3 univers fantastiques que j’aimerais voir adaptés au cinéma

Certains univers fantastiques sont si bien construits que l'imagination de Juliette ne lui suffit pas. Voici les trois univers qu'elle voudrait voir sur grand écran.

3 univers fantastiques que j’aimerais voir adaptés au cinéma

En partenariat avec Pageturners (notre Manifeste).

J’ai grandi avec les contes modernes de Roald Dahl, je me suis plongée dans le monde merveilleux d’Harry Potter, avant de découvrir la saga de Robin Hobb, L’Assassin Royal.

Au fil de mes lectures, il m’arrive d’être tant happée par le monde imaginaire en question que me vient l’envie de dessiner les personnages et les paysages décrits.

Seul hic : je suis une vraie brêle en dessin.

Du coup, j’espère très fort qu’une productrice ou qu’un producteur de cinéma tombe sur l’un de mes bouquins fantastiques préférés pour en faire une adaptation sur grand écran.

En particulier, ces trois univers ci-dessous.

L’univers sombre des Grisha façonné par Leigh Bardugo

C’est le monde fantastique dont je suis tombée amoureuse très récemment.

J’ignorais tout de Leigh Bardugo et aujourd’hui, elle figure dans mon top 3 des sagas que je voudrais voir adaptées au ciné.

L’autrice américaine a réussi à imaginer un monde complexe à l’esthétique déroutante et intrigante.

Il existe différents romans : la trilogie Grisha, la duologie Six of Crows et le recueil de contes Le Chant des Ronces dont madmoiZelle est fière d’être partenaire.

Au fil des pages, tu pourras y trouver des contrées déjà visitées par d’autres personnages, des lieux et des contes déjà présentés ou simplement mentionnés dans les autres tomes.

Les livres se répondent et l’univers est si dense qu’il faudrait plusieurs relectures avant de connaître le Grishaverse sur le bout des doigts.

Couverture du premier tome de « Grisha ».

Pourquoi j’aimerais que le monde magique des Grisha et des hors-la-lois de Six Of Crows devienne une série de films ?

Pour l’inspiration de l’époque victorienne en Angleterre ainsi que de la Russie avant la chute du Tsar.

J’imagine des décors agrémentés d’architectures moscovites et des costumes de la bourgeoisie anglo-saxonne à l’ère de Victoria Ier.

Le tout animé par des personnages à l’aura mystique qui trouveraient leur place dans n’importe quel film de Tim Burton.

Double mention spéciale pour le Palais de Glace, aux airs de forteresse gelée, et pour Ketterdam, inspiré d’Amsterdam, véritable nid à criminels où se déploient des communautés au-dessus des lois.

Carte du Palais de Glace, illustration de Keith Thompson.

Le monde des Chanteurs du Vent de William Nicholson

J’ai découvert la trilogie Le Vent de feu de William Nicholson à l’âge de 12 ans.

Je l’ai relu depuis et je reste sidérée par la densité du monde imaginé, qui a été façonné en seulement trois tomes.

Couverture des trois tomes de la saga « Le Vent de Feu ».

L’intrigue se situe d’abord dans une cité au système fasciste : chaque individu passe des examens et se voit attribuer une place et un poste dans la société selon ses résultats.

Les personnes les plus méritantes et les plus riches se trouvent dans le quartier blanc, ceux et celles qui ne réussissent pas les tests vont dans le quartier gris.

L’échelle sociale doit se grimper avec acharnement et l’Empereur est là pour tout contrôler.

Ça m’a tout de suite rappelé la saga Divergente et Hunger Games.

À lire aussi : Que nous révèle le succès d’Hunger Games et autres dystopies « pour ados » ?

Je suis fascinée par la façon dont les cinéastes et leurs équipes peuvent mettre en images des systèmes autoritaires et des futurs dystopiques.

Ajoute à cela des créatures fantastiques et des magiciens, tu tiens mon bouquin favori !

Le récit du Vent de Feu reste des romans fantastiques puisqu’il est question de pouvoirs et de destinées magiques au cœur d’une odyssée vers un monde meilleur.

William Nicholson a également créé des personnages très forts qui mériteraient d’être incarnés par des actrices et des acteurs de talents.

Je pense à Kestrel, une jeune femme rebelle. Douée d’empathie, elle reste très cartésienne, et tente de se révolter contre le fonctionnement de la ville.

Depuis que je l’ai vue dans Spiderman : Homecoming, je vois très bien Zendaya jouer Kestrel.

Bowman, son frère jumeau, possède un cœur tendre et une immense sensibilité.

Cependant, il doit choisir entre son tempérament altruiste et la soif de vengeance qui l’habite.

Puisqu’il est partout, Noah Centineo ferait un très bon Bowman pour son premier rôle dramatique dans un film de fantasy.

Un duo pareil au cinéma, c’est un succès garanti selon moi.

L’univers créé par Robin Hobb, de Terriville au Désert des Pluies

Robin Hobb est une autrice bourrée de talents.

Elle a sorti plusieurs sagas qui se passent dans un même univers dont L’Assassin Royal, Les Aventuriers de la Mer ou encore Les Cités des Anciens.

Le monde imaginé est largement inspiré de l’époque médiévale.

Couverture des Éditions Pygmalion du « Fou et l’Assassin ».

Si tu as regardé ou lu Game Of Thrones, tu trouveras nombre de similitudes dans la construction des lieux et de l’intrigue.

Une lignée royale est en péril dans la capitale, pendant que des pirates sanglants et sans pitié s’en prennent aux côtés littorales.

Mais au-delà d’une histoire passionnante et pleine de rebondissements, l’univers de Robin Hobb se caractérise par la diversité des endroits où se déroulent les aventures de ses personnages.

J’aimerais tellement voir en images les différentes localités que décrit l’autrice.

Surtout la ville Trehaug, non loin du Désert des Pluies, où la vie est bien singulière.

D’abord, les domiciles sont construits dans les arbres pour échapper aux prédateurs vivant au sol.

Le fleuve du Désert des Pluies par Crooty.

D’immenses plateformes en bois permettent aux résidents de circuler dans la cité.

La faune et la flore abondent et les habitants de Trehaug sont d’ailleurs marqués par des stigmates du Désert des Pluies.

Certaines personnes possèdent des mains griffues, d’autres ont des écailles sur le corps et le visage.

Les personnes les plus marquées ne peuvent pas se marier et se reproduire car leur espérance de vie est amoindrie.

Des gens aux aspects de reptiles qui vivent dans des arbres, voilà des images qui passeraient bien au cinéma.

Pour être honnête : je ne comprends pas comment une saga aussi riche que celle de Robin Hobb n’a pas encore été adaptée sur grand écran.

Et toi, quels univers fantastiques tu rêves de voir transposés au cinéma ?

Découvre le Grisharverse, cet univers peuplé de la magie des Grishas, façonné par Leigh Bardugo, à l’occasion de la sortie de son nouveau livre, Le Chant Des Ronces, issu de la collection Pageturners.

madmoiZelle est partenaire ce très beau recueil de contes, idéal en cette saison d’Halloween et à l’approche de Noël, pour toi ou tes proches.

Pour lire un extrait, clique ici.

Commande ton livre à 19,90 euros sur Amazon, la Fnac, ou en librairie.

Retrouve la sélection des romans pour jeunes adultes de Page Turners sur Facebook et sur Instagram.

À lire aussi : La fantasy : petit guide d’un genre méconnu

COMMENT AVOIR UN TEINT PARFAIT ?

JulietteGee


Tous ses articles

Commentaires
  • Nathanielle
    Nathanielle, Le 7 novembre 2018 à 18h52

    Que dire de plus après cet écrasante vague de plussoiement envers l'univers de Robin Hobb ?
    Allez un petit +1 ! Avec les mêmes appréhensions déjà évoquées.
    Parce que j'adôôôre tout son univers, j'ai grandi avec Fitz et Oeil de Nuit (snif). Il me reste la saga sur les pirates à lire mais j'arrive pas à m'y mettre.

    Sinon dans les autres suggestions, Le Clan des Otori, ce serait génial !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!