Live now
Live now
Masquer
credence-science-fiction-homosexualite
Cinéma

« Credence » place une famille homoparentale au coeur d’un film de science-fiction

« Credence » est un film de science-fiction. Son réalisateur, Mike Buonaiuto y représente une famille homoparentale loin des clichés.

Mise à jour du 2 novembre 2015 : Credence, le film de science-fiction mettant en scène un couple homoparental devant faire face à un dilemme cornélien, est désormais disponible en vidéo à la demande sur Vimeo !

En juillet dernier, le projet avait séduit plus de 600 contributeurs sur la plateforme de financement en ligne IndieGogo.

69273_310x459

Si tu décides de te faire une petite soirée ciné dans ton lit, n’hésite pas à partager tes impressions sur le film dans les commentaires !

Mise à jour du 20 août 2014 : Bonne nouvelle ! L’équipe de Credence, qui demandait 6000£ sur IndieGogo, en a récolté plus de 22 000. Ses membres ont publié une petite vidéo de remerciements :

http://youtu.be/r2uXpu9TRMk

On peut donc prédire au film un bel avenir dans les festivals de cinéma à travers le monde… En espérant le voir un jour en France !

Article du 17 juillet :

Credence part d’un scénario classique d’apocalypse : seuls les enfants, et plus précisément ceux dont les parents en auront eu les moyens, pourront partir à bord d’une navette spatiale pour coloniser d’autres mondes et perpétuer l’espèce humaine. Les autres devront rester mourir sur une Terre ravagée par de violentes tempêtes.

L’originalité du projet réside plutôt sur le focus fait par le réalisateur, Mike Buonaiuto, sur la relation sentimentale entre les deux pères de cette petite fille dont la complicité et l’amour vont être mis à rude épreuve par ce déchirement.

#Credence. The First Sci-Fi to challenge LGBT portrayal in film.

Ce film avait besoin d’un dernier petit coup de pouce et la plateforme IndieGogo a pu l’aider à réunir les 6000£ nécessaire à la finalisation du projet. Il devrait s’agir d’un court-métrage, notamment projeté à l’occasion de festivals de films indépendants l’année prochaine — pas de date de sortie en France de sitôt donc, malheureusement…

On peut toute fois se consoler en se disant que Credence n’est peut être que le début de toute une série de films dans lesquels l’homosexualité des personnages ne sera pas prétexte à un monceau de clichés, mais montrera l’amour entre deux personnes du même sexe, dans toutes ses nuances.

Les Commentaires
9

Avatar de Lady Stardust
13 novembre 2015 à 19h00
Lady Stardust
Donc oui je cherche des films ou l'homosexualité n'est pas le sujet principal, et le genre pas forcément 100% militant/historique. En fait genre Cloud Atlas, mais ou ce seraient les persos principaux qui seraient homosexuels.
j'aurais tendance à dire que, dans notre société, tout film présentant des gays en persos principaux est militant, rien que par le fait d'en mettre (car au final, vu son plan marketing, "Credence" est aussi un film où l'homosexualité est en fin de compte le sujet principal) mais je crois que je vois ce que tu veux dire

Du coup je trouve que "Les prédateurs" (bisexualité féminine) pourrait t'intéresser (si tu n'es pas allergique à l'esthétique des années 80 :lol, car ce n'est pas le sujet du film, idem pour "Tropical Malady" (faut aimer les films conceptuels :ninja.

Sinon je pense à "The Imitation Game", un biopic centré sur Turing, qui a cracké la machine Enigma durant la Seconde Guere Mondiale, son homosexualité est importante dans l'histoire mais pas que, c'est surtout un film sur un brillant scientifique (bon je suis moyen fan de ce film, je l'ai trouve très académique et mal construit).

Question persos principaux gays / bis avec une histoire plus centré sur l'amour (heureux ou malheureux) que sur du militantisme je pense à:
- "Happy Together" de Wong Kar-Wai: road trip de deux Hong-Kongais en Argentine, histoire d'amour tumultueuse (et un peu déprimante :ninja
- "My Beautiful Laundrette" (:jv de Stephen Frears c'est "social" mais dans le genre "anglais", ça parle racisme, déclassement économique et pauvreté dans l'Angletere des années 80
- "Maurice" (:jv de James Ivory: une super histoire d'amour, c'est historique vu que ça se passe dans les années 1910 en Angleterre, forcément le contexte fait que ça parle homophobie, du coup c'est pas vraiment ce que tu cherches (mais j'adore ce film alors je le cite quand même rama: et puis, attention spoiler, contrairement à ce qu'on pourrait croire, ce film finit... bien pour Maurice) (du coup je vais citer ici aussi "C.R.A.Z.Y." de Jean-Marc Vallé, ça parle découverte et acceptation de son homosexualité ainsi qu'homophobie dans le Québec des années 70, bref pas du tout ce que tu cherches non plus, mais je trouve ce film juste génial donc voilà je le mentionne aussi :ninja
- "My Own Private Idaho" (:jv de Gus Vant Sant: drogue, prostitution masculine et amours déçues, mais pas vraiment "social" dans son traitement dans mes souvenirs
- "Mala Noche" de Gus Vant Sant aussi (son 1er film): ce film m'a laissé un peu sceptique par ce qu'il raconte, mais esthétiquement il est très beau

Pas vraiment d'histoire d'amour mais avec l'homosexualité / la bisexualité des persos principaux en filigrane je pense à "Furyo" (:jv de Nagisa Oshima, le sujet principal c'est le rapport prisonniers / gardiens dans un camp japonais de prisonniers de guerre durant la Seconde Guerre Mondiale (même si le tabou de l'homosexualité à son importance dans l'histoire). Du même réalisateur il y a aussi "Tabou", dans mes souvenirs ça parle amours fous allant jusqu'au meurtre dans le milieu des Samouraïs, le tabou de l'homosexualité est en arrière-plan durant tout le film, mais y'a "autre chose" que ça (genre la passion un peu extrême de mecs armés :ninja.

Complètement hors-catégorie j'ai aussi vu "Caravaggio" (avec un Sean Bean et une Tilda Swinton tout jeûnots) de Derek Jarman, c'est assez conceptuel comme film, sur la vie du peintre Le Caravage, ça parle art et jalousie (j'arrive pas à me faire un avis, ce film m'a laissé sceptique).

(punaise comment je résume mal les films que je mentionne ici :ninja)


Voilà pour les films que j'ai vu et qui je pense s'éloignent des films dits "sociaux" Mais comme je le dis plus haut, difficile, surtout pour les films qui datent un peu, de ne pas, rien qu'en mettant en scène la vie de personnages homos, de ne pas être des films aidant la cause LGBT...


Sinon pour James Bond dans "Skyfall" y'avait une "référence bi" si je puis dire, mais c'était plus pour la répartie de 007 face à un méchant un peu trop entreprenant qu'autre chose
0
Voir les 9 commentaires

Plus de contenus Cinéma

Cinéma
documentaire-elliot-page-transidentite

Elliot Page produit un docu sur le genre et la transition qu’on a déjà hâte de voir

Kalindi Ramphul

21 jan 2022

4
Cinéma
sia-suicidaire-apres-badbuzz-film-music

Suicide, idées noires : Sia a payé le prix fort le bad buzz de son film Music, accusé de caricaturer l’autisme

Kalindi Ramphul

21 jan 2022

15
Cinéma
critique-spencer-film-lady-di

Spencer capture la descente aux enfers de Lady Di dans un biopic qui flirte avec l’horreur

Kalindi Ramphul

19 jan 2022

18
Pop culture
Affiche du documentaire Amour sous algorithme

L’Amour sous algorithme, l’enquête qui a mis Tinder dans la sauce, sort en version docu immersif

Société
Gaspard Ulliel

L’acteur Gaspard Ulliel est décédé à l’âge de 37 ans

Mélanie Wanga

19 jan 2022

34
Cinéma
films-19-janvier-2022

Spencer, Nightmare Alley, Macbeth, le récap des meilleurs films à voir cette semaine

Kalindi Ramphul

19 jan 2022

Cinéma
TheChef

Stress, drogues et gastronomie : le film The Chef dépeint la toxicité des cuisines d’un grand resto

Camille Abbey

18 jan 2022

Cinéma
critique-brazen-film-erotique-netflix

Le pseudo thriller-érotique Brazen, sur Netflix, fait encore moins d’effet que Fifty Shades of Grey

Kalindi Ramphul

18 jan 2022

3
Pop culture
Tapis-Rouge-Euphoria-Saison-2

Spider-Man dans Euphoria ? Les acteurs de la série réagissent à cette idée folle

Eva Levy

18 jan 2022

Cinéma
x-film-horreur-bande-annonce

Ce film d’horreur dans le milieu du porno s’annonce comme le prochain succès du genre

Kalindi Ramphul

18 jan 2022

La pop culture s'écrit au féminin