis en charge de la rubrique masculinité du magazine, et j’anime le podcast The Boys Club.

Ce que j’essaie de faire à travers chaque épisode, c’est tisser une toile des masculinités et des différentes façons d’être un homme. Car aucun invité n’est identique à ceux qui l’ont précédé.

Un bel entretien avec Bilal Hassani qui parle sans fard de son homosexualité

Les Crevettes Pailletées, c’est avant tout une histoire d’amitié bien loin des « amitiés viriles » auxquelles la fiction t’a peut-être habituée.

Trop souvent, les liens entre hommes sont mâtinés de violence, de toxicité, d’un amour un poil trop prononcé pour la compétition — plus prosaïquement, le concours de bites (métaphorique… ou pas).

Point de ça dans Les Crevettes Pailletées !

Tous ces personnages ne se ressemblent pas, ne s’accordent pas à 100%. Ils se prennent la tête, ils s’engueulent, ils se tolèrent mais se jugent aussi parfois, comme tout le monde.

Jamais, cependant, ils ne se font du mal. Jamais ils ne tapent, si je peux me permettre, sous la ceinture. Il n’y a dans leurs rapports ni violence ni mesquinerie.

Ça fait du bien de voir des amitiés saines entre hommes !

Les Crevettes Pailletées, un vrai feel-good movie

Au-delà de ces considérations sociétales, Les Crevettes Pailletées tient la promesse de sa bande-annonce : c’est un vrai beau moment de plaisir et de rire !

Ça faisait longtemps que je n’avais pas vu une comédie française aussi enlevée, moderne et rafraîchissante.

Aucune vanne n’est éculée, aucun moment drôle ne tombe à plat. J’ai ressenti immédiatement un amour fou pour ces doux dingues… et une envie débordante de me joindre à leur road trip !

Je n’en dis pas plus pour ne pas te gâcher la surprise, mais il y a une scène de playback sur une chanson française très connue qui m’a donné envie de sauter de joie sur mon siège…

Bref, tu as compris la leçon : fonce voir Les Crevettes Pailletées dès ce 8 mai au cinéma !

À lire aussi : 5 films « feel good » qui ne parlent pas d’amour

Mymy

Mymy

Mymy est la rédactrice en chef de madmoiZelle et gère la rubrique masculinité (dont fait partie son podcast, The Boys Club). Elle est aussi dans la Brigade du Kif du super podcast Laisse-Moi Kiffer. Elle aime : avoir des opinions, les gens respectueux, et les spätzle.

Tous ses articles

Commentaires

Eli_B

Je viens de sortir de la salle de ciné et j’ai adoré ce film !!! Déjà je n’ai pas rigolé autant depuis un bon bout de temps !! Pour moi l’homosexualité est en arrière plan, c’est simplement une comédie drolissime sur une équipe de water-polo ! J’etais assez dubitative en ayant vu seulement la bande annonce parce que comme beaucoup j’avais peur d’un film « cliché » sur les gays mais après avoir écouté l’interview du réalisateur sur Mad et vu le film, c’est simplement la vision du réalisateur sur l’homosexualité et l’histoire qu’il veut raconter à un instant T (il existe un éventail très large de film sur les hétérosexuels alors pourquoi ce ne serait pas pareil pour les homo, trans...). Je pense que vous l’aurez compris j’ai adoré ce film ! Courez le voir, vous passerez une excellente soirée ! Je tiens aussi à ajouter que j’y suis allée avec mon papa qui est d’une autre génération et pas vraiment sensibilisé aux questions de féminisme, tolérance etc.. il peut même se montrer parfois un peu intolérant ou en désaccord complet avec mes idées ; si je lui avais montré la BA il n’y serait jamais allé ! Et il a adoré ! Il a même voulu rester jusqu’a la fin du film pour écouter les paroles de la chanson du générique haha On a un peu discuté ensuite et il m’a dit une phrase très belle « pour moi on s´en fiche qu’ils soient gays, c’était juste un film super drôle ! Parfois il ne faut pas trop analysé ce qu’on voit et juste profiter ». Voilà désolé pour ce pavé, j’espere que c’est compréhensible parce que je l’écris à chaud sans vraiment le relire !
Merci Mymy pour nous avoir recommandé ce merveilleux film !!! :rainbow::rainbow::rainbow::rainbow:
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!