Parce qu’une tenue ne provoque jamais un viol : #CeciNestPasUnConsentement

L'application de lutte contre les violences sexuelles Handsaway vient de lancer une campagne puissante sur le consentement. Le but ? Rappeler qu'une femme a le droit de s'habiller comme elle le souhaite et qu'aucune tenue ne justifie une agression sexiste ou sexuelle.

Parce qu’une tenue ne provoque jamais un viol : #CeciNestPasUnConsentement

86% des femmes déclarent avoir subi au cours de leur vie au moins une forme d’atteinte ou d’agression sexuelle dans la rue (du regard insistant au viol), selon une enquête Ifop.

C’est ce triste constat qui a motivé la création en 2016 de Handsaway, la première application mobile gratuite contre les agressions sexuelles.

#CeciNestPasUnConsentement : la campagne de Handsaway sur le consentement

Handsaway revient avec campagne forte sur le thème du consentement grâce à des visuels puissants et au hashtag #CeciNestPasUnConsentement.

La campagne est réalisée en collaboration avec l’agence TBWA. Tu peux la découvrir sur une de leurs publications Instagram :

« Une parcelle de nudité n’est pas un consentement », indique la légende du post.

Les clichés réalisés par la photographe américaine  Shelby Duncan mettent en scène des symboles de la féminité et du sexy comme le décolleté, le rouge à lèvre, les talons, les jupes courtes ou les pantalons moulants…

En rappelant qu’aucune de ces tenues ne constitue une invitation ou un consentement.

#CeciNestPasUnConsentement réaffirme la liberté des femmes à s’habiller comme elles le souhaitent.

En effet, Handsaway déplore dans un communiqué que les femmes agressées ou harcelées soient trop fréquemment tenues pour responsables de ce qu’il leur arrive :

« Le débat du style vestimentaire surgit et finit bien souvent par l’emporter, justifiant ce qui est et doit rester injustifiable. »

Penser que la victime est (entièrement ou en partie) responsable de son agression ou de son viol à cause de sa tenue ou d’un comportement jugé trop provoquant est malheureusement un cliché encore tenace.

Ça s’appelle du victim-blaming et ça relève de la culture du viol, un environnement social et médiatique dans lequel les violences sexuelles sont banalisées, voire justifiées.

Handsaway : une application pour trouver de l’aide en cas d’agression sexuelle

Handsaway propose une carte interactive qui te permet de lancer une alerte et d’être aidée par une communauté de « Street Angels » sensibilisées au harcèlement de rue.

La carte Handsaway

Les Street Angels pourront t’apporter écoute, soutien et assistance. Le principal objectif de l’application est d’offrir une première aide et un premier exutoire rapidement. En attendant de porter plainte si tu le souhaites.

L’application offre également des ressources informatives sur la marche à suivre pour porter plainte après une agression sexuelle ou un viol.

50 agressions sont signalées par mois.

J’espère que l’application Handsaway et sa campagne #CeciNestPasUnConsentement permettront d’apporter une aide et un soutien psychologique aux victimes de violences sexuelles.

En tout cas, je me réjouis de voir cette initiative supplémentaire pour lutter contre les mythes sur le viol.

À lire aussi : Que faire si vous êtes victime d’une agression dans les transports ?

Faustine M

Faustine M


Tous ses articles

Commentaires

skippy01

Je pense que #CeciNestPasUneIncitationAuViol serait plus proche de la réalité, parce que l'argument souvent sorti est qu'"elle méritait de se faire violer".
 
Dernière édition :

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!