Typologie d’une virée shopping

Typologie des virées shopping, dans les magasins mais aussi sur Internet : chaque pratique a son lot d'avantages... et d'inconvénients !

Typologie d’une virée shopping

Cet article a été écrit dans le cadre d’un partenariat promotionnel avec les éditions Belfond à l’occasion de la parution de L’Accro du shopping à Hollywood de Sophie Kinsella le 7 mai.
Conformément à notre Manifeste, on y a écrit ce qu’on voulait.

Le shopping, ça fait partie de la vie, et Becky Bloomwood, le personnage créé par Sophie Kinsella dans la série L’Accro du shopping l’a bien compris ! Et que l’on y soit tout à fait addict ou que l’on s’y résigne uniquement quand on a vraiment besoin de chaussettes, il y a quelques éléments que l’on retrouve à presque chaque virée en magasins. À l’occasion de la parution du nouveau tome de la série, L’Accro du shopping à Hollywood, voici une petite typologie des événements et comportements que l’on peut observer pendant une virée shopping… qu’elle soit physique ou virtuelle.

La virée shopping classique, une habitude qui ne se perd pas

Même si on est en plein dans l’ère 2.0, où tous les objets (y compris les fringues) commencent à être connectés, on ne peut pas dire que les magasins se retrouvent totalement déserts. Beaucoup de gens continuent à faire leur shopping physiquement, et préfèrent se déplacer pour essayer plutôt que de choisir leurs vêtements et accessoires en ligne.

Mais une virée d’achats (plus ou moins contrôlés…) de nouvelle pièces, ça reste une sortie pendant laquelle on peut faire plusieurs observations.

De l’avantage d’essayer ses vêtements

Essayer les fringues, c’est l’élément majeur qui détourne les fans de shopping de l’achat en ligne. Pouvoir toucher et enfiler la pièce qui nous fait de l’oeil, c’est toujours pratique, surtout quand les marques ne se mettent pas d’accord sur les différentes tailles !

Mais évidemment, la joie de l’essayage de vêtements a son revers : dans certains magasins, il faut être sacrément accroché-e pour résister à l’envie d’acheter au pif, tellement il y a de monde.

confession-accro-shopping3

« Je pense que le shopping devrait figurer dans les risques cardio-vasculaires. Mon cœur ne bat jamais aussi fort que lorsque je vois un panneau « soldé à 50 % ». » (Confessions d’une accro du shopping de S.Kinsella)

On va pas se mentir, essayer une robe et des chaussures chez Forever 21 rue de Rivoli à Paris un samedi à 15h, c’est aussi tranquille qu’une sieste pendant un concert au Hellfest.

Quoiqu’il en soit, pourvoir essayer les fringues qui nous tentent reste toujours l’avantage pour lequel beaucoup de gens ne lâcheront pas le shopping en magasin, tant il est important de se visualiser et se sentir bien dans un vêtement avant de passer à la caisse.

Les autres client•e•s, ces inconnu•e•s… pas si différent•e•s

Une virée shopping, c’est aussi partager un instant avec d’autres consommateurs, sans vraiment interagir la plupart du temps.

La prochaine fois, tentez donc de vous placer quelques minutes en tant qu’observateur de la vie d’un magasin, pour voir les différents comportements…

Entre le groupe de potes venu•e•s passer du temps ensemble, celles/ceux qui hésitent pendant des heures avant de repartir bredouille, les personnes qui viennent seulement pour quelque chose de précis et qui partent vite vers les caisses une fois leur Précieux déniché, et les gens qui repartent avec une tonne d’articles, il y a de quoi se dire qu’en fait, tou•te•s ces client•e•s qui paraissent n’être que de parfaits inconnu•e•s sont en fait des résumés des comportements qu’on adopte soi-même pendant son shopping.

confession-accro-shopping

« Vous ne choisissez pas votre robe, vous la RENCONTREZ. (…) Car je peux vous l’assurer, cette robe vous attend. Ce sera peut-être la première que vous essaierez… ce sera peut-être la vingtième. Mais lorsque vous enfilerez cette robe-là…Vous saurez que c’est ELLE, exactement comme lorsqu’on tombe amoureuse. » (L’accro du shopping dit oui de S. Kinsella)

Car comme dans chaque activité que l’on fait plus ou moins régulièrement, il nous arrive de changer de façon d’agir, suivant notre humeur, les personnes nous accompagnant et tout simplement nos envies du moment !

De l’art d’interagir avec les vendeurs et vendeuses

On ne côtoie pas seulement la clientèle, mais aussi les vendeurs et vendeuses, qui ne sont pas là pour se faire plaisir : le travail, c’est du sérieux.

Couv-L-Accro-du-shopping-a-Hollywood-KINSELLA

C’est la troisième fois qu’elle me demande comment ça va et la troisième fois que je claironne : « Superbien, merci ! » Mais la vérité est que je suis au comble de la détresse. Ça fait dix minutes que je me bats avec cette combinaison gainante et structurante. Je ne peux quand même pas faire attendre Mindy toute la journée.                                                                                                                                                                                                                                           — Incroyable, cette matière, s’enthousiasme-t-elle. Elle comprime trois fois plus que le spandex normal. Vous avez au moins perdu une taille, hein ?

Peut-être, mais j’ai perdu aussi la moitié de ma capacité respiratoire. (Extrait de L’Accro du shopping à Hollywood)

Il existe également différents types d’employé-e-s de magasins. Certain-e-s vont être timides, d’autres enjoué-e-s, distant-e-s ou extrêmement (voire excessivement) dynamiques. Et si le duo client-vendeur forme un couple banal, tantôt ami, tantôt ennemi, leur relation n’est pas de tout repos. On ne peut malheureusement pas s’entendre avec tout le monde, ni se comprendre du premier coup, que voulez-vous !

Alors, ami-e-s client-e-s, ne vous braquez pas quand un-e employé-e ne vous paraît pas aussi enjoué-e que vous l’auriez espéré : il/elle est peut être tout simplement timide. Et vous, ami-e-s vendeur-se-s, ne méprisez pas ce-tte client qui fait une mine renfrognée : il/elle a peut-être passé une mauvaise journée et raté son soufflé au fromage, qui sait ?

Le plaisir de revenir chargé-e de paquets

Enfin, un des autres avantages de la sortie shopping en magasins, c’est le fait de repartir avec tous ses nouveaux achats.

Pour certain-e-s, aller faire les boutiques peut être un plaisir/pansement. Il m’arrive, quand je suis déprimée (parce que j’ai raté mon soufflé au fromage), d’avoir envie de m’acheter un vêtement coloré (et pas trop cher) pour me redonner un peu le sourire ! Et l’avantage du shopping en magasin, c’est que je peux repartir de suite avec mon petit réconfort de la journée.

Sans tomber dans l’excès, une virée dans ton enseigne préférée peut être un plaisir, au point de te remonter le moral si tu ne vas pas bien, et ça, c’est chouette.

confession-accro-shopping4

Personne ayant vite oublié son soufflé au fromage désespérément concave.

Malgré tous ces aspects du shopping physique, il y a une autre option que choisissent de plus en plus de gens : l’achat sur ce formidable outil qu’est l’Internet.

L’e-shopping, une alternative de plus en plus populaire

Je fais partie de la catégorie des gens qui achètent quasiment tout sur Internet. Chaussures, soutiens-gorge ou jeans, je n’ai pas de limites au shopping sur le Web, tant il me confère du confort (admirez donc cette phrase roucoulante) !

Mais même si j’aime pouvoir faire grossir des paniers virtuels, je concède que l’e-shopping n’est pas dénué d’inconvénients. Voyons un peu ce que donne une petite typologie des achats en ligne.

De l’art d’être en slip dans son canapé

S’il y a bien un avantage au shopping sur le Net, c’est celui de pouvoir  rester tranquille chez soi, en slip et sur son canapé, alors que l’on cherche la petite robe noire sexy qui mettra le feu à ses prochaines sorties endiablées. C’est cet aspect qui séduit plus d’une flemmarde (comme moi).

confession-accro-shopping5

Ça ne se voit pas, mais elle est en slip, elle aussi

De plus, pour ceux et celles qui n’aiment pas la foule, c’est une véritable aubaine : le shopping sur le Web permet aux grand-e-s timides, à ceux/celles qui sont stressées quand il y a du monde, ou tout simplement qui préfèrent être tranquille pendant un moment shopping, de pouvoir le faire pépouze, en solitaire ou avec un-e pote, à n’importe quelle heure du jour et de la nuit.

C’est cet aspect qui m’a fait déserter les magasins pour les e-shops. Et même si je reste une accro du shopping, je préfère le faire dans mon cocon, sans devoir perdre du temps aux caisses ou aux cabines.

L’implacable attente

Mais il ne faut pas non plus se réjouir trop vite, puisque faire les magasins en ligne a aussi sa propre forme d’attente… Celle de la réception du colis !

Là où on va gagner du temps sur l’essayage des vêtements et accessoires, et sur le paiement des articles, il va bien falloir attendre que le Saint Graal colis arrive. Même si ce délai peut augmenter le désir de l’acheteur-se qui va limite s’asseoir devant sa boîte aux lettres pour ne jamais rater sont paquet, certain-e-s ne vont pas supporter cet aspect de l’achat en ligne, car une livraison peut prendre plusieurs semaines si elle vient de loin.

Mais c’est aussi le fait de pouvoir faire du lèches-vitrines aux quatre coins du monde qui fait tant saliver les accro de l’e-shopping !

L’avantage de tout avoir à portée de main

Le monde (de la mode) à portée de clic : c’est beau, non ?

C’est une façon de voyager, mais aussi de découvrir les tendances de certains pays fort lointains. Les derniers casques du Japon, les bikinis du Brésil et les vêtements et accessoires geeky du Canada, tout est diablement accessible.

confession-accro-shopping6

Depuis des années, je fonctionne selon un cycle informel de shopping. Un peu similaire au système de rotation des cultures agricoles. Mais au lieu de blé-maïs-orge- jachère, le mien correspond à vêtements-maquillage-chaussures-vêtements (en général, je fais l’impasse sur la jachère.) (Confessions d’une accro du shopping de S.Kinsella)

C’est un plaisir de pouvoir s’offrir ce que l’on veut et d’avoir des pièces originales dans son dressing. Pour ceux et celles qui veulent se démarquer via leur style, pouvoir chiner des pièces de la Patagonie à Okinawa au lieu de se cantonner au H&M du coin est un miracle moderne !

Le suspense de l’essayage

Dernier aspect de cette typologie (non-exhaustive) de l’e-shopping, c’est le fameux suspense de l’essayage. Peu importe le réalisme des photos et vidéos présentant les articles, il est impossible d’être 100% sûr-e qu’ils nous iront avant de les enfiler.

Une fois le fameux paquet déballé, on peut avoir de bonnes et de mauvaises surprise, que ce soit au niveau de la taille, de la matière ou de la coup. C’est une spécificité qui en rebute certain-e-s, mais pour les gens qui préfèrent le shopping en ligne, c’est aussi un plaisir : celui d’être surpris-e et de faire des découvertes ! Si j’aimais exagérer, je dirais même que c’est une façon de vivre dans le risque et dans le YOLO.

confession-accro-shopping7

« Faire des courses équivaut bien à une thérapie ! Ça coûte le même prix et, en plus, on garde la robe ! » (Mini accro du shopping de S. Kinsella)

Toi, tu es plutôt shopping physique ou en ligne ? Quels aspects te plaisent ou te rebutent ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 4 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Awdrey
    Awdrey, Le 30 avril 2015 à 18h33

    J'aime bien les deux options ! J'aime beaucoup aller en magasin car au moins on peut essayer, faire du lèche-vitrines, et on repart chez soi avec son sac rempli :)
    Mais je suis également fan d'internet car on peut y trouver des habits qu'on aurait jamais pu trouver en magasin et de bonnes promotions ! Tout en restant affalée sur son lit :d

Lire l'intégralité des 4 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)