Live now
Live now
Masquer
Zoe Delaverne
Culture Web

La dystopie du lundi : une influenceuse vend des photos de son bébé pour payer ses soins

11 oct 2021 4
L’influenceuse Zoe Laverne, qui cumule plus de 21 millions d’abonnés sur TikTok, s’est retrouvée au coeur d’une polémique après avoir proposé à ses fans de payer 15 dollars contre des photos de sa fille qui vient de naître. 

C’est une histoire qui commence bof et finit mal.

Il y a 6 jours, l’influenceuse Zoe Laverne a posté une vidéo sur TikTok pour s’expliquer sur sa décision controversée : vendre des photos de son nouveau-né à ses fans. Ses explications montrent qu’une fois de plus, vie privée et célébrité sur Internet ne se mélangent pas toujours très bien. 

Zoe Laverne explique pourquoi elle a envisagé de vendre des photos de sa fille

La jeune femme de 20 ans originaire de l’Indiana aux États-Unis a accouché le 3 octobre 2021 d’une petite fille et n’a que peu eu le temps de se reposer depuis. En effet, Zoe Laverne a été très critiquée sur les réseaux sociaux à cause d’une publication maintenant supprimée qui proposait de recevoir des photos exclusives de sa fille pour 15 dollars

Après la polémique, Zoe Laverne a posté une vidéo explicative sur TikTok ayant pour légende :

« Je suis désolée si j’ai offensé certaines personnes ou si je me suis donné l’image d’une mauvaise mère, ce n’était pas mon intention. »

@zoelaverne

i’m so sorry if i offended anyone or made myself look like a terrible mom. wasn’t my intention! 🤍

♬ original sound – Zoe LaVerne

Dans la vidéo, la jeune maman, au lit, en train de se remettre de son accouchement, explique que pendant sa grossesse, elle a reçu plusieurs menaces de mort envers son enfant. Elle explique qu’elle était très inquiète et avait peur de poster le visage de son bébé sur les réseaux sociaux… Mais elle voulait quand même que ses fans puissent le voir.

Elle explique dans sa vidéo que l’idée de vendre des photos de sa fille était une décision d’elle et sa « team » : le but était d’écarter les haters qui, selon elle, « n’auraient pas payé pour voir des photos d’elle ».

De plus, elle explique que son enfant a été hospitalisé dès sa naissance et qu’elle a donc des factures à payer. Et on sait qu’aux États-Unis, les soins médicaux peuvent atteindre des tarifs hallucinants. Cela expose un problème plus large : celui d’un système de santé qui oblige les gens à parfois s’endetter pour soigner leurs enfants. 

Entre cyberharcèlement et pression des likes, la vie des influenceuses est moins privée que jamais

Évidemment, créer un lien payant pour voir des photos d’un bébé n’est pas du tout une bonne idée. Il faut cependant garder en tête le fait que Zoe Laverne n’a que 20 ans et qu’elle expérimente une notoriété quasi-impossible à contrôler — comme Charlie et Dixie d’Amelio, sœurs stars de TikTok récemment au cœur d’un documentaire montrant que la célébrité, pour ces jeunes femmes, peut être très compliquée à gérer.

Entre le cyberharcèlement, la misogynie, la pression des likes et le caractère nouveau de leurs métiers qui les rend vulnérables à des arnaques comme à des clichés, le quotidien des influenceuses est loin d’être un long fleuve tranquille.

« J’essaye juste de protéger mon enfant » : c’est que que Zoe Laverne explique dans sa vidéo. Sa vie privée étant totalement exposée sur les réseaux sociaux, peut-on blâmer la jeune femme de perdre de vue la frontière entre public et intime ?

Zoe Laverne
Credit : TikTok de Zoe Laverne

Beaucoup d’influenceurs français ont eux aussi beaucoup exposé leur enfants — citons par exemple les membres de la JLC Family qui ont carrément une émission télé dédiée à leur quotidien.

Certains ne voient aucun problème à médiatiser des mineurs, voire des bébés ; cependant, le droit à anonymat des enfants sur Internet et leur incapacité à consentir aux utilisations pouvant être faites de leur image doivent être pris en compte, surtout lorsqu’on a un métier nous apportant beaucoup d’exposition sur Internet.

Quoiqu’on en pense, depuis, Zoe Laverne a posté des photos de son bébé sur Instagram — sans lien payant, cette fois. 

Crédit photo : Instagram – Zoe Laverne

Les Commentaires
4

Avatar de Chat.
12 octobre 2021 à 16h41
Chat.
Ça me met ultra mal à l'aise. Et je sais pas si on peut dire qu'un.e influenceu.r.se a besoin d'argent. J'ai pas les chiffres exacts des revenus sur Tik Tok mais dans tout les cas, elle doit se faire aussi beaucoup d'argent vu qu'elle a quand même 21 millions d'abonnés.
Donc j'ai un peu du mal à croire qu'elle ne puisse pas payer les factures de soin de son enfant.
0
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Culture Web

housse-de-couette
Humeurs & Humours

J’ai testé cette astuce TikTok pour mettre une housse de couette et mon verdict est sans appel

Manon Portanier

30 déc 2022

12
beauté

Comment consommer des cosmétiques de manière plus raisonnée ?

Humanoid Native
L'équipe du podcast sexo Hot Line
Conseils sexe

Le podcast sexo « Hot Line » déconstruit avec humour notre éducation sexuelle et intime bancale

Anthony Vincent

27 nov 2022

1
4 archétypes féminins, une même misogynie véhiculée
Culture Web

Vous êtes plutôt girl boss, féminin sacré, ou that girl ? Comment ces archétypes nourrissent la misogynie

Anthony Vincent

09 nov 2022

3
Lena Situations crée 4 sneakers pour adidas, et c'est une première canon
Baskets

Lena Situations crée 4 sneakers pour adidas, et c’est une première canon

Anthony Vincent

03 nov 2022

2
Bianca est la première héroïne grosse de Disney
Culture Web

Disney révèle sa première héroïne grosse dans le film d’animation Reflect

Anthony Vincent

31 oct 2022

10
poupee-peur-halloween
Parentalité

Non, les enfants ne sont pas « mignons », ils sont démoniaques et en voici la preuve !

Manon Portanier

31 oct 2022

8
Lesthétique-Tumblr-va-t-elle-régner-sur-2022
Culture Web

Pourquoi l’esthétique Tumblr revient-elle en force en 2022 ?

Anthony Vincent

25 oct 2022

14
« High Low with EmRata » : Emily Ratajkowski sort un podcast anglé sur les vertus de la colère féministe
Culture Web

Emily Ratajkowski sort un podcast avec la colère féministe en fil rouge

Anthony Vincent

14 oct 2022

Photo fournie par les sans pages
Culture Web

« Wikipédia reproduit les biais sexistes de notre société » : les sans pagEs, le collectif qui comble le fossé de genre de l’encyclopédie

Aïda Djoupa

09 oct 2022

Monika Kozub / Unsplash
Culture Web

Comment parle-t-on des règles à l’étranger ? Réponse dans ce podcast du Courrier international

Aïda Djoupa

25 sep 2022

La pop culture s'écrit au féminin