Live now
Live now
Masquer
handsaway-association
Féminisme

Une appli pour trouver de l’aide en cas d’agression sexiste

Pour lutter contre les violences sexuelles et sexistes dans la rue et les transports, l’association HandsAway veut créer une carte qui aidera les victimes à trouver une écoute et de l’aide.

En janvier dernier, le premier état des lieux du sexisme en France du Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes soulignait que 2,9% seulement des victimes d’injures, de menaces ou de violences sexistes portent plainte. 

Pour faire bouger les lignes et ne pas laisser ces actes impunis, l’association HandsAway a besoin de toi !

HandsAway, l’appli pour les victimes de violences sexistes

L’association a été créée il y a trois ans avec un objectif : lutter contre les agressions sexistes et sexuelles dans la rue ou dans les transports en commun, et donner aux victimes des moyens d’agir, d’être écoutées, protégées.

HandsAway est une application gratuite sur laquelle les personnes agressées peuvent lancer une alerte auprès d’une communauté de plus de 40 000 « Street Angels », sensibilisées au harcèlement de rue, qui souhaitent apporter leur soutien et leur aide.

Sur la page du crowdfunding de HandsAway

, la fondatrice et présidente explique Alma Guirao ce qui l’a poussé à créer cette plateforme :

« Comme toutes les femmes en France, j’ai été moi-même victime d’agressions sexistes et sexuelles dans la rue ou dans les réseaux de transport.

Il y a trois ans, une goutte d’eau a fait déborder le vase : un homme m’a montré son sexe dans le métro et personne n’a réagi.

C’est ce jour-là que je me suis dit qu’il fallait agir, en tant que femme mais également en tant que citoyenne. »

HandsAway est également présente en Belgique avec l’application Touche pas à ma pote.

Une carte pour trouver de l’aide en cas d’agression sexiste

L’association aimerait maintenant créer une carte interactive recensant tous les lieux vers lesquels les victimes pourront se tourner.

Les hôpitaux, les commissariats de police, les associations d’aide aux victimes et d’accompagnement juridique…

HandsAway veut donner accès sur mobile à la géolocalisation des lieux d’aide aux victimes d’agressions sexuelles et sexistes les plus proches, dans un maximum de grandes villes en France.

handsaway-carteÇa ressemblerait à ça

Pour concrétiser ce projet qui permettra à tous et toutes de trouver de l’aide en cas de besoin, HandsAway fait appel à toi sur la page de son crowdfunding

Il ne reste que 10 jours pour mener l’opération à bien, go go go !

Et toi, tu sais où trouver de l’aide en cas d’agression dans la rue ou les transports ? Envie de devenir Street Angel ? 

À lire aussi : Que faire si vous êtes victime d’une agression dans les transports ?


Écoutez l’Apéro des Daronnes, l’émission de Madmoizelle qui veut faire tomber les tabous autour de la parentalité.

Les Commentaires

1
Avatar de Mely-ChaudronPastel
29 mars 2019 à 08h03
Mely-ChaudronPastel
Je me suis inscrite : 0 autour d'où je suis (j'habite une ville de 60 000 habitants), et 2 sur Paris.
Ca fait léger... pas encore très au point !
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Féminisme

Source : Midjourney
Déclic

Célia, 24 ans : « J’ai compris l’importance du féminisme en jouant au Trivial Pursuit »

Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Humanoid Native
9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Source : Canva
Déclic

Sandrine, 48 ans : « J’en demandais plus à mes filles qu’à mon fils pour les tâches ménagères »

gloria-steinem-feminist-litterature-
Livres

Gloria Steinem, féministe incontournable, fête ses 90 ans

1
Source : Midjourney
Déclic

Suzy, 27 ans : « Aujourd’hui, j’ai peur d’avoir des relations sexuelles avec les hommes »

1
Source : Cerise Sudry-Le Dû / Damien Platt de Getty Images
Féminisme

« Le viol est une bombe à fragmentation particulièrement cruelle » : Laurène Daycard, lettre d’Ukraine

tribune_une_v
Tribune

Aujourd’hui, je suis au tribunal parce que je suis féministe, on ne me réduira jamais au silence

2
Source : Canva
Déclic

Joséphine, 22 ans : « Concernant mon féminisme, je me demande souvent si je suis dans l’excès »

1
Source : Madmoizelle
Féminisme

Annie Chemla : « Avorter des femmes clandestinement m’a apporté un sentiment intense de puissance »

1
Source : adrianvidal / Canva
Société

Ces associations se battent pour nos droits toute l’année et elles ont besoin de nous

3

La société s'écrit au féminin