Live now
Live now
Masquer
face-cachee-de-margo-critique
Cinéma

« La Face cachée de Margo », une nouvelle adaptation réussie d’un roman de John Green

La Face cachée de Margo sort au cinéma : c’est une jolie adaptation d’un roman de John Green dans laquelle Cara Delevingne et Nat Wolff éblouissent un public redevenu ado au cœur d’une salle obscure .

Cette critique a été écrite dans le cadre d’un partenariat avec FOX. Conformément à notre Manifeste, on y a dit ce qu’on voulait.

L’été dernier, un OVNI cinématographique tirait les larmes à la Terre entière : Nos Étoiles contraires arrivait à parler d’adolescent-e-s atteint-e-s de cancer sans tomber dans le mélodrame et en évitant avec précaution les clichés. Ce joli équilibre vient du talent de John Green, un auteur américain à succès jusqu’alors peu connu en France.

À lire aussi : Nos étoiles contraires, une claque entre rire, amour et larmes

Ça a été pour ma part l’occasion de découvrir l’intégralité de son oeuvre : j’ai pleuré avec Nos Étoiles contraires, ri avec Le Théorème des Katherine, rêvé avec La Face cachée de Margo j’ai donc été ravie d’apprendre que ce dernier serait adapté au cinéma !

À lire aussi : « La Face cachée de Margo » a un nouvel extrait !

Un bon film pour ados… mais pas que

La Face cachée de Margo met en scène des personnages en terminale, qui s’apprêtent à vivre leur bal de promo, leur diplôme et la séparation d’avec leurs copains et copines de toujours. C’est un film pour ados, c’est certain. Mais c’est un vrai plaisir pas du tout coupable, un beau moment et une jolie histoire qui se déroule sans qu’on voit le temps passer. J’ai eu 17 ans à nouveau le temps d’un film et j’ai adoré.

À celles et ceux qui ont lu le livre, je souhaite vous prévenir tout de suite : le film n’est pas sa copie conforme, l’action change un peu mais l’ambiance est tout aussi cool. Les personnages sont parfaitement incarnés et visuellement, c’est (presque) comme je l’imaginais — quel bonheur !

face-cachee-de-margo-cara-delevingne-nat-wolff

Ce genre de vision n’est possible que dans La Face cachée de Margo.

La face cachée de Margo Roth Spiegelman, c’est la personnalité pleine de mystère d’une jeune fille qui semble flotter quand elle marche tant elle respire la grâce et la personnalité bien trempée. Q en est amoureux depuis qu’il est gosse et, quand elle trouble la hiérarchie de la popularité de leur lycée américain pour lui demander son aide, son monde se retrouve à l’envers.

Mais après une nuit à faire des mauvais coups auprès de ceux qui l’ont trahie, Margo disparaît, sans vraiment laisser de traces, si ce n’est des indices un peu étranges à destination de Q. Il se retrouve ainsi à passer ses dernières semaines en tant que lycéen à rechercher celle qui l’obsède depuis des années, sans savoir vraiment où il va avec sa quête improbable.

Par la musique, la délicatesse des images et l’histoire qui m’a rappelé mes jeunes années, La Face cachée de Margo se déroule comme une jolie balade onirique et parfois presque floue. J’en suis ressortie dans un état un peu second, totalement énamourée de l’univers de ce film. Un feel good movie avec une légère impression de polar, ça donne une œuvre qui en fera certainement craquer plus d’un-e !

Un casting en or pour une adaptation réussie

S’il y a bien une force aux romans de John Green, ce sont leurs personnages : ils sont extraordinaires dans leur vie ordinaire, sont des héros du quotidien, tes voisins ou tes copines… mais en mieux. Les clichés n’ont pas été invités à la fête et il est presque impossible de ne se reconnaître en aucun des personnages d’un de ses romans, et encore plus de ne pas s’y attacher.

L’annonce du casting de La Face cachée de Margo annonçait d’emblée du lourd : Cara Delevingne, mannequin anglaise très en vogue, signant ici son premier rôle principal au cinéma, et Nat Wolff, acteur de talent qui avait déjà illuminé le public dans le rôle d’Isaac dans Nos Etoiles contraires. Quel duo !

face-cachee-de-margo-cara-delevingne-nat-wolff-2

Si les deux acteurs ont assez peu de scènes ensemble, ils sont chacun époustouflants dans les rôles de Quentin et de Margo. D’un côté, un jeune homme très sage, qui prévoit tout à la minute et évite les risques ; de l’autre, Margo, jeune fille populaire, aimée, belle mais qui entretient savamment une part de mystère. Q est amoureux de Margo depuis leur enfance et ferait tout pour elle… comme la traquer dans tout le pays après sa disparition parfaitement orchestrée.

Ils incarnent à merveille les personnages créés par John Green et sont représentatifs de l’ambiance générale du roman, et maintenant du film : des lycéens américains qu’on pourrait penser plein de clichés et sans histoire, mais qui s’avèrent passionnants et follement attachants. On en ressort avec l’envie d’aller au bal de promo avec Q ou Margo (ou les deux, j’avoue).

nat-wolff-face-cachee-de-margo

J’assortirai ma robe à ton costume, beau gosse.

Les rôles secondaires ne sont pas en reste : on retrouve, aux côtés de Nat Wolff,

Austin Abrams et Justice Smith (qui fait partie du casting de la très attendue The Get Down) incarnent Ben et Radar, les copains de toujours de Q. Ils forment un trio qui fonctionne à merveille, complémentaire, complet et surtout très drôle. Sans oublier l’apparition hilarante d’Ansel Elgort, toujours aussi joli mais dans un rôle bien moins charmant que celui d’Augustus Waters

Enfin, un big up particulier aux seconds rôles féminins, tenus entre autres par Jaz Sinclair et Halston Sage, respectivement dans la peau d’Angela et Lacey. Je ne pourrais pas être plus précise : la copine de Radar et la fille populaire sont absolument parfaites, elles aussi dans leurs différences et leur complémentarité.

Et en plus, elles sont drôles.

En résumé, on a ici un très joli film adapté d’un roman excellent, des personnages attachants et une histoire qui tient en haleine visuellement et sentimentalement. La Face cachée de Margo sort le 12 août et il vaut bien le coup de lâcher sa serviette de plage pendant une après-midi !


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

5
Avatar de Kaylie
27 août 2015 à 16h08
Kaylie
Je l'ai vu après avoir lu le livre et j'ai été assez déçue. Déjà, on perd la saveur et le piquant de l'écriture de John Green (plus qu'avec Nos Etoiles contraires, à mon avis). Et puis, John Green ne met JAMAIS de clichés dans ses livres et là il y en avait trois ENORMES.
Contenu spoiler caché.

Contenu spoiler caché.

Contenu spoiler caché.

En tant que fan, évidemment je m'amuse à trouver les différences avec le bouquin. Et je trouve normaux les coupures dans l'histoire et les petits changements apportés au scénario, mais là, c'est trop gros !
Bon, sinon les acteurs jouent bien... Mais tout manque de profondeur comparé au livre ! Lisez-le les Madz !
0
Voir les 5 commentaires

Plus de contenus Cinéma

Love Lies Bleeding
Culture

Insultes lesbophobes, violences : des homophobes saccagent une séance de Love Lies Bleeding, avec Kristen Stewart

Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Humanoid Native
Les reines du drame // Source : Alexis Langlois
Cinéma

Festival de Cannes : on connaît enfin la liste de (presque) tous les films projetés

His house // Source : Netflix
Cinéma

Les 15 meilleurs films d’horreur sur Netflix à voir absolument

3
 Hannah Gutierrez-Reed // Source : The Wrap
Culture

« Amateure », « négligente » : l’armurière de Rust d’Alec Baldwin condamnée à 18 mois de prison

Anatomie d'une chute
Culture

Merci Judith Godrèche : les enfants seront désormais accompagnés sur les tournages

1
Semaine de la critique 2024 / Hafsia Herzi
Culture

La Semaine de la critique, notre sélection préférée à Cannes, a dévoilé ses films en compétition

Bridget Jones // Source : Splendor Films
Culture

Casting, résumé : tout savoir sur Bridget Jones 4 et sa Bridget en daronne veuve

[PR] Image de une • Verticale
Culture

5 anecdotes sur Virgin Suicides, de la plus cool à la plus glauque (comme le film)

Un still du film All we imagine as light, de Payal Kapadia, avec le logo du festival de Cannes // Source : ALL WE IMAGINE AS LIGHT de Payal Kapadia © Ranabir Das
Cinéma

Le festival de Cannes 2024 dévoile sa Sélection officielle : 4 réalisatrices, aux côtés de Gilles Lellouche et Francis Ford Coppola

Euphoria  // Source : HBO
Culture

Zendaya en a marre de jouer que des lycéennes alors qu’elle n’est jamais allée au lycée

La pop culture s'écrit au féminin