Live now
Live now
Masquer
fesses-identite
Body positive

Mes fesses, mon « identité », les autres… et moi

10 juil 2015 26

Naya a toujours a toujours accepté son corps comme il était, même si le monde entier semblait lui dire qu’il n’était pas assez bien… en commençant par ses fesses.

Mon corps a toujours été dans ce que la société appelle « la norme ». Je ne parle pas des standards, mais plutôt d’une moyenne, tant par mon poids que par mes formes.

Je ne suis pas grande, pas vraiment petite non plus. Je fais un 38, je n’ai pas de gros seins, ni une petite poitrine. Je n’ai pas de grosses fesses, mais pas de petites non plus. Certains voient dans cela une véritable chance :

« Tu ne peux pas comprendre ce qu’est avoir un complexe par rapport à ton corps, tout est bien chez toi. »

Le fait de n’avoir jamais rien eu de « trop » donne l’impression aux gens que je n’ai jamais vraiment eu de complexes. En réalité, je crois être passée par toutes les étapes : je me suis déjà trouvé trop mince, ou trop grosse… et ce à cause des discours contradictoires que j’ai pu entendre tout au long de ma vie !

Le mythe de la femme noire au cul d’enfer

J’ai grandi dans une famille qui ne m’a jamais fait de réflexion sur mon poids. Durant mon adolescence, j’étais plutôt fine. Je faisais une taille 34, j’étais assez bien dans ma peau.

J’ai commencé à me poser des questions lorsque des personnes de mon entourage ont commencé à me me faire part de réflexions concernant mon corps. Certaines m’ont dit qu’en tant que femme noire, mes gènes voudraient que j’ai des fesses généreuses. Plus jeune, influençable et naïve, j’avais tendance à croire qu’il y avait quelque chose qui clochait chez moi.

À lire aussi : « La face cachée des fesses », un documentaire Arte culotté

Pourquoi n’étais-je pas pulpeuse, n’avais-je pas le corps qu’une femme noire « devait » avoir ?

Mes premières relations sentimentales n’ont rien arrangé à ma période de remise en question. Certains hommes que j’ai rencontrés disaient être intéressés par les femmes noires à cause de leurs « attributs plus développés que ceux des blanches et leur tempérament de feu ». Blancs ou noirs semblaient croire qu’une femme noire avait obligatoirement un caractère bien trempé et la paire de fesses de Nicki Minaj

Les hommes qui venaient à ma rencontre s’attendaient à être complètement dépaysés par mes formes « exotiques ». Quel ne fut pas leur étonnement lorsqu’ils constataient que mon postérieur n’était pas plus rebondi que celui d’une autre !

NPH-dissapoint

En réalité, si certaines femmes noires ont plus de formes qu’une blanche ou une asiatique, ça n’est pas systématique. C’est comme s’étonner qu’un anglais ne soit pas roux : très réducteur !

De grosses fesses… mais pas TROP grosses

En parallèle de ceux qui me disaient qu’une paire de fesses bombée était obligatoire pour être une femme noire potable, j’entendais souvent d’autres ami•e•s me parler de leur vision du physique parfait. Il y a une dizaine de jours, une proche me confiait ses frustrations concernant son apparence physique et ce qu’elle voyait comme un idéal :

« Le top, c’est de ne pas avoir de cul mais avoir des gros seins. »

Je me demandais alors si elle avait été amenée à penser de la sorte parce qu’elle était blanche… Est-ce qu’en tant que femme blanche, on lui avait dit, au contraire de moi, qu’elle se devait d’avoir un petit cul ?

À une période de ma vie, j’ai pris un peu de poids et mon popotin n’y a pas échappé. Je n’ai jamais eu peur d’être plus ronde, et le fait d’avoir grossi ne me dérangeait pas particulièrement. À ce moment-là, avec ma taille 40, j’ai reçu des critiques complètement à l’opposé de celles qui voulaient que j’ai des formes :

« Que s’est-il passé ? Tu étais si mince… »

C’est à ce moment de ma vie que je me suis rendue compte que je recevrai toujours des critiques des gens autour de moi, peu importe la taille de mes fesses, de mes cuisses ou de mes seins.

pink

Les médias nous renvoient généralement des images de mannequins blanches, minces, avec de petites fesses fermes. C’est pour cette raison qu’il est très difficile pour certaines femmes noires de se reconnaître dans ces corps considérés comme un modèle à suivre.

À lire aussi : Mon physique et mon caractère VS les mecs et leurs attentes

Je me retrouvais donc tiraillée entre ce que la société occidentale attendait de moi et ce que les gens attendaient d’une femme noire, sans trop savoir ou me placer et sans jamais être satisfaite à cause de ce corps toujours « dans la moyenne ».

C’est en se rendant compte de ce double discours qu’on comprend à quel point des chanteuses comme Beyoncé ou Nicki Minaj ont participé à la libération des corps des femmes noires et à leur médiatisation. Elles ont permis d’envoyer un message fort tout en prouvant que les corps des femmes noires peut aussi être beau et sexy !

À lire aussi : Nicki Minaj et son bouli rebondi: pourquoi tant de haine ?

Le physique des femmes noires a souvent été rejetée par une société occidentale qui n’accepte pas tout ce qui s’éloigne d’une norme blanche et mince.

Je me souviens des critiques reçues par Nicki Minaj lors de la sortie de son single Anaconda. On lui reprochait de s’exhiber d’une façon vulgaire. Elle avait répondu que lorsque des femmes blanches posaient nues de la même manière, on ne leur en tenait pas rigueur. En réponse à ces critiques, Nicki avait même posté des photos de fesses de femmes non-noires avec la légende « acceptable » sur son compte Instagram.

nicki-minaj-acceptable

Ainsi, elle dénonçait la différence de traitement, d’une part, entre les femmes minces et les femmes pulpeuses et d’autres part entre les femmes blanches et les femmes noires !

Quoi qu’il en soit, j’ai décidé de ne plus écouter les critiques des personnes qui m’entourent. Comme moi, aimez vos fesses quoi qu’il arrive et ne laissez personne vous dicter ce à quoi vous devez ressembler !

À lire aussi : Lettre ouverte à mon corps que j’ai décidé d’aimer

Témoignez sur Madmoizelle !

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !

Les Commentaires
26

Avatar de Souffle des iles
14 octobre 2015 à 12h31
Souffle des iles
Quoi que tu fasses (bon ou mauvais), les critiques, il y en aura toujours...il suffit de faire ce qui te plait et voilà tout!
Vive les petits culs, les gros, les plats, les carrés et les autres, quelque soit ta couleur de peau, de dents ou de cheveux ! Aux détracteur il faudra dire dorénavant: "parle à mon BEAU cul ma tête est malade!"
et oui tu as complètement raison @Aliçouçouçou
0
Voir les 26 commentaires

Plus de contenus Body positive

Body positive
Jonah hill

Arrêtez de commenter le corps des autres — y compris celui de Jonah Hill

Aïda Djoupa

15 oct 2021

Développement personnel
Deux femmes noires, l'une pose sa tête sur l'épaule de l'autre.

Pour les personnes opprimées, « cultiver le plaisir est un acte de résistance »

Hélène Molinari

13 oct 2021

Mode
la-grande-fripe-smol

Une friperie « grandes tailles » ? Ça existe, et c’est en ligne !

Solenne Rivet

12 oct 2021

5
Body positive
Lena Dunham est victime de body-shaming grossophobe sur sa photo de mariage postée sur Instagram

Critiquée pour son poids sur ses photos de mariage, Lena Dunham rappelle que « minceur » ne rime pas toujours avec « bonheur »

Anthony Vincent

11 oct 2021

4
Body positive
femme-seins-melons-600

Je suis une femme libre et indépendante. Mais si j’aime mes seins, c’est grâce à mon mec

Manon Portanier

08 oct 2021

Sexo
cunnilingus – épilation – femme

La première fois qu’on m’a léchée sans que je ne sois épilée

JulietteGee

24 sep 2021

74
Body positive
femme-sans-soutien-gorge-vert

Malgré mes seins qui tombent, j’ai réussi à abandonner le soutien-gorge

Océane Viala

23 sep 2021

36
Sorties
Une femme en patins à roulette et robe à sequins assise au sol

Wheelz and Feet, la soirée en patins à roulette ou à pieds qui va vous faire tourner la tête

Anthony Vincent

12 sep 2021

Santé sexuelle
Femme-vagin-chirurgie

« C’est comme si j’avais 12 ans » : le lifting vaginal, promu par les influenceuses, reste une belle connerie

Témoignages
anorexie

J’ai été hospitalisée trois fois pour anorexie mentale, et je vais enfin mieux

Aïda Djoupa

06 sep 2021

5

La vie s'écrit au féminin