WEI or Die, une fiction interactive sur fond de bizutage

Découvrez le concept de WEI or Die, une fiction interactive sur fond de week-end d'intégration/bizutage qui dégénère, diffusée sur le web et sur madmoiZelle.

WEI or Die, une fiction interactive sur fond de bizutage

France Télévisions a lancé le 28 octobre 2015, sur le Web mais aussi sur madmoiZelle un projet tout à fait ambitieux, sous forme de fiction interactive. Le concept est à la fois évolué et extrêmement simple : pour chaque séquence du « film », il y a plusieurs points de vue (et plusieurs caméras), dans lesquels vous pouvez vous balader en temps réel en cliquant sur le personnage de votre choix.

J’ai pu voir les toutes premières séquences et le principe est aussi évident qu’intuitif : chaque caméra vous offrira des infos et des points de vue que les autres ne vous donneront pas. À la manière d’un Sleep No More, vous avez donc la possibilité de construire vous-mêmes votre version de l’histoire en suivant les personnages que vous voulez, mais surtout — à la différence de Sleep No More — de revenir en arrière, de changer de perso et de vous balader dans la timeline offerte par le programme.

Ce procédé ingénieux est mis au service d’une histoire qui se situe en plein week-end d’intégration d’une école de commerce. Week-end d’intégration qui ressemble néanmoins beaucoup plus à un bizutage à l’ancienne qu’à un sympathique week-end sur fond de barbec, qui sera écourté par un drame, puisqu’un des étudiants finit noyé dans la piscine de la propriété. Arrivée sur place, la police recueille d’abord des témoignages extrêmement contradictoires, et finit donc par saisir l’intégralité des images tournées lors du week-end, offrant donc le « prétexte » de WEI or Die.

Bien sûr, on pourra découvrir au fur et à mesure de l’histoire les divergences de points de vue au sein du groupe à propos du bizutage, sujet hélas toujours d’actualité en France malgré leur interdiction en 1998 (la page Wikipédia sur le sujet vous en dira beaucoup plus) — la plupart des bizutages toujours existants étant remaquillés en week-ends d’intégration depuis le début des années 2000.

À lire aussi : Bizutage, intégration et traditions étudiantes : témoignage & décryptage

Découvrez WEI or Die dès maintenant !

Pour découvrir l’expérience en live, rendez-vous dès maintenant,
sur une page dédiée sur madmoiZelle créée spécialement pour l’événement !

[Trigger warning : attention,WEI or Die montre des images assez violentes d’un bizutage plutôt hardcore]

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 76 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • L0utrage
    L0utrage, Le 15 janvier 2016 à 19h23

    Dovara
    Je veux bien croire qu'il y a des WEI qui se passe très bien. Et c'est tant mieux. Franchement, si tout le monde s'amuse de manière bon enfant, si chaque limite est respecter, ben c'est la meilleure chose que je puisse souhaiter. J'avoue dans ma petite d'école d'ingé (assez récente, même pas 25 ans quoi), il y a déjà une tradition du bizutage que je débecte particulièrement. Les nouveaux BDI (ceux qui s'occupe du WEI et de la semaine d'inté) se sont fait tirer les oreilles en promettant de changer les choses, mais je ne paye pas 100 balles pour vérifier les dires. Surtout qu'il y a une pression des étudiants pour que ça reste comme avant (c'est soit disant pas drôle et contre la tradition)
    Je m'explique. La semaine d'intégration était... sympa. Tout au plus. Le faux test, les chants sexistes (dans une école avec 80*% de filles, logique), les garçons qui doivent montrer leurs caleçons (et je dis bien doivent. Tu te fais huer si tu ne le fais pas et c'est moche. Maintenant que j'y pense, c'est horrible pour les hommes un peu timide qui n'ont pas forcément envie de montrer leurs fesses à tout le monde.). Bon, le fait de scotcher les élèves, je trouve ça limite.
    Et le WEI était sympa au début. On fait des jeux pour que la promotion se rapproche, c'est organiser par le BDI, c'était très sympa.
    Puis vient les trois pires heures de ma vie. Les promotions supérieurs qui te font passer les épreuves les plus dégueulasse les une que les autres, on te balance de la nourriture en pleine poire, on te poursuit pour te mettre de la mousse à raser sur la gueule (avec les lunettes, sinon c'est pas rigolo) et pleins d'autres choses qui m'ont donné un très mauvais souvenir du WEI (surtout la dernière épreuve où il font un espèce de tunnel et te balance (encore) de la nourriture. Et toi tu es obligé de ramper. Pas de domination, non non non). Et les promotions supérieurs qui sont content, avec l'impression d'accomplir une devoir d'intégration (Mon cul !) et un peu sadique aussi. "Je te fais ce qu'on m'a fait" Wouhou ! Vive la vengeance , souffre autant que j'ai souffert, ça c'est des vrai valeurs !
    Les trois pires heures de ma vie sont passés. Les seuls personnes avec qui je me sens proche, c'est finalement mes copines avec qui j'étais déjà lié auparavant ce WEI. Cerise sur le gâteau ? Les élèves complètement bourré (open-bar ) qui te réveillent et te pique ton matelas en pleine nuit alors que tu as déjà très peu d'heure de sommeil. (Keskonsmarre !)

    Le pire dans tout ça ? Je me suis pas plus senti intégrée. Il parait que j'avais pas bien fait mes épreuves (ben t'a pas vomi ? C'est quoi ce bordel ! Tu n'as fais que trois épreuves ? Mais tu es trop nulle). Je ne connais pas mieux les promotions supérieur, j'ai hais mon WEI et je ne prévois pas d'en refaire un autre et je n'ai aucune honte à déconseiller le WEI pour certains s'ils entendent que c'est trop violent dans ton école.
    Le seul point positif, c'est qu'il n'y avait pas de jeu d'alcool. Mais la domination sur les bizuths, c'était pas ce qui manquait. Et le consentement, on en parle pas hein, tu avais beau t'énerver, pleurer etc, fallait le faire. La seule chose que tu pouvais à la limite faire, c'était de te cacher.
    Bref, super WEI.
    * HUG.. c'est vraiment tout ce que j'ai envie de te dire

Lire l'intégralité des 76 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)