Comment ne pas arrêter de vivre pendant une migraine

Par  |  | 37 Commentaires

Sophie fait souvent des migraines. Avant, ça l'empêchait de faire quoi que ce soit d'autre, mais avec le temps, elle a développé quelques techniques pour continuer à vivre sa vie.

Comment ne pas arrêter de vivre pendant une migraine

Oui, tandis que je vous écris, j’ai une putain de migraine.

J’écris donc les yeux mi-clos sans regarder mon écran. Je pense que je vais bien rigoler quand je vais me relire. Si ça se trouve ça va être que :

« fhjkfezkkzeezlkzeklez »

Mais sur environ mille mots. Mille mots, oui, car mes articles font toujours presque ça, sans que je vérifie pour autant.

Genre j’me suis conditionnée à écrire mes « leçons de Sophie » en peu ou prout (mdr) mille mots.

J’aurais pas été contre rendre ce don et me conditionner à avoir des seins qui font peu ou prou du 90C, mais écoutez, on peut pas tout avoir.

Bref, j’ai eu envie de pas m’arrêter de vivre et de vous donner des idées de choses qu’on peut quand même faire quand on a une migraine. 

PARCE QU’IL Y A PAS DE RAISON QUE CE VILAIN MAL PRENNE TOUTE LA PLACE.

Moi face à la migraine

Écouter des podcasts pendant une migraine

Oui parce que regarder la télé ou une série sur l’ordi, c’est vachement déconseillé.

Notamment parce que ça fait pas du bien aux yeux  (même avec la luminosité au minimum — j’ose croire que je ne suis pas la seule migraineuse à avoir essayé de faire ça).

Écouter de la musique, c’est sympa, mais ça a tendance à me remettre de l’énergie plein le corps et si la tête suit pas, bah c’est frustrant. Et moi être frustrée, j’aime pas ça.

Alors que les podcasts c’est trop bien ! Déjà, parce que ça raconte des vraies histoires de vrais gens, ou ça parle de trucs intéressants, avec un ton propre à chaque média ou chaque personne derrière.

J’aime énormément en écouter, mais y a que quand je me force à rien faire d’autre que je suis vraiment attentive.

Parce que si je bosse, si je prends ma douche, si je fais la vaisselle ou même si je marche en même temps, bah j’écoute pas à 100%.

J’aime énormément écouter des podcasts, mais y a que quand je me force à rien faire d’autre que je les écoute vraiment.

Donc, pour ça, cimer la migraine… et les transports en commun, si j’ai eu le réflexe de télécharger des podcasts avant de ne plus capter dans le métro — comme je suis pas très organisée, ça n’arrive jamais.

Et comme j’suis sympa, v’là que je partage avec toi mes émissions préférées du moment (cet hiver, par exemple, c’était les épisodes de Spoiler Arrière sur Top Chef) :

  • Transfert de Slate, qui me fait faire des « oh », des « ah », écarquiller les yeux de surprise, bouder ou compatir,
  • Les Floodcast de Flober, qui me font crever de rire à chaque putain de fois. Quand j’ai le malheur de les écouter en public, je ris en fermant la bouche, en gonflant les joues et en baissant les yeux pour pas que ça se voit (mais ça se remarque quand même),
  • La Poudre de Lauren Bastide, pour des femmes incroyables qui racontent leur parcours fou avec toujours tellement d’humilité que je finis par avoir envie de mettre mon visage très près du leur en disant « eh, mais vous vous rendez bien compte au moins, de combien vous déchirez ? ».

À lire aussi : Tu ne connais pas Juliette Armanet ? Découvre-la dans La Poudre !

Et madmoiZelle aussi a ses podcasts. T’en as pour des heures de régalade mon p’tit ! Au bas mot.

Tu vois, c’est ça, quand je te dis que la musique c’est trop un excitant pour la migraine.

Se plaindre aide en cas de migraine

Se plaindre, c’est chiant. C’est chiant pour ceux qui entendent les gens se plaindre, mais c’est tout aussi chiant (ou presque) pour les personnes qui se plaignent.

Se plaindre, c’est chiant pour tout le monde.

Perso, j’essaie de le faire un minimum.

Ça m’évite de me mettre dans une spirale de la lose, du genre :

Je me plains de cette situation, donc j’ai le cerveau trop concentré sur ma complainte pour trouver une solution pour m’en sortir.

Et en plus comme je parle que de ça aux copains ils vont plus m’aimer et se trouver des potes plus combatifs.

Alors à la place, quand un truc me fait mal ou me rend triste, je fronce les sourcils, je vais courir dessus, et j’essaie de faire quelque chose pour que ça aille mieux. Sauf exception.

Si besoin, j’en parle à des amis pour qu’ils m’aident à y voir plus clair (et ça marche souvent super).

Et dans les exceptions, y a la migraine.

Parce que ça fait douiller bien comme il faut et que pour le coup, tout le monde comprend qu’on se plaigne d’en avoir une.

Même les non-migraineux connaissent tou•tes un•e migraineux•se et savent que ça pique très fort, mais que ça va pas durer longtemps.

L’occasion rêvée de répéter en boucle « hiiiin gémalgémalgémal » sans que personne ne te lance ses détritus à la gueule. Habile.


La migraine : meilleure excuse pour se plaindre que de s’être fait voler son sandouiche.

Câliner un animal pour contrer la migraine

Les animaux, y a pas à dire, c’est thérapeutique. Ça sauve de tout, je sais pas comment ni pourquoi.

Mon top 3 des animaux m’aidant à avoir moins mal c’est :

3/ Le jour où le chat de mes parents m’a servi de bouillotte alors que j’avais les ovaires tout feu tout flamme,

2/ Quand je m’étais arraché l’ongle du pouce le jour de ma rentrée en sixième et que mon chien désormais décédé faisait rien d’autre que me lécher le visage larmoyant.

Si ça se trouve, il aimait trop le sel, mais ça a eu le mérite de me faire sourire alors qu’un ongle arraché, ça fait mal sa mère.

1/ La fois où je m’étais effondrée, au beau milieu de ma course à pied, et où j’avais pleuré tout ce que je pouvais pendant une heure parce que j’allais officialiser ma rupture le lendemain.

C’était le flot de tristesse tous azimut, et un chien est venu jouer à la balle avec moi pendant un quart d’heure. 

Hasard ou pas, ce n’est que quand j’ai arrêté de pleurer qu’il est retourné vers sa maîtresse. L’amour fut total.

À lire aussi : Team chats ou team chiens ? — Clash à la rédac

Alors câliner un animal pendant une migraine, écouter ses ronrons ou sa respiration lapinesque ou que sais-je et sentir leur haleine qui sent la croquette pendant qu’ils viennent voir si notre tête, à tout hasard, ça se boufferait pas : soulagement maximum.

Et toi, c’est quoi tes solutions pour continuer à vivre pendant la migraine ? Fais péter !

À lire aussi : Vis ma vie de migraineuse

7 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Sophie Riche

Sophie Riche est membre de la rédac depuis 2011, époque à laquelle elle officiait sous le pseudonyme Sophie-Pierre Pernaut. Elle aime manger du fromage et l’humour un peu gras.


Tous ses articles

Commentaires
Forum (37) Facebook ()
  • -Neil-
    -Neil-, Le 22 août 2017 à 11h29

    @Illyria Ahah le gang des migraineuses, c'est chaud la facilité avec laquelle tu peux choper une migraine et surtout leur intensité, t'es maudite :o
    Aucun médicament n'a pu t'aider jusqu'à présent ?

    Spoiler: Mon boss migraine

    Bon courage à vous en tout cas, et sus aux migraines !:supermad:

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!