Yacine Belhousse joue « RévolutionS » à l’Européen le 22 novembre (date unique !)

Yacine Belhouse présente son nouveau spectacle, Les premières pas tout à fait finies tous les mercredis de janvier et février. Mircea Austen vous explique pourquoi il faut se précipiter pour réserver sa place ! Il n'y a que 8 dates !

Yacine Belhousse joue « RévolutionS » à l’Européen le 22 novembre (date unique !)

 

Le 18 novembre — Parisien•nes ou invité•es d’un jour dans la capitale, sachez que le 22 novembre, il se passe plusieurs trucs. Déjà, c’est le jour de l’assassinat de Kennedy. Bof. C’est aussi mon anniversaire (à moi, Mymy). Mieux.

Et c’est la date unique de Yacine Belhousse jouant RévolutionS à l’Européen !

yacine-belhousse-revolutions-affiche

Affiche par Cali Rezo qui lance une série de portraits de Yacine au même endroit le même jour !

Perso, j’y serai, parce que comme je l’ai déjà dit c’est mon anniversaire et il faut savoir se faire du bien à soi-même. Yacine Belhousse sur scène, c’est généralement un super cadeau. Si vous voulez avoir bon goût vous joindre à moi, il reste des places à 20€ ! 

Si vous vous voulez en savoir (un peu) plus sur ce spectacle de Yacine Belhousse, Mircéa Austen en avait fait la critique à la suite de ses toutes premières représentations, en mai dernier.

RévolutionS, l’excellent spectacle de Yacine Belhousse

Article initialement publié le 25 mai 2015

Yacine Belhousse revient en forme d’une tournée en province et à l’étranger pour faire flamber, lors de deux uniques représentations, les planches de La Nouvelle Seine à Paris. J’ai assisté à la première et, conquise, je viens vous convaincre de suivre l’actu de Yacine pour prendre vos billets pour la prochaine représentation !

Yacine, vous commencez à le connaître un peu si vous suivez madmoiZelle, on l’aime tellement qu’il a un mot-clef à lui tout seul, c’est dire ! En juin dernier il était même venu chanter à la rédac une comptine riche en amour et humour noir sur les crashs d’avion.

Les premières pas tout à fait finies, un défi auto-produit

Yacine Belhousse, croisé en fin de spectacle, explique son projet aux madmoiZelles :

 « J’ai préparé ce spectacle dans le sous-sol du Workshop – un bar à Paris – lors des premières soirées Premières Fois dont madmoiZelle a eu la gentillesse de parler il y a quelques mois déjà.

Étant mon propre producteur, j’ai ensuite entrepris une tournée de création en invitant des artistes à se joindre à moi pour partager la scène, et c’est là que j’ai pu développer le spectacle que je joue en ce moment.

C’est un deuxième spectacle, c’est une étape importante pour moi parce qu’il est plus personnel que le premier et je m’expose plus en parlant d’un moi plus intime. Je m’expose aussi en affirmant et assumant encore plus le style de récit dit « surréaliste » qui m’est cher.  C’est un spectacle à la fois « stupide et intelligent » comme le dit Eddie Izzard, le maître du genre.

Je voulais aborder des thèmes qui me semblent importants comme par exemple, l’image que nous nous faisons du futur et le pessimisme ambiant, en passant par des extraterrestres qui nous menacent de façon absurde et inattendue. »

Un défi réussi !

Ce spectacle est mis en scène par Yacine à la manière d’un conteur populaire. C’est une sorte de balade de l’absurde où l’on éjacule des papillons, où des flaques venues de l’espace alliées à Michel Drucker menacent la planète Terre, où des tigres conduisent des avions. En parfait homme de scène, il mime, grogne et sourit d’un air d’enfant de coeur entre chaque bêtise.

Mais ce n’est pas que ça. C’est aussi un moment de poésie. Son spectacle est construit façon dentelle : chaque allusion fait rire sur l’instant, mais réfléchir vingt minutes plus tard. Comme un jongleur, il reprend sa vanne en vol et lui donne un nouveau souffle à n’importe quel moment. Une fois que j’ai compris ça, j’ai presque arrêté de rire aux éclats, un sourire format A4 figé au visage les yeux grands ouverts, comme retenant mon souffle devant un acrobate.

C’est enfin un spectacle humoristique où, j’ai presque envie de dire « enfin », on prend ta matière grise et on lui fait de gros bisous. Il y a des « messages » dans Les premières pas tout à fait finies.  Mais ces messages, sociétaux, politiques, sont glissés avec une malice évidente. Je pense à ces cinq minutes de performance, où, entre « Mon pays » et « Mon pays », il parle de la France où il est né et de ses parents originaires d’Algérie… française.

Souvent on hésite entre humour potache, blague de cul et humour noir, réflexif. Ces codes ne s’appliquent absolument pas à ce spectacle qu’il faut, je pense, réellement découvrir en entier et sur scène pour en savourer l’écriture et la mise en scène !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 4 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • 2LE
    2LE, Le 2 juin 2015 à 13h10

    Je lai vu à Lille et c'était beaucoup beaucoup trop drôle !!! Depuis l'histoire racontée par des chaussettes je suis amoureuse de Yacine :jv:

    Spoiler

Lire l'intégralité des 4 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)