Live now
Live now
Masquer
hype-simulator-appli
Culture Web

Pourquoi Hype Simulator, l’appli qui offre des millions de (faux) abonnés, connaît-elle un franc succès ?

Hype Simulator est la nouvelle application du moment. Son but ? Nous faire vivre la vie d’influencer à travers une simulation. On s’est penché sur ce qui fait que cette application est devenue si populaire…

À toutes les personnes qui ont déjà rêvé de vivre une vie d’influenceur ou de célébrité, il existe désormais un moyen immédiat et accessible à tout le monde…

Une application baptisée Hype Simulator est récemment montée en tête du classement sur l’App Store, devant Instagram et TikTok.

La particularité de cette appli et ce qui la rend si populaire, c’est qu’elle offre aux utilisateurs l’expérience d’une star des médias sociaux.

Une montée en popularité qui peut nous mener à nous demander ce que tout ça dit de notre rapport à la célébrité en 2020…

Hype Simulator nous donne un aperçu de la vie de célébrité

Trying out Hype Simulator to become famous!!

Lorsque l’on ouvre la fameuse application, on se retrouve face à une citation d’Andy Warhol :

« À l’avenir, tout le monde sera mondialement connu pendant quinze minutes. »

L’application n’interagit pas directement avec vos vrais réseaux sociaux. Vous créez votre profil de simulation sur Hype Simulator, qui ressemble presque en tous points à un profil TikTok. Entrez ensuite les détails : choisissez un nom d’utilisateur, postez votre première vidéo… Comme sur n’importe quel autre réseau social !

Évidemment, personne n’a réellement accès à votre profil puisque ça n’est qu’une simulation qui a lieu uniquement au sein de l’application Hype Simulator.

Vous pourrez choisir entre deux options : l’expérience « célébrité » ou « devenir viral ».

Une fois la simulation lancée, c’est parti : vous êtes assaillie de notifications, des fans bombardent vos posts de commentaires et vos DM de messages.

L’application va jusqu’au bout de la chose puisqu’on peut même recevoir des commentaires haineux.

https://twitter.com/strangersdraco/status/1334642723777773568

J’ai testé Hype Simulator et je me suis pris la tête dans ma section commentaires.

Pendant le temps de la simulation, vous pouvez répondre à vos « fans ». Les réponses n’ont pas toujours beaucoup de sens, car elle sont générées par des bots.

Vous avez même le droit à la vérification (toujours sur ce faux profil bien sûr) une fois que vous atteignez les 100 000 abonnés.

L’expérience dure 15 minutes, après quoi vous pouvez toujours cliquer sur « Redémarrer », si vous voulez goûter une nouvelle fois à la gloire.

L’application donne un aperçu de la vie de célébrité, et si ça peut être satisfaisant sur le coup, les utilisateurs y découvrent aussi la face stressante de déluges de notifications de la part de fans.

Sur TikTok, beaucoup d’utilisateurs postent actuellement leurs expériences avec l’application sous le hashtag #hypesimulator.

Certaines personnes font remarquer qu’être célèbre n’a pas l’air d’être très agréable ni facile au quotidien.

@idonthaveadhdI need to to quit before I get canceled ?? ##greenscreen ##hypesimulator ##selenanetflix ##WildAnimals ##BagelBopsContest ##CashAppInBio ##lmao♬ original sound – Edits✨???

C’est si dur d’être célèbre !

J’ai téléchargé Hype Simulator et mon cœur s’est mis à battre ultra vite, c’était flippant. Non merci. J’ai soudainement décidé que la célébrité n’était pas pour moi.

Mais beaucoup sont ceux qui apprécient grandement l’expérience, et regrettent même que ce ne soit pas leur vraie vie.

@seanj1125i love my fans?? ##hypesimulator ##alt ##goth ##emo ##indie ##edsheeran ##edsheeranisanemo ##duet ##hellokitty♬ OMG COOL COSPLAYS GUYS – 么 K O N O D I O D A 么

Je suis en train manifester que Hype Simulator devienne ma vraie vie.

@aashlxy.vI feel like the ✨D’Amelios✨##ColorCustomizer ##greenscreen ##fypシ ##fyppage ##fyp ##hypesimulator♬ original sound – Edits✨???

Je crois que je préfère cette application à TikTok !

Certains blaguent même sur le fait qu’utiliser cette application leur procure leur shot de sérotonine.

Moi allant sur Hype Simulator toutes les cinq minutes pour avoir mon shot de sérotonine.

https://twitter.com/u_gyomei/status/1335673722125037571

Hype Simulator, une expérience neuro-scientifique ?

Il se trouve que cette sensation d’être dopé à l’application n’est pas fondée sur rien.

Laurence Allard est maîtresse de conférences en sciences de la communication et chercheuse à l’université de la Sorbonne, et nous explique qu’en effet, il est possible de ressentir ce genre d’effet car les applications sont conçues autour des neurosciences :

Aujourd’hui, le marketing est piloté par les neurosciences. Les applications sont conçues en fonction d’une certaine perception de ce qu’est un utilisateur : et il est d’abord un cerveau qu’on cherche à doper.

On sait que la sérotonine est addictive, alors on joue là-dessus. On s’attaque directement à des zones du cerveau, de manière assez crue.

Elle précise que ce n’est pas un propos moral mais bien un fait : le marketing fonctionne de manière de plus en plus neuronale.

Le consommateur est réduit à un cerveau et à des zones à attendre, il y a un certain réductionnisme dans ce procédé.

De fait, la connaissance du cerveau s’affine, et ce savoir influe sur tous les secteurs, même marketing.

Cela dit, Laurence Allard précise qu’il serait réducteur d’affirmer que le principal but de l’application est de produire de la sérotonine chez l’utilisateur :

Cette application offre une expérience qui n’est pas que neuronale. C’est une expérience sociale, un simulateur qui dit des choses intéressantes sur la société d’aujourd’hui et sur la vie d’influencer.

Pourquoi Hype Simulator connaît un tel succès ?

Hype Simulator a buzzé en partie grâce a une première vidéo postée sur TikTok, par une utilisatrice qui a partagé sa découverte et son expérience de l’application. 

@oh.its.ems##hypesimulator ##fyp y’all have got to try this it’s kinda scary♬ original sound – emma :)

Mais alors, qu’est ce qui peut expliquer que tant de gens veuillent savoir ce ça fait d’être célèbre sur les réseaux sociaux ? Pourquoi c’est un secteur qui attire tellement ?

Laurence Allard nous éclaire tout d’abord sur ce qui fait que l’on s’attache aux influenceurs et aux célébrités d’aujourd’hui.

Avant, on en savait moins sur les stars de cinéma et de la chanson, et les représentations étaient très binaires. On fantasmait sur elles plus que l’on ne s’identifiait vraiment.

Autrefois la star restait inatteignable, c’était l’étoile que l’on voyait briller de loin. Maintenant, on cultive la proximité avec elle.

Aujourd’hui, on peut être beaucoup plus proches des célébrités et notamment des influenceurs, comme si on les connaissait réellement.

Ce qui est différent aujourd’hui, c’est qu’il y a plein de micro célébrités, et plein de profils différents. Nos relations avec elles ne sont plus aussi verticales qu’avant.

La caractéristique des influenceuses est d’entretenir la proximité. On les voit davantage comme nos grandes sœurs, nos bonnes copines.

En effet, on peut avoir l’impression qu’il est facile de se sentir proche de son influenceuse préférée, qui a l’air si transparente avec nous qu’on a l’impression de se lier d’amitié avec elle.

Et si ce marché nous semble si atteignable, si proche de nous, c’est parce que les influenceuses d’aujourd’hui n’ont pas besoin d’être extraordinaires pour avoir du succès. Elles ont tout l’air d’être comme nous, d’avoir des vies similaires, d’être simples, et les critères physiques sont moins présents que chez les grandes stars de cinéma ou de la chanson.

Si une actrice ne correspond pas au physique voulu, n’a pas le bon gabarit, elle a peu de chance de réussir. Mais si l’on veut être influenceuse, on peut être connue peut importe sa taille et ses critères physiques. On peut se construire notre propre communauté, avec nos propres critères.

Le choix d’identifications chez les influenceurs garçons s’agrandit également de plus en plus :

On voit émerger plus de profils atypiques, d’ambiguïté de genre, et tout un ensemble de garçons qui ne peuvent pas forcément accéder à la célébrité [comprendre cinéma, musique], mais qui connaissent un grand succès sur Internet et parle à une masculinité plurielle.

Il y a une multitude de profils différents qui émergent, on sort de la binarité des stars d’Hollywood, et on peut tous trouver quelqu’un à qui s’identifier !

Il y a toujours un influenceur pour vous, on le voit comme un alter ego. Cette personne pourraît être nous, il y a un effet miroir.

Cependant, Laurence Allard nous met aussi en garde : la bonne copine, la proximité… ce n’est qu’une mise en scène.

On nous laisse croire que le monde des influenceurs est plus démocratique que celui des stars de Hollywood, mais pas tant que ça… Ça peut sembler facile à atteindre mais ça ne l’est pas, ça reste une mise en scène.

Laurence Allard explique qu’un influenceur est un manager, un auto-entrepreneur, qu’il doit être performant, résister aux notifications, designer un ensemble de contenus… C’est aussi pour ça que Hype Simulator est une application si addictive.

Hype Simulator simule un monde de décisions à prendre, avec l’idée que les micro-célébrités sont des entrepreneurs d’eux mêmes, qui se managent.

C’est une conception alléchante de ce qu’est un individu aujourd’hui, et ça donne envie d’en être.

Y-a-t-il des risques sur notre santé mentale à utiliser Hype Simulator ?

Une question qui peut se poser compte tenu des effets négatifs que peuvent avoir les réseaux sociaux sur les utilisateurs, c’est s’il y a des risques que la « descente » psychologique soit difficile au moment de se rappeler que le niveau de célébrité dont on bénéficie sur Hype Simulator n’est pas celui de nos vrais réseaux.

Pour Laurence Allard, le danger n’est cependant pas là. Même si l’on éteint l’appli, on continuera d’être sollicité de toutes parts, car c’est l’époque dans laquelle on vit qui veut ça :

Le danger n’est pas là, on ne retrouvera jamais vraiment l’absence digitale, nous sommes tous de toute façon constamment notifiés.

On reçoit sans cesse des notifications sur nos différentes applications, on peut retrouver les copines partout, et même discuter avec la même personne sur deux applications différentes simultanément.

Finalement, aujourd’hui on ne peut pas vraiment être dans le tout ou rien ; les applis sont déjà extrêmement présentes dans notre vie quotidienne, et si passer de la simulation de célébrité à notre vrai niveau de sollicitation est différent, on restera de toute façon très demandé, qui que l’on soit.

Se peut-il que Hype Simulator ait une fonction pédagogique ?

Y a-t-il quelque chose de pédagogique derrière Hype Simulator, que cela soit voulu ou non ?

En effet, cette application peut permettre aux utilisateurs de se rendre compte que c’est un vrai travail que d’être influenceur. C’est certes beaucoup de mise en scène, mais ça demande quand même de l’investissement.

Il faut faire attention à ce que l’on fait, répondre gentiment aux rageux, faire attention à ne pas énerver de gens…

Laurence Allard ne rejette pas cette idée :

Hype Simulator peut en effet être intéressant à titre pédagogique, car elle laisse entrevoir qu’être influenceur est un vrai travail, que l’on est submergé de messages, de notifications.

Ça pourrait même éventuellement acculturer les plus jeunes au monde du travail à venir.

Et notamment pour ceux qui sont intéressés par le métier d’influencer, car cela leur permet de vivre dans la peau d’une star des réseaux et de se préparer à se lancer dans cette voix.

Pourrait-on même aller aussi loin que d’envisager que cette application fasse partie de l’économie de l’influence, et soit là pour légitimer le secteur en nous montrant que oui, les influenceurs travaillent beaucoup, et ainsi renforcer le respect qu’on leur porte ?

Ou bien est-ce une application secrètement mise en place par de vrais réseaux sociaux, qui voudraient, grâce à l’excitation qu’on ressent on se sentant populaire, nous faire utiliser d’avantage leurs applications, en nous donnant envie de tout donner pour un jour être une célébrité ?

Quoi qu’il en soit, Hype Simulator propose de multiples réflexions sur l’attrait à la célébrité, aux réseaux sociaux, et à la multiplication des influenceurs.

Quel avenir pour Hype Simulator ?

Les applications sont de plus en plus présentes dans nos vies, et l’on en est accro au point d’être prêt à passer tout notre temps sur une fausse application et interagir avec de faux abonnés.

Beaucoup sont ceux et celles qui prennent Hype Simulator de façon légère et profitent de ce moment de succès simulé, et tout cela devrait effectivement rester quelque chose de léger.

Cependant, il est intéressant de voir à quel point le monde de l’influence attire aujourd’hui, tellement que l’on peut désormais tous en faire l’expérience de manière instantanée.

À voir si Hype Simulator gardera sa place sur le podium, et comment celle-ci va se développer à l’avenir. Peut-être que tout cela va déboucher sur un monde étrange où tout le monde vit dans sa fausse réalité d’influenceur, ou bien que l’application passera de mode rapidement, et ne sera plus que le souvenir lointain d’un buzz de courte durée.

Difficile de savoir quelle direction cela va prendre : on vit dans une société ou tout est éphémère, mais où l’envie de devenir une star perdure chez beaucoup de monde, comme en témoigne le succès de cette fameuse application…

À lire aussi : J’ai testé Randonautica, l’appli creepy qui semble lire dans ton esprit

Les Commentaires
2

Avatar de Justinemacaron
14 décembre 2020 à 10h42
Justinemacaron
Ça sonne un peu comme une idée de scénario pour Black Mirror m'enfin tant que c'est utilisé avec beaucoup de recul, ça peut être sympa. J'ai suivi pendant quelques années la "Beauty community" aux Etats Unis, et j'étais hyper investie là dedans, j'avais des influencers que je soutenais jusqu'au bout, j'achetais leurs produits (qui sont plutôt de bonne qualité, d'ailleurs !) et je regardais les chaînes de Gossip pour voir si x ou y que je n'aimais pas était cancelled aujourd'hui. Franchement, avec le recul, j'en ai tiré 3 choses :
1) J'avais pris des habitudes hyper malsaines avec mes interactions avec les autres et ce que je jugeais acceptable ou non en terme de vie en société. Aussi, j'ai développé pas mal de complexes.
2) La quasi totalité de ces influencers sont des personnes malveillantes voire carrément dans l'illégalité (sérieusement, une fois qu'on les connait un peu on se rend compte qu'il n'y en a pas un qui est récupérable).
3) C'est le point le plus important : la célébrité change les gens, et vraiment pas dans le bon sens du terme. J'ai développé une vraie peur de devenir célèbre/populaire après avoir été spectatrice de la vie de ces influencers. La pression constante d'être le plus scandaleux possible (mais pas trop) pour générer de la publicité, les amis qui te poignardent dans le dos dès qu'ils en ont l'occasion, et la mise en scène constante pour te vendre des produits, qui, même s'ils sont de qualité, sont hors de prix... Ça donne une impression de fausseté et, derrière toutes les paillettes, je suis sûre que ces gens sont totalement seuls, ils n'ont aucune interaction authentique avec les gens car ils sont devenus tellement insupportables, immoraux et arrogants que les seules personnes qui restent sont celles qui veulent profiter de leur succès.

Bref, la célébrité, c'est vraiment pas fait pour moi. En tout cas pas dans ce milieu là. Mais pour 15min, pourquoi pas, ça peut être amusant. Je crains juste que cette appli ne renforce le stéréotype que le seul moyen d'être heureux est d'être riche et célèbre. Alors qu'en réalité, c'est plutôt l'inverse.
0
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Culture Web

Culture Web
Thanksgiving Netflix

L’histoire virale de Thanksgiving la plus chou du monde devient un film Netflix

Eva Levy

06 déc 2021

2
Culture Web
Yassification-du-casting-de-Friends

Culture queer, retouches, racisme… le mème de la yassification est plus profond qu’il n’y paraît

Anthony Vincent

26 nov 2021

Série télé
squid-game-jeu-reel-youtube

Un gros youtubeur lance Squid Game en vrai, avec un butin, parce que la série ne nous a rien appris visiblement

Kalindi Ramphul

25 nov 2021

5
Société
Justin Bieber filtre

Le filtre Insta qui « rend gros » à coups de donuts, plus cringe que drôle

Eva Levy

23 nov 2021

Conseils mode
La-TikTokeuse-Elie.fy_

Sur TikTok, @ElieFy fait rimer conseils mode et développement personnel

Anthony Vincent

21 nov 2021

Culture Web
Facebook logo

Orientation sexuelle, religion… Facebook ne ciblera plus les pubs en fonction de ces catégories « sensibles »

Eva Levy

10 nov 2021

Culture Web
TikTok Girl

McFly et Carlito n’ont rien compris aux TikTok Girls, mais bon, qui est surpris ?

Eva Levy

05 nov 2021

36
Culture Web
inoxtag-zevent

Malgré son record de dons, le Z Event doit faire mieux pour protéger ses streameuses

Maëlle Le Corre

02 nov 2021

4
Tech
Logo Instagram

Avis au petit peuple d’Instagram : plus besoin des 10 000 followers pour avoir le bouton lien !

Eva Levy

29 oct 2021

Tech
supprimer_message_messenger

Oui, on peut supprimer ses messages sur Messenger (et on vous explique comment) !

Océane Viala

20 oct 2021

10

La pop culture s'écrit au féminin