La Fille au bracelet, l’histoire glaçante d’une ado accusée du meurtre de son amie

Alix te parle de La Fille au bracelet, un film terrible qui suit le procès de Lise, accusée du meurtre de sa meilleure amie.

La Fille au bracelet, l’histoire glaçante d’une ado accusée du meurtre de son amie

En partenariat avec Le Pacte (Notre Manifeste)

Amie, amante ou meurtrière ?

Rien de tel qu’un bon sous-titre évocateur pour attiser ma curiosité, et me plonger dans l’atmosphère de La Fille au bracelet, qui est sorti aujourd’hui au cinéma.

La Fille au bracelet, ça parle de quoi ?

Lise a 18 ans et vient d’avoir son bac.

Mais depuis 2 ans, sa vie est loin de celle des ados de son âge.

Accusée du meurtre de sa meilleure amie, elle doit porter un bracelet à la cheville qui l’assigne à résidence chez ses parents. 

Le film dévoile le déroulement du procès, et s’attarde sur l’incidence qu’il a sur l’entourage de Lise, avec une sobriété qui souligne la tragédie de l’affaire.

La Fille au bracelet, un film haletant

J’ai une passion notoire pour les faits divers aux procès secoués de rebondissements, et avec La Fille au bracelet, j’ai été servie.

Suivre le procès de Lise pas à pas m’a fascinée, et je me suis laissée convaincre de son innocence puis de sa culpabilité, puis de nouveau de son innocence jusqu’à ne plus savoir où donner de la tête.

Les mots sont crus, parfois injustes, les témoignages poignants, et les discours de l’avocate générale sans merci.

La formalité du procès et son ton grave rendent l’énumération des accusations glaçante, et chacun des personnages cède à la pression, tandis que l’énigmatique Lise, interprétée par Melissa Guers, laisse planer le doute de bout en bout.

J’ai adoré me retrouver clouée au fond de mon siège, complètement emmenée par ce drame judiciaire haletant.

La Fille au bracelet porté par d’excellents comédiens

La Fille au bracelet est aussi une tragédie familiale, puisque le procès de Lise déchire aussi ses proches.

C’est pourquoi le film interroge les points de vue de tous les membres de sa famille.

Tous les personnage réagissent très différemment, et les acteurs qui les emmènent sont époustouflants.

J’ai notamment retrouvé Roschdy Zem, nommé à de multiples reprises aux César au fil des ans (encore cette année !) et à raison.

Il incarne un père à la fois inquiet et dur, qui s’est muré dans une carapace pour servir de pilier à sa fille, mais elle menace d’éclater à chaque instant.

Face à lui, l’incroyable Chiara Mastroianni, que tu as déjà peut-être vue cette année dans Chambre 212, joue le rôle d’une mère dépassée par les événements, qui se détache totalement du procès, dans un déni assumé.

Seul leur amour pour leur fille, Lise, rassemble ces deux personnage. Melissa Guers interprète la jeune femme de manière impénétrable, ne réagissant que peu à la violence des propos de l’avocate générale, magistralement incarnée par Anaïs Demoustier.

J’ai été ravie d’être témoin des premiers pas de Melissa Guers au cinéma, sa justesse m’a touchée.

Ce casting 5 étoiles apporte beaucoup de profondeur et d’authenticité à La Fille au bracelet.

La Fille au bracelet, ça aurait pu être moi ?

Dès les premières images, La Fille au bracelet m’a semblé franchement familier.

Et pour cause ! Le décor est planté à Nantes, ma ville natale, dont j’ai tout de suite reconnu le Palais de Justice, imposant et noir, élevé sur l’île de Nantes. Il enrichit véritablement la dimension tragique du film.

Il m’est rarement arrivé de voir un film se dérouler dans ma ville, et c’est sûrement ce qui a fait que je me suis d’autant plus projetée dans la vie de Lise.

J’ai vu en elle l’adolescente que j’étais, qui au moment de la mort de sa meilleure amie, est une jeune femme qui se cherche, qui expérimente, et qui parfois dérape.

Sauf qu’elle dérape trop fort, elle et ses amis vont trop loin, et tout bascule.

C’est ce qui m’a particulièrement émue dans ce film : l’innocence avec laquelle les protagonistes agissent, propre aux beaux jours de l’adolescence, qui ne se doutent pas qu’en une seconde, leur vie peut changer à jamais.

Alors lectrice, Lise est-elle coupable, ou simplement était-elle au mauvais endroit au mauvais moment ?

À toi de me le dire en fonçant voir le film dès aujourd’hui !

À lire aussi : Découvre Chien bleu, mon court-métrage coup de cœur nommé aux César


Alix Martineau

Alix Martineau

Alix Martineau, à dire sur l'air de Paris Latino, est chargée des podcasts chez madmoiZelle. Elle aime principalement le cinéma et rigole très, très fort.

Tous ses articles

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!