La plus grande leçon que mon ex m’a apprise

En amour comme en vélo, il faut parfois tomber pour apprendre, savoir ce qu'on veut, ce qu'on ne veut plus... La rédac de madmoiZelle te partage les grands enseignements de ses ratés sentimentaux.

La plus grande leçon que mon ex m’a appriseCody Black / Unsplash

Filons la métaphore.

En amour, je suis plutôt bonne élève.

Mon apprentissage de l’amour et des relations

J’étudie à fond mes sujets, avec passion.

C’est que personne ne m’a donné à l’avance les clés de ce jeu qui requiert pourtant moult compétences pas du tout naturelles (comme savoir communiquer ses besoins par exemple, qui fait ça ??)

J’ai tout appris sur le terrain, en autodidacte, avec l’aide de beaauuucoup de professeurs de l’amour.

J’ai changé de filière plusieurs fois, enchaîné les stages et côtoyé nombre d’établissements…

Au fil des réorientations, j’ai affiné mes envies, mes attentes, affirmé ma personnalité, ce qui ne m’a pas empêché de parfois répéter les mêmes erreurs.

Aujourd’hui, je ne sais pas si ma formation est terminée mais j’ai déjà accumulé quelques bonnes leçons en matière de relations. 

C’est l’avantage de ne pas trouver l’homme de sa vie en maternelle : ça laisse le temps d’expérimenter et d’apprendre des choses sur soi.

Les leçons des exs de la rédac de madmoiZelle

Je n’envisage plus du tout les relations comme je le faisais à 16 ans, quand j’ai eu un premier copain, et HEUREUSEMENT, rapport qu’il m’interdisait de sortir, de me maquiller et de me détacher les cheveux, comme je te raconte plus lojn.

J’ai demandé aux membres de la rédac de madmoiZelle de me partager la plus grande leçon que leur ex leur a apprise. Instructif.

Il ne suffit pas de s’aimer pour être heureux

Je suis sortie avec un garçon pendant un an, en 3ème année de fac. Il était parfait : artiste, drôle, attentionné.

Nous avions plein de points communs, je l’admirais beaucoup et c’était réciproque. En tant que grands romantiques, nous vivions une relation passionnée.

Mais je n’allais pas bien. Je pense que j’étais un peu dépressive sans vraiment me le formuler. Du coup, j’étais assez insupportable, j’attendais de lui qu’il me fasse aller bien, et je faisais peu d’effort pour résoudre mes propres problèmes.

Malgré tout l’amour que l’on se portait, mon attitude et une difficulté à communiquer ont fait qu’il est parti. Il s’est fait passer en premier, et je le comprends.

Je regrette encore aujourd’hui d’avoir été si relou dans cette relation… Je pensais que l’amour suffirait à faire durer notre couple, et rendrait sa patience infinie, mais je me suis trompée.

La jalousie n’est pas de l’amour

Mon premier copain était très jaloux et il m’interdisait des tas de trucs : me maquiller, me détacher les cheveux, mettre des jeans slims…

Je ne savais rien de ce qu’était une relation saine, j’avais envie que ça dure entre nous et je me pliais donc à ses desiderata.

Je pensais qu’il était possessif parce qu’il m’aimait très fort, et j’avais envie de lui faire plaisir par peur de le perdre. je devais sans cesse le rassurer et me justifier quand j’avais eu un comportement qu’il n’approuvait pas.

Un jour, il m’a interdit d’aller à une soirée sans lui. C’était trop pour moi qui suis très indépendante et je l’ai quitté après près d’un an de relation.

J’ai compris que c’était allé trop loin, et surtout que je n’arriverai jamais à le contenter, malgré toute ma bonne volonté. La jalousie n’est jamais une preuve d’amour, mais toujours l’expression d’un manque de confiance en soi.

On ne peut pas sauver quelqu’un malgré lui

J’ai longtemps eu un sacré syndrome de l’infirmière, et je suis pas sûre d’en être guérie…

J’ai souvent été attirée inconsciemment par des mecs qui avaient plein de problèmes à régler, du point de vue familial, de leur travail, de leur logement, de leur santé, de leur attitude envers la vie en général.

Je m’oubliais en voulant tout faire pour les aider, et je vivais dans l’illusion qu’un jour, ils allaient changer, que tout serait enfin parfait, et que je pourrais alors récolter toute la fierté d’avoir réussi ma « mission ».

Ce type de relation qui dévorait mon énergie s’est toujours terminé par des ruptures brutales de ma part, une fois que j’étais épuisée…

Mon dernier ex comptait énormément sur moi et ne faisait rien pour arranger sa situation.

Plusieurs années plus tard, je sais qu’il n’a toujours pas évolué. Je n’aurais rien pu faire pour lui, on ne peut pas sauver quelqu’un malgré lui et une relation, ce ne doit pas être du social !

Une relation de couple doit être équilibrée

Le problème principal de ma relation avec mon ex, c’est que je le plaçais sur un piédestal et qu’il ne cherchait pas particulièrement à en redescendre.

Il jouait vraiment de cette emprise qu’il avait sur moi. Je me rabaissais par rapport à lui en permanence, alors que ce n’était clairement pas justifié.

Du coup quand je me suis mise avec mon mec actuel, j’ai mis peu de temps à réaliser que notre relation était déséquilibrée.

Ça a été plus facile de rectifier le tir plutôt que de virer à la relation toxique.

Une personne qui me rejette ne mérite pas mon attention

À la fin de la Terminale, je suis sortie pendant 5 mois avec un mec qui n’habitait pas dans la même ville que moi, mais que je voyais quasiment tous les weekends.

Jusqu’à ce qu’un jour, il arrête de répondre à mes messages et mes appels et me ghoste purement et simplement.

Au début, j’ai tout essayé pour tenter de le convaincre de rester avec moi : messages, lettres d’amour, appels… J’ai même contacté sa mère (!) pour essayer de comprendre ce qu’il s’était passé.

Et puis, au bout d’un moment, j’ai compris qu’il n’en valait pas la peine, et depuis je n’ai plus jamais piétiné mon amour propre de la sorte.

Si quelqu’un ne s’investit pas dans une relation, je lâche l’affaire.

Les gens changent. Et ce n’est pas grave !

Je suis restée quasiment 8 ans avec le même garçon. C’était mon premier amour, une super belle histoire depuis le tout début.

Mais nous étions très jeunes au moment de notre rencontre en Seconde, et forcément, il s’est passé beaucoup de choses entre temps. Nous avons pris des directions différentes, sans nous en rendre compte.

Nous n’avions plus les même centres d’intérêt, les mêmes valeurs, les mêmes ambitions.

On a tous les deux essayé de s’accrocher aux premières années, aux premiers souvenirs… Sauf que nous n’étions plus les mêmes personnes.

Il a fallu que notre histoire se déchire réellement (et salement) pour que je comprenne que nous n’avions plus rien en commun.

J’ai été tellement soulagée après la séparation, je pouvais enfin vivre mes projets à fond, car j’étais « moi-même ».

Et toi, quelle est la grande leçon que ton ex t’as apprise ? 

À lire aussi : Comment rester ami avec son ex (quand c’est possible)

QueenCamille

QueenCamille


Tous ses articles

Commentaires

grenouilleau

Qu'on peut se tromper, même en amour, et qu'on peut changer :)
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!