Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Société

Le traité Européen simplifié : vers la relance de la construction européenne ?

25 juin 2007

Le traité Européen simplifié : vers la relance de la construction européenne ?

Suite au NON français et néerlandais à la Constitution européenne en mai 2005, le processus d’intégration européenne était clairement entamé. En partie responsable de ce coup d’arrêt, la France avait donc en charge de donner le départ d’une nouvelle étape.
Depuis son élection, il y a plus d’un mois, Nicolas Sarkozy parlait de traité européen simplifié. Les bases de cette idée ont été adoptées ce week-end, lors du sommet de Bruxelles, redonnant à tous les partisans de l’Union Européenne l’espoir.

En quoi consiste le traité simplifié ?

« Il y a ceux qui trouvent que ce n’est pas assez, il y a ceux qui trouvent que c’est trop. Moi je pense que l’Europe ne bougeait plus et qu’elle s’est remise en mouvement » déclarait Nicolas Sarkozy, avant le sommet.
En bref, le traité simplifié reprend les grandes lignes des principales politiques européennes. La volonté d’aller toujours plus loin dans l’établissement d’une zone de libre-échange, de libre circulation y est confirmée. Par ailleurs, la volonté de créer une harmonisation encore plus grande dans des domaines comme la politique migratoire ou les régimes de sécurité sociale y est réaffirmée.
En ce qui concerne les institutions, les principaux apports de la défunte Constitution européenne sont conservés. Ainsi, l’Union Européenne se verra doter d’un ministre des Affaires étrangères dont le titre officiel sera  « haut représentant de l’union pour les Affaires étrangères »  et d’une présidence stable (et non plus tournante tous les six mois comme c’‘est actuellement le cas). L’autre grande modification repose sur les procédures d’adoption des textes européens. Le vote à l’unanimité est remplacé par le vote à double majorité qui stipule qu’une décision doit être prise par 55% des Etats membres et 65% de la population. Par ailleurs, le domaine des décisions prises à la majorité qualifiée* est étendue aux décisions judiciaires, ce qui apporte une plus grande souplesse à l’ensemble des politiques européennes.
Quant à l’adhésion de la Turquie, chapitre que la France avait menacé de bloquer, le thème a été retiré de la phase de discussion. Nicolas Sarkozy avait répété tout au long de la campagne son opposition à l’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne.

Réactions

Ségolène Royal, reçue dans le cadre des consultations sur le traité, estimait que le traité européen simplifié était un « mini traité » avec des « mini ambitions ». Selon l’ancienne candidate socialiste, des améliorations pouvaient être apportées au traité européen. Elle réclamait notamment l’intégration de la charte des droits fondamentaux, le fait que l’harmonisation fiscale (arme contre les délocalisations) et les questions concernant l’environnement et le climat puissent être tranchées à la majorité qualifiée.
Pour François Hollande, le mini traité européen est l’illustration d’une Europe « qui s’est elle-même limitée dans son ambition ». 
Pour François Bayrou, le traité simplifié est une bonne avancée mais ne règle pas tous les problèmes. Pour le nouveau président du MoDem, « au lieu d’un traité court, lisible, compréhensible par tous, nous aurons une série d’amendements à des traités anciens qui rendent le texte une fois de plus illisible, au lieu d’un traité simplifié, on aura un traité plus compliqué encore » – puisqu’en fait le traité simplifié n’est pas un texte en soi mais une série d’amendements portant sur les textes déjà en vigueur.

L’accord a été signé dimanche soir. Si l’idée venait de la France, la concrétisation n’a été possible que grâce à l’habileté politique de la chancelière allemande. Angela Merkel a su ménager les revendications polonaises face à la modification du système de vote. Le gouvernement polonais, dont le représentant déclarait la semaine passée : « La Pologne est prête à mourir pour imposer ses vues sur le traité européen » a, dimanche soir, fini par signer l’accord de Bruxelles, soulageant ainsi tous les acteurs présents ce week-end dans la capitale belge.
Tony Blair estime maintenant : « Franchement, je ne pense pas qu’il y ait quelque chose qui fera dérailler le processus désormais« ,  espérons qu’il dise vrai.

*Selon cette procédure, le vote de chaque pays est pondéré selon une valeur fixe, établie en fonction de la population du pays. A présent, chaque décision prise à la majorité qualifiée doit obtenir un minimum de 73,9% des votes pour être adoptée.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Société

Développement personnel
pexels-koolshooters-attente waiting mode – format vertical

Un rendez-vous à 14h, et bloquée dès le matin ? Pas de panique, c’est le waiting mode

SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Pop culture
Interview d’Elsa Miské, co-créatrice du jeu Moi c’est Madame

Lutter contre le sexisme dès l’adolescence, c’est la promesse du jeu de cartes Moi c’est Madame

Anthony Vincent

25 sep 2022

Actu en France
livres unplash

Fin de la quasi-gratuité des frais de livraison de livres : mauvaise nouvelle pour le marché du livre ?

Maya Boukella

23 sep 2022

8
Actu mondiale
giorgia meloni vox – vertical

En Italie, la possible arrivée au pouvoir de Giorgia Meloni fait craindre le pire aux féministes

Sciences
changement-date-automne

Pourquoi l’automne commence le 23 septembre cette année ?

Manon Portanier

22 sep 2022

9
Société
PPDA

Affaire PPDA : et si la justice pouvait contourner le délai de prescription ?

Maëlle Le Corre

22 sep 2022

8
Société
Capture d’écran 2022-09-22 à 10.11.30

Pourquoi la mort d’Elizabeth II nous impacte, alors qu’on ne la connaît pas ? Un spécialiste répond

Maya Boukella

22 sep 2022

Actu mondiale
adnan

Aux États-Unis, Adnan Syed est libéré après 23 ans de prison grâce au podcast Serial

Maya Boukella

21 sep 2022

1
Actu mondiale
Israel Sunseth / Unsplash

Les villes d’Europe s’éclairent à la lumière bleue, et ce n’est pas une bonne nouvelle

Aïda Djoupa

21 sep 2022

4
Politique
Capture d’écran 2022-09-21 à 14.02.43

Visé par des accusations de violences psychologiques, Julien Bayou se met en retrait

La société s'écrit au féminin