Live now
Live now
Masquer
la-proie-180×124
Cinéma

La Proie, le film d’action français à l’américaine

spider-alice

Spider Alice

À voir dans les salles ce 13 avril, le nouveau film d’Éric Valette, réalisateur à qui on doit également Une affaire d’état. La Proie est un polar-thriller mettant en scène Albert Dupontel et Alice Taglioni, dans la lignée de A bout portant (starring Gilles Lelouche et Roschdy Zem) : tous les ingrédients d’un film d’action US rythmé, haletant, stressant, mais avec la touche du cinéma français.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xh4ta6_la-proie-bande-annonce_shortfilms[/dailymotion]


Ajoutez Madmoizelle à vos favoris sur Google News pour ne rater aucun de nos articles !

Les Commentaires

3
Avatar de Balkis
23 avril 2011 à 14h04
Balkis
Grosse fan d'Alice Taglioni. Mais franchement ça ne fausse pas (trop) mon jugement.
Le film est GÉNIAL. Il faut courir aller le voir. Dans l'entrevue de la vie en prison, le film est limite à tendance naturaliste je dirais. Dupontel me surprend à chaque nouveau film qu'il fait c'est dingue.

Alice Taglioni varie vraiment son jeu pour le coup, elle est moins dans l'exagération des mimiques, on sent qu'elle tend à imposer un jeu plus sur la présence à l'engagement du corps.

Et ce n'est pas la star du film, ce que je trouve cool. J'ai trouvé qu'il est très fin. Il m'a un peu fait pensé à The American ou le film policier avec Mélanie Laurent ou même Esprits criminels. C'est pas dans le cliché sombre dans lequel les films français tombent trop souvent à mon goût. Le scénario est cool parce que justement au début l'intrigue commence sans qu'on le sache (à moins que je sois trop naïve haha), bon on se rend compte qu'il y a qqch de louche, mais tout ce début long sur la vie en prison est super.

Ce que j'aime par dessus tout c'est le fait qu'après ce long moment en prison on se dise (enfin moi je me dis) "mouais le reste va être nul, il vont créer une histoire pourrie" et que pas du tout. L'histoire commence vraiment là, après un long préambule. Dupontel est mis dans une merde pas croyable. Et on se demande comment il va réussir à s'en sortir. La fin était prévisible.

C'est un happy end assez simple, mais en même temps le personnages en a trop chié pour que ça se finisse trop mal.

J'aurais bien enlevé la scène cliché où Aliçounette veut coincer un mec et se fait passer pour une demi-mondaine mais bon.
Rien à envier aux américains, ici l'action sert le film et on est pas dans une dégoulinade d'effets spéciaux ridicules qui sont là pour prouver une quelconque supériorité technique.

Moi j'ai aimé =) en plus on se balade en france c'est cool.
0
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Cinéma

Tu mérites un amour // Source : Hafsia Herzi
Culture

Hafsia Herzi, actrice et réalisatrice : « Je réalise des films pour ne pas dépendre du désir des autres »

Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Humanoid Native
Love Lies Bleeding
Culture

Insultes lesbophobes, violences : des homophobes saccagent une séance de Love Lies Bleeding, avec Kristen Stewart

1
Les reines du drame // Source : Alexis Langlois
Cinéma

Festival de Cannes : on connaît enfin la liste de (presque) tous les films projetés

His house // Source : Netflix
Cinéma

Les 15 meilleurs films d’horreur sur Netflix à voir absolument

3
 Hannah Gutierrez-Reed // Source : The Wrap
Culture

« Amateure », « négligente » : l’armurière de Rust d’Alec Baldwin condamnée à 18 mois de prison

Anatomie d'une chute
Culture

Merci Judith Godrèche : les enfants seront désormais accompagnés sur les tournages

1
Semaine de la critique 2024 / Hafsia Herzi
Culture

La Semaine de la critique, notre sélection préférée à Cannes, a dévoilé ses films en compétition

Bridget Jones // Source : Splendor Films
Culture

Casting, résumé : tout savoir sur Bridget Jones 4 et sa Bridget en daronne veuve

2
[PR] Image de une • Verticale
Culture

5 anecdotes sur Virgin Suicides, de la plus cool à la plus glauque (comme le film)

Un still du film All we imagine as light, de Payal Kapadia, avec le logo du festival de Cannes // Source : ALL WE IMAGINE AS LIGHT de Payal Kapadia © Ranabir Das
Cinéma

Le festival de Cannes 2024 dévoile sa Sélection officielle : 4 réalisatrices, aux côtés de Gilles Lellouche et Francis Ford Coppola

La pop culture s'écrit au féminin