Live now
Live now
Masquer
le-congres-film
Cinéma

« Le Congrès », un film déchirant et onirique

04 juin 2014 6
« Le Congrès », sorti en été 2013, est un film d’Ari Folman, déjà célèbre pour le majestueux « Valse avec Bachir ». Entre science-fiction, émotion et rêve éveillé, on y suit une Robin Wright plus touchante que jamais dans d’impossibles décors…

Il y a pas mal de trucs que j’aime d’amour dans la vie, dont Robin Wright (que vous connaissez peut-être pour son rôle dans Forrest GumpPrincess Bride ou plus récemment dans celui de l’impitoyable Claire Underwood de House of Cards), les films d’animation « pour adultes » et la science-fiction.

Du coup, ce n’est pas surprenant que Le Congrès, d’Ari Folman, m’ait retourné le coeur et le cerveau.

Le Congrès - Bande annonce VOST

L’avenir du cinéma sera sans acteurs

Robin Wright joue dans Le Congrès son propre rôle : celui d’une actrice qui a connu un début de gloire, puis a sombré dans l’oubli et se retrouve tiraillée entre sa dignité, son professionnalisme et les propositions de casting se faisant de plus en plus rares. Elle a également deux enfants : une fille de seize ans et un fils plus jeune (il a une douzaine d’années environ) atteint d’une maladie qui cause une dégradation de son audition et de sa vue.

Son agent et sa maison de production, la Miramount, lui proposent de continuer à être actrice… sans jamais sortir de chez elle : le futur du cinéma, ce sont les acteurs numérisés. Après beaucoup d’hésitations, l’héroïne accepte pour obtenir du temps et de l’argent à dédier à son fils. Une prise de vue high-tech plus tard, et Robin Wright se met à vivre en pixels, dans une copie au réalisme époustouflant.

the-congress-robin-wright

Cette première partie du film est une réflexion sur le cinéma, la place des acteurs et l’avenir du Septième Art en tant que divertissement de masse. De nouveaux films sortent, avec Robin Wright en tête d’affiche, sans qu’elle n’ait jamais posé un pied sur le lieu du tournage… et l’illusion est indétectable.

Allons-nous vers un monde de stars éternelles, immortalisées dans leur jeunesse pour être réutilisées à l’infini dans une kyrielle de films ? Verra-t-on, en 2050, un DiCaprio de vingt-cinq ans jouer dans le remake de Titanic ?

Le Congrès va plus loin avec sa seconde partie, celle dans laquelle le rêve commence… et prend des airs de cauchemars.

Une petite pilule pour vivre dans un monde d’animation

the-congress-robin-wright-animation

Vingt ans plus tard, en 2030, Robin mène sa vie loin des caméras, pendant que son double numérique s’affiche sur les écrans de cinéma du monde entier. Elle est invitée au Congrès de Futurologie durant lequel la Miramount Nagasaki, devenue un énorme conglomérat, présente sa nouveauté : une dose de produit chimique qu’il suffit de renifler pour voir soudain le monde et ses habitants en animation.

Coincée après diverses péripéties dans ce monde animé fantasmagorique, dans lequel les gens et les choses changent de formes et de couleurs selon son humeur, Robin Wright va se lancer dans une quête éperdue n’ayant qu’un objectif : retrouver son fils. Elle sera aidée par un inconnu qui est obsédé par elle à force de passer son temps à « créer » des films pour la Robin Wright numérisée.

Des perles de réel dans un monde artificiel

Comment démêler le vrai du faux quand on évolue dans un monde malléable où chacun peut changer d’apparence et de décor comme il le souhaite ? Et d’ailleurs, qu’est-ce qui est « vrai », qu’est-ce qui est « faux » ?

En écho à la numérisation des stars de cinéma, c’est le monde entier qui se numérise via cette petite ampoule à sniffer, et devient une fantasmagorie animée qui finit par supplanter la réalité. Derrière les fleurs vivantes, les nuages crayonnés, les cartoons souriants, sait-on seulement à quoi ressemble encore l’humanité ?

Le Congrès est un film rare, unique, et puissant, qui pose de nombreuses questions en gardant comme toile de fond, comme fil conducteur, l’amour d’une mère pour son fils et sa course éperdue qui la mènera aux frontières de la réalité. Je ne peux que vous le conseiller.

— Le Congrès, 19,99€ sur Amazon

Les Commentaires
6

Avatar de MsOriginalDoll
18 juin 2014 à 19h32
MsOriginalDoll
Je l'ai vu il y a peu et je le trouve juste génial. Ce film est une vrai perle et il a une histoire bien ancré ce qui en fait un film d'animation adulte parfaite puisque complexe .
0
Voir les 6 commentaires

Plus de contenus Cinéma

Cinéma
bryce-dallas-howard

Oui, la prod de Jurassic World 3 a demandé à Bryce Dallas Howard de perdre du poids

Manon Portanier

26 sep 2022

9
SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Sélection de films
L’HORREUR ÇA FAIT PEUR

Les 10 meilleurs films d’horreur cultes qui font toujours aussi peur

Maya Boukella

24 sep 2022

17
Cinéma
knock at the door

Toc toc : Knock at the Cabin, le nouveau film de M. Night Shyamalan a sa bande annonce

Maya Boukella

23 sep 2022

Interviews cinéma
Motlys ninjababy

« Pourquoi les gens donnent leur avis quand on ne veut pas être mère ? » entretien avec la réalisatrice de Ninjababy, Yngvild Sve Flikke

Maya Boukella

21 sep 2022

Sélection de films
crown

4 films et séries sur la reine Elizabeth II

Maya Boukella

18 sep 2022

2
Pop culture
whitewashing hollywood vertical

Hollywood a une longue histoire avec le whitewashing des personnages racisés

Cinéma
2022 CTMG, Inc. All Rights Reserved. the woman king

Selon Viola Davis, le succès de The Woman King est crucial pour l’avenir des femmes noires au cinéma

Maya Boukella

16 sep 2022

7
Cinéma
Jean-Luc Godard contre une grosse caméra

Jean-Luc Godard s’est éteint à 91 ans et son cinéma questionne encore les féministes

Anthony Vincent

13 sep 2022

1
Pop culture
La Petite Sirène ces réactions d’enfants au trailer en live-action vont vous faire fondre

La Petite Sirène en live-action : ces adorables réactions d’enfants au trailer vont vous faire fondre

Anthony Vincent

12 sep 2022

53
Cinéma
riposte féministe wild

Riposte féministe : une bande-annonce puissante et bouleversante pour le film sur les colleuses

Maya Boukella

12 sep 2022

La pop culture s'écrit au féminin