Live now
Live now
Masquer
harcelement-scolaire-campagne-plan-plan-180×124
Actualités France

Le harcèlement scolaire au coeur d’une nouvelle campagne plan-plan

Une nouvelle campagne contre le harcèlement scolaire a été lancée mardi dernier et elle est promue par deux spots bien peu percutants.

Mardi dernier, Vincent Peillon, ministre de l’Éducation Nationale, a présenté la nouvelle campagne de lutte contre le harcèlement scolaire. Pour la promouvoir, deux clips qui me laissent un peu perplexe.

Le premier met en scène l’athlète Christophe Lemaître, expliquant qu’il a été harcelé :

Le second a pour actrice Chimène Badi qui, yeux plissés et ton solennel, nous raconte qu’elle aussi était concernée par ces violences :

En arrière-plan sonore, une petite mélodie triste au piano. Je m’étonne presque qu’aucune des deux personnalités filmées n’achève son discours d’un péremptoire « le harcèlement, c’est vilain ».

Soulignons tout de même le bon réflexe d’avoir choisi deux personnes qui ont connu le harcèlement (j’imagine peu la voix de Chimène Badi avoir un impact sur des collégiens ou lycéens, mais soit, l’idée me semble plutôt bonne). Mais pourquoi leur faire réciter un texte aussi plat, avec aussi peu de tripes ? Pourquoi se contenter de les poser devant la caméra pour délivrer leur message (très noble, certes) incitant les harcelé-e-s à ne pas garder ce qu’ils subissent pour eux ?

Personnellement, j’ai tendance à trouver ces deux spots non seulement très plan-plan mais aussi très abstraits. M’est avis que, lorsqu’on est concerné par le harcèlement, on n’a pas forcément posé ce mot dessus. Quand on est rejeté, qu’on se prend des moqueries et autres réflexions mesquines et discriminantes dans la tronche à longueur de journée, ce n’est pas toujours la première chose qu’on se dit.

Et ça marche aussi pour les harceleurs et harceleuses : il n’y a qu’à relire la compilation de témoignages sur l’expérience de nos lectrices en tant que bully pour réaliser que la plupart n’avaient pas la pleine conscience de leurs actions. Lâcher le mot « harcèlement », c’est à mes yeux moins fort si on ne le met pas en scène, si on ne montre pas des exemples de harcèlement et de l’impact qu’il a.

Comment s’y reconnaître ? Comment un collégien, par exemple, harcelé, pourrait se dire « ah bah oui, voilà, c’est ça que je vis au quotidien et c’est ça que je ne dois pas garder pour moi » ?

Le but de la campagne Non au harcèlement est de briser la loi du silence. D’inciter les enfants et adolescents harcelés à oser en parler autour d’eux, ce qui s’avère dans bon nombre de cas difficile puisque ces violences enfoncent les victimes dans un cercle vicieux. On les brutalise, on se moque d’eux au quotidien, ce qui les humilie et affaiblit leur confiance en eux : oser dénoncer ce qu’on subit avec peu, voire aucune estime de soi n’est pas chose aisée. Est-ce que c’est assez ? Est-ce que ça suffira ?

Oh, et au fait : la campagne est également accompagnée d’un logo, #NAH pour Non Au Harcèlement. Un petit « Nah », c’est justement ce que j’ai l’impression que cette initiative répond au harcèlement scolaire. Un peu comme une pichenette derrière les oreilles.

Mais la campagne ne se résume bien heureusement pas aux spots. En plus de ces deux vidéos, des initiatives ont été prises pour mettre en lumière ce phénomène violent :

  • Un site Internet rénové : agircontreleharcelementalecole.gouv.fr
  • 31 référents académiques (« référents harcèlement ») à l’écoute des victimes et des témoins centralisant les formations et les actions de sensibilisation
  • 6 fiches pour savoir quoi faire à destination des élèves harcelés, des élèves témoins et des parents
  • Un plan de formation, pour aider à identifier le harcèlement entre élèves et trouver des solutions
  • 10 dessins animés pour sensibiliser les écoliers
  • Un guide pour lutter contre la cyberviolence à destination des membres du personnel des établissements scolaires
  • Jusqu’à 2 000 € pour récompenser les meilleures initiatives d’élèves sur des projets de sensibilisation au harcèlement scolaire.

Implication des personnels d’établissement et tentatives de rendre les élèves actifs en travaillant sur le harcèlement : il est finalement probable que cette campagne réussisse finalement à ouvrir quelques paires d’yeux. C’est du moins tout ce qu’on lui souhaite.

Pour aller plus loin…


Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Les Commentaires

18
Avatar de schlobi
18 décembre 2013 à 10h12
schlobi
Parce qu'à part encaisser et survivre, je ne vois pas de solution concrète pour remédier à ce problème. Mes parents n'ont pas jugé utile d'intervenir, mais dans le cas d'une autre fille de ma classe dans la même situation et dont les parents ont alerté CPE et professeur principal, ça n'a strictement rien changé.
Je ne suis pas d'accord. Il est possible de mettre fin au harcèlement scolaire. Ma sœur a été harcelé. Après je ne sais pas comment ça s'est passé pour toi, mais mes parents ont littéralement harcelé l'administration du collège qui est complètement bouché. Dès que ma sœur rentrait en larme, ma mère contactait l'administration. Encore et encore. L'harceleuse s'est pris un avertissement. Puis des heures des retenues car elle a continué. Mes parents ont continué à appeler régulièrement, prendre rendez vous avec le professeur principal, le CPE. Ses parents ont été convoqué et on l'a menacé d'expulsion. Elle a arrêté harcelé ma sœur.
L'année suivante, elle a commencé à harceler une autre petite fille. Les parents ont alors porté plainte. Suite à tous ce qui s'était passé l'année dernière, elle est passé en conseil de discipline et a été renvoyée.
C'est possible de mettre fin aux harcèlements. Il faut parler. Et s'accrocher. Vraiment.
0
Voir les 18 commentaires

Plus de contenus Actualités France

Hanny Naibaho festival
Actualités France

Ce festival mythique pourrait bien diparaître (et on est trop triste)

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source : TF1 - Capture d'écran de l'émission Sept à Huit
Actualités France

Les nouvelles mesures autoritaires de Gabriel Attal pour lutter contre les violences entre mineurs

15
Bâtiments du 4° bataillon de l'école spéciale militaire de Saint-Cyr Coetquidan ; au premier plan, celui de la 13e compagnie en 2018 // Source : Wikimedia Commons / Alain.Darles EOR Saint-Cyr à Coetquidan 1971 / Licence Creative Commons
Actualités France

Violences sexistes et sexuelles à l’académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan : l’enquête choc de FranceTV

4
La mairie de Paris décroche les pubs pour le livre transphobe des TERF les plus célèbres de France // Source : Capture d'écran Twitter
Actualités France

La mairie de Paris décroche les pubs pour le livre transphobe des TERF les plus célèbres de France

1
macron coupe du monde
Actualités France

Emmanuel Macron mécontente 3/4 des Français·e·s (et surtout les femmes), selon un nouveau sondage

1
C'est au collège Arthur Rimbaud qu'a eu lieu l'agression de Samara, 13 ans, suite à des semaines de cyberharcèlement via des comptes Fisha // Source : Capture d'écran vidéo Twitter
Actualités France

Agression de Samara, 13 ans, à Montpellier : c’est quoi un compte fisha, au cœur de l’affaire ?

2
Source : Dnalor 01
Actualités France

Qui est Mélanie Berger-Volle, choisie pour porter la flamme olympique ?

Rodnae production de la part de Pexel // Source : Rodnae production de la part de Pexel
Actualités France

Fin de vie : les cinq conditions à remplir pour avoir recours à l’aide à mourir

Maryse Condé photographiée lors du Calabash Literary Festival 2007 // Source : Creative Commons : Georgia Popplewell via Flickr
Livres

Maryse Condé, grande autrice guadeloupéenne, aura-t-elle un hommage national ?

6
Grâce à Judith Godrèche, l'Assemblée envisage une commission sur le travail des mineur·e·s dans le cinéma et la mode.jpg // Source : Capture d'écran YouTube de LCP - Assemblée nationale
Actualités France

Grâce à Judith Godrèche, l’Assemblée envisage enfin une commission pour protéger les mineurs dans le cinéma et la mode

La société s'écrit au féminin