Live now
Live now
Masquer
echange-universitaire-shanghai
Témoignages

J’ai été vivre à Shanghai en solo, ça m’a donné confiance en moi

05 août 2019 11
Garance est partie vivre en Chine quelques mois pour un échange universitaire, et la déprime du début de son séjour a vite laissé place à la fierté et la saveur de réussir à se débrouiller seule.

Initialement publié le 28 avril 2019

Cela fait bientôt 2 mois que je suis à Shanghai pour un échange universitaire. Je suis partie seule, sans connaître personne, pour un stage.

Je me suis retrouvée complètement perdue en arrivant dans cette ville incroyable, mais j’ai vite réalisé que cette ville impressionnante allait devenir une mine géante d’opportunités.

Ma déception à mon arrivée à Shanghai

J’ai rapidement été déçue du stage pour lequel je suis venue de si loin, pour lequel j’ai quitté ma famille, mon pays, mon copain… Certes seulement pour quelques mois, mais le déracinement n’est pas toujours facile à vivre.

Je me suis trouvée désœuvrée et triste. Toutes les petites mésaventures du début du séjour m’ont démotivée.

Et les expatriés pompeux qui me rétorquaient « Oh tu sais, ça fait partie de l’expérience ! » me sortaient par les yeux. Mais ni une ni deux, pour oublier l’ennui, j’ai dû m’occuper.

Alors, au lieu de rester seule dans ma chambre, j’ai décidé d’arpenter la ville et de m’ouvrir à toutes les opportunités qui se présentaient à moi.

Le début de mes aventures en solitaire dans Shanghai

J’ai commencé par visiter la ville. Seule, je me suis perdue dans le métro, j’ai marché des heures, médité dans les temples, goûté des boules vertes gluantes, communiqué en chinois, rencontré des personnes du monde entier…

J’ai peu à peu pris confiance. Je ne me sentais pas encore chez moi, mais je n’avais plus peur de sortir et de vivre normalement sans attendre.

Entre temps, je me suis fait de bons et bonnes amies, j’ai fini par aimer ma chambre minuscule et par devenir plus familière avec la ville.

Toutes les petites épreuves du quotidien étaient une victoire. Des choses qui me paraissaient tellement simples en France devenaient une vraie aventure à Shanghai.

Comme aller acheter une carte Sim chez un opérateur téléphonique, trouver un supermarché pour faire mes courses ou bien rentrer tard en taxi !

Mais une fois ces tâches accomplies, j’avais l’impression que rien ne pouvait m’arrêter. J’ai pris goût à cette découverte permanente.

Il m’en fallait plus. Alors quand j’ai vu passer un prospectus de recrutement de débutantes pour la formation d’une équipe de roller derby, j’ai sauté sur l’occasion.

J’ai multiplié mes activités à Shanghai

Je me suis inscrite, sans réfléchir. Cela faisait maintenant des années que je voulais faire partie d’une équipe et être l’une de ces filles ultra badass.

J’ai fait de même lorsque j’ai vu passer une annonce pour la recherche de story tellers pour un évènement autour du Développement Durable.

Dans le cadre de mes études de philosophie environnementale j’avais déjà écrit une histoire qui correspondait en tout point à ce que les organisateurs cherchaient. Je ne pouvais pas passer à côté de cette expérience.

Alors j’ai rédigé cette même histoire en anglais et hier soir je l’ai racontée au micro devant une foule d’inconnu·es. Et c’était incroyable.

En plus des superbes retours que j’ai pu avoir, j’ai pris confiance en moi. Je suis sortie du bel hôtel où se passait la réception, et dans le métro, au milieu d’une centaine de Shanghaiens et Shagaiennes, je me sentais spéciale.

J’avais l’impression que j’avais accompli quelque chose d’extraordinaire. J’ai réalisé que ce sentiment n’était pas nouveau et qu’il ne m’avait pas quitté depuis mon arrivée.

Je me suis débrouillée toute seule et j’en suis fière

Je suis fière d’être ici seule, d’avoir réussi à bâtir une vie normale ici. Une vie sociale avec du sport, du travail, des conférences, des sorties. Je m’épanouis de toutes ces premières fois incroyables.

J’ai pu pour la première fois vivre à l’étranger, me faire maquiller par une make up artist, parler à des inconnus, faire du roller dans des bar psychédéliques.

Cela faisait maintenant presque dix ans que je rêvais de m’installer pour quelques mois en Chine et j’ai enfin réussi.

Je suis très fière d’avoir pu réaliser mon rêve. J’ai dû me battre et travailler dur pour y arriver. Je me suis heurtée à plusieurs refus, mais maintenant j’y suis.

Parfois il vaut mieux attendre. Parfois ce n’est pas le moment. Mais enfin j’y suis. Et je l’ai réalisé quand je suis montée au 118 ème étage de la Shanghai Tower.

Mes oreilles se bouchaient dans l’ascenseur supersonique de la tour. En arrivant en haut, j’ai regardé cette ville tentaculaire.. et j’ai pleuré de soulagement.

J’ai réussi. Je suis une fille badass qui vit à Shanghai et qui fait du roller derby !

À lire aussi : Pourquoi vivre seule est la meilleure chose

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !

Les Commentaires
11

Avatar de jorda
7 août 2019 à 13h51
jorda
je me permets de rajouter la chaine youtube Mamahuhu (qui veut dire "comme ci comme ça" en chinois : mot à mot "cheval cheval tigre tigre" que je viens de découvrir (en anglais/chinois, rassurez-vous il y a les sous-titres anglais)
0
Voir les 11 commentaires

Plus de contenus Témoignages

excision-vert
Féminisme

« Ça fait partie de la tradition » : excisées par nos mères, nous tentons de comprendre

Fenta Savane

07 fév 2023

3
lelo-lily3-saint-valentin-selfcare (1)
Lifestyle

Changer les codes de la Saint-Valentin ? Mélodie, 23 ans, m’a donné sa vision du 14 février

Oscar Staerman

04 fév 2023

Ivan Samkov / Pexels
Témoignages

Charlotte, 34 ans : « J’ai arrêté d’associer amour et couple »

Aïda Djoupa

03 fév 2023

1
Daria Pimkina / Unsplash
Règlement de comptes

Lina, 1 863 € par mois : « Par rapport aux gens de mon âge, je me considère dans la moyenne très haute »

Photographie prise par Madmoizelle
Témoignages

De 15 à 75 ans, des manifestantes racontent pourquoi elles se mobilisent contre la réforme des retraites

Aïda Djoupa

01 fév 2023

5
cocktail sans alcool
Témoignages

J’ai fait le Dry january et après un mois, mon foie peut faire revenir l’être aimé

Aïda Djoupa

29 jan 2023

17
photo personnelle de la témoignante
Témoignages

En tant que gitane, je cherche ma place dans la lutte antiraciste

Aïda Djoupa

28 jan 2023

19
Celib_Eden_V
Témoignages

Eden, 25 ans : « Quand je parle de polyamour, les gens sont refroidis »

Aïda Djoupa

27 jan 2023

1
zino de groot
Règlement de comptes

Assia, 2 318 € par mois : « Je ne comprends pas pourquoi je suis toujours dans le rouge »

Aïda Djoupa

26 jan 2023

22
Kinga Cichewicz / Unsplash
Témoignages

J’ai un trouble dissociatif de l’identité et je mène plusieurs vies, en toute autonomie

Aïda Djoupa

25 jan 2023

10

Témoignages