Esther Reporter fait le point sur l’IVG pendant le confinement

Quels sont les enjeux autour de l'IVG en cette période de confinement et d'épidémie de coronavirus ? Esther Reporter t'explique tout !

Esther Reporter fait le point sur l’IVG pendant le confinement

Tu te poses des questions sur le droit à l’IVG, tu t’inquiètes sur le fait d’être confrontée à une grossesse non désirée pendant le confinement ?

Coronavirus et IVG : pas de panique

Premier conseil : respire, et ne panique pas. Le droit à l’IVG est maintenu. 

Cependant, la crise sanitaire met les hôpitaux à rude épreuve, et certaines personnalités politiques s’inquiètent d’une perturbation du recours à l’IVG.

C’est le cas de Laurence Rossignol, sénatrice de l’Oise, dont tu avais peut-être vu passer le tweet suivant :

Ce tweet a été mal interprété par certaines personnes, jusqu’à être relayé comme une fake news. Des amies sont même venues me dire qu’il fallait faire encore plus attention avec sa contraception, car les IVG n’étaient plus possibles en France…

C’est faux ! Tu peux toujours choisir d’avorter en cas de grossesse non désirée.

Les enjeux de l’IVG en période de coronavirus selon Esther Reporter

Si tu veux mieux comprendre la situation et l’explication de ce tweet, je te laisse regarder cette excellente vidéo d’Esther Reporter qui fait le point sur les enjeux de l’avortement en période d’épidémie de Covid-19 :

Esther t’explique que l’IVG est considérée comme une procédure urgente et il est normalement tout à fait possible d’y recourir.

Elle est accessible jusqu’à la 12ème semaine de grossesse, soit la 14ème semaine d’absence de règles.

Dans son tweet, Laurence Rossignol postait la capture d’écran sa proposition d’amendement pour un allongement des délais de recours à l’IVG.

Le but recherché était de faire face à l’engorgement des hôpitaux, avec le risque potentiel d’être prise en charge trop tard en cas de grossesse non-désirée.

La sénatrice s’offusque ensuite dans son tweet du refus des ministres de cet amendement. Ce qui ne veut PAS dire que le droit à l’IVG ne tient plus !

Esther explique ensuite que le gouvernement a réaffirmé dans un communiqué que le droit des femmes à disposer de leur corps n’était pas remis en cause :

« Les IVG sont considérées comme des interventions urgentes par le Ministère des Solidarités et de la Santé. Leur continuité doit être assuré.

Le Planning Familial maintient le numéro vert (0 800 08 11 11) pour répondre à toute question à ce propos. »

Des paroles rassurantes, mais des professionnels de santé appellent tout de même à un allongement des délais. Les créneaux de blocs opératoires sont en effet fortement modifiés en raison de l’épidémie, ce qui pourrait entraîner des reports d’IVG.

Une pétition en ce sens a été lancée par le collectif Avortement en Europe, disponible ici.

IVG et coronavirus : les conseils pratiques d’Esther Reporter

Esther a demandé à Fatima Ben-Omar, membre du collectif Avortement en Europe, quels seraient ses conseils en cas de grossesse non désirée.

Elle recommande d’appeler le 0 800 08 11 11 et d’aller sur le site ivglesadresses.org afin d’être correctement orientée.

Elle te conseille aussi de faire remonter au Planning Familial si tu es confrontée à des délais trop long, ou des structures qui ne peuvent pas te prendre en charge car elles sont sous l’eau.

Si tu veux avoir plus d’infos sur comment gérer une IVG mais aussi ta contraception pendant le confinement, je t’explique tout dans cet article !

À lire aussi : J’ai avorté en plein confinement

Comment t’informer sur le Coronavirus ?

Comme souvent lors d’un emballement médiatique sur un sujet, les fake news pullulent.

Soudainement, ton entourage se découvre un oncle au Ministère de l’Intérieur ou est en lien avec un médecin italien. Et les infos que ces personnes partagent sont souvent choquantes, flippantes ou surprenantes.

Pour démêler le vrai du faux et ne pas te faire avoir par de fausses annonces ou de mauvais conseils, voici quelques astuces.

Il est normal d’être en « boulimie d’informations » pour vouloir mieux se protéger et comprendre la situation, mais lire tout et n’importe quoi ne fera que t’angoisser un peu plus sans t’offrir de réponses.

  • Par défaut, ne crois pas ce qui est écrit dans les chaînes Whatsapp ou Messenger, dans des threads de citoyens et citoyennes sur Twitter… ce ne sont pas des sources fiables.
  • En matière de santé, suis uniquement les recommandations des organismes d’État, à savoir Santé Publique France et le gouvernement.
  • En matière de sécurité, suis les annonces officielles du gouvernement sur des grands médias. Le Monde a un dossier très complet sur l’épidémie et ses conséquences en France.
  • Décourage tes proches de diffuser de fausses informations qui contribuent à créer des mouvements de panique (peur de pénurie par exemple). Pour t’aider, l’Agence France Presse (AFP) a développé une plateforme spéciale de fact-checking qui t’aidera à débunker la majorité des fake news sur le Coronavirus : AFP Factuel.
  • Fais des recherches. Tu entends parler d’une info surprenante ? Tape les mots-clés dans ta barre de recherche. Si aucun média national ne s’en est fait le relais, il est très probable que ce soit une fausse information.

Faustine M

Faustine M


Tous ses articles

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!