Typologie des conseils inadaptés (pour ne pas dire nuls)

On subit tous, de temps en temps, des petites contrariétés. Faim, soif, hémorroïdes, nez bouché... En soi, ce n’est pas grave : c’est la vie. Le problème, ce sont les conseils que l’on nous fournit pour l’occasion. Ingratitude.

Typologie des conseils inadaptés (pour ne pas dire nuls)

Cet article est dédicacé à tous mes proches, mais aussi un peu à moi-même, puisque j’ai fatalement déjà été dans la situation de la conseillère nulle. Car oui, il y a des conseils nuls. Plein, même. Et ce sont ceux qu’on entend le plus souvent.

Ces conseils-là, qui, plutôt que de nous soulager d’une contrariété, certes passagère, mais une contrariété néanmoins, nous enfoncent avec un peu plus de rage et de désespoir. Infamie.

Oui, d’accord, ça part en général d’un bon sentiment : recettes, proverbes, charlataneries et autres conseils de grand-mères ! Mais comme on dit, déjà, puisqu’on aime tant les proverbes, « l’enfer est pavé de bonnes intentions », hein. Et ensuite, ça part le plus souvent d’un je-m’en-foutisme aigu, voire d’un foutage-de-gueule ambiant.

Vous ne comprenez rien à mon délire ? Allons bon. Avant que vous ne me conseilliez d’aller boire un verre d’eau pour me calmer (genre boire comme un trou et passer son après-midi à visiter le pipi-room et prendre ainsi du retard dans son travail, ça CALME), je vous explique tout de manière posée, proprement, avec des exemples de ces conseils nuls alors qu’on n’avait rien demandé.

Catégorie « Je suis malaaaaadeuh »

J’admets qu’on n’est pas au meilleur de sa forme quand on est malade. Ça se tient, même. À la limite, on ne veut rien entendre, rien faire, on n’a besoin de personne, laissez-moi mourir et tout le tintouin. Et pourtant, c’est LA catégorie n°1 mondiale des conseils nuls qui sont en fait de gros trolls.

  • « Tu as le nez bouché ? Respire des huiles essentielles » 

Moi qui suis assez chiante sensible quand ça touche à mon petit pif, ce conseil un peu trop récurrent à mon goût à tendance à me faire mordre dans une porte (ben oui, vous vous calmez comment, vous ? En buvant un verre d’eau ?). C’est bien joli de s’approprier 10 minutes de mon précieux temps de grande malade sur son lit de mort pour m’expliquer quelle est la meilleure huile essentielle à respirer ou que de l’eau pure du sommet de la montagne magique avec un peu de sel et de rutabaga à poils soyeux c’est mieux… Mais LE FONDEMENT DU NEZ BOUCHÉ, C’EST QUE TOUT CE QU’ON PEUT SENTIR C’EST DES PROUTS DE LICORNES. Donc, en gros, rien.

  • « Tu as encore le nez bouché ? Roh, mais respire par la bouche ! »

Papa, celle-ci est pour toi. Mon nez, je m’en sers pour respirer, renifler, me moucher, sentir les petites fleurs, vivre et faire vivre les ORL du monde entier. Quand je respire par la bouche, c’est pour faire une crise d’angoisse. Ta fille est une emmerdeuse. Deal with it.

  • « Tu sais, en fait, on a toujours une narine bouchée. »

Non mais vous allez arrêter de me la sortir, celle-là ? Si j’avais en permanence la narine bouchée comme je l’ai en ce moment précis d’agonie virale, je ne serais pas là à taper un scandale : mon âme aurait abandonné mon petit corps frêle et lamentablement bouché depuis longtemps.

  • « Tu as mal à la gorge ? Bois du lait avec du miel. Et du citron. Et des clous de girofles. Et du bain de bouche. Et… »

J’ai envie d’un thé sans rien dedans, arrêtez de vouloir mettre le contenu de votre cuisine dans mon mug.

  • « Arrête l’ordinateur si tu es malade »

Je… D’accord. Non mais oui, d’accord. Mais pourquoi ? Je suis là, seule et incomprise de tous alors que la maladie me ronge, et tu voudrais que je renie mon dernier ami alors que se joue une bataille sanglante dans mon propre corps ? Laisse-moi. Je n’ai plus que les lolcats pour apaiser ma douleur, désormais. Va, je ne te hais point.

  • « Prends des médicaments. » « Ne prends pas de médicaments. »

Mettez-vous d’accord.

Catégorie « J’ai faim/J’ai soif »

Techniquement, quand on dit qu’on a faim, on n’appelle pas à l’aide : on n’a pas besoin de conseils. On constate que la faim est là, on se plaint que notre estomac est en train de s’auto-digérer, bref, on râle, et c’est notre droit. Puisqu’on a faim. À la fin. Du coup, tout conseil qui ne s’accompagne pas d’un plat de pâtes carbo est gentiment invité à aller voir chez les zoulous si j’y danse pas la polka. Ce qui ne les empêche pas de s’inviter…

  • « Suce un caillou si t’as soif. »

Déjà, c’est un peu la catégorie ouverte à tous les trolls de la planète, comme vous pouvez le constater. Sucer un caillou. Ahahaha. Je me désopile. J’ai même une autre suggestion pour toi, si tu tiens absolument à utiliser un caillou…

  • « Mange ton poing et garde l’autre pour demain. »

La preuve irréfutable que nos parents se foutent de nous avec un plaisir non feint.

Désespoir et auto-digestion.

  • « Tape « foodporn » dans Pinterest/Tumblr »

Bon, là j’avoue, je le sors peut-être UN PEU moi-même aux gens qui viennent me faire connaître l’état du creux dans leur estomac. Mais on n’est plus dans le conseil, là, c’est carrément le mal incarné. Le sadisme. Et ça en appelle subtilement à un certain masochisme inavoué, parce que, honnêtement, tu peux être la pire crotte en anglais du monde, QUI ne se doute pas de ce qu’il va trouver en tapant FOODPORN ? Hein ?

Catégorie « Je sais pas quoi faiiiiiiire »

Cette catégorie devrait parler à l’enfant qui sommeille en vous, puisque nous avons, pour la plupart, grandi avec la conviction que prononcer des absurdités telles que « je sais pas quoi faiire » ou « j’m’ennuiiie » à l’intention de nos parents n’apportaient que déception, fourberie et tâches ménagères.

  • « Va prendre l’air »

Mon esprit se meurtrit dans le manque de stimulation actuel. Ce n’est pas une raison pour bouger et faire se contracter dans le froid mes petites fesses. Mais sinon tu as raison hein, je suis sûre que je vais adorer errer sans but et sans convictions dans les limbes du monde extérieur, telle une âme en peine.

  • « Va faire un footing. »

Je vous demande pardon ?

  • « Va faire le tour de pâté de maison et reviens. »

« Ou pas », c’est ce que tu voulais dire, hein ? Tu veux te débarrasser de moi, c’est ça, MAMAN ?

  • « Ah tu t’ennuies ? Ça tombe bien, il y a la vaisselle à faire, et l’aspirateur à passer, et tu pourrais en profiter pour ranger ta chambre. »

… Naaan, mais tu comprends paaas, pas ce type d’ennui-là. (Ne me jugez pas, vous l’avez tous tentée, celle-ci.) (Tout ça pour finir la tête dans le coffre à jouets que vous étiez supposé-e-s ranger dans une vaine tentative d’adopter la politique de l’autruche en réaction à cette tyrannie parentale qui se moque des besoins de stimulation de votre trop vaste intellect.) (Tout à fait.)

  • « Lis un livre. »

Non mais, en soi, c’est un bon conseil, hein. Enfin. Je veux dire. Lire, c’est bien. Sauf que. Bon. Si on avait envie de lire un livre. Peut-être. QU’ON Y AURAIT PENSÉ TOUT-E SEUL-E. Ah mais.

Catégorie « J’ai le hoquet »

Ce qu’il y a de bien, avec le hoquet, c’est que… Oui, c’est assez agaçant, c’est un fait. Mais ce qu’il y a de vraiment bien avec le hoquet, c’est que tout le monde l’a déjà eu, que tout le monde sait donc que les conseils nuls habituels ne valent pas tripette, et que pourtant, tout le monde en ressort un de son cru dès qu’il en a l’occasion. Nous sommes donc tous des trolls en puissance.

  • « Retiens ta respiration. »

J’adore ce conseil, parce que c’est le plus récurrent, le plus facile, et en même temps le plus stupide. Retiens ta respiration. Moi je veux bien, mais d’une, jusqu’à quand ? Et de deux, ce petit moment gênant où le hoquet resurgit alors que je retenais docilement ma respiration, poussant ma bouche délicate à éructer une espèce de HOPSKRRHIC dégueulasse, entre hoquet et rot mouillé, me fait dire que c’est tout ce que tu as trouvé pour te foutre de ma personne.

  • « Bois 7 gorgées d’eau sans respirer. »

Alors là, c’est carrément mystique. Pourquoi 7 ? Pourquoi pas 9 ? Y a-t-il un ordre ? Et si je me noie ? C’est possible ou pas ? Vais-je ouvrir un chakra ? Le hoquet est-il le chemin qui me mènerait à la rencontre de ma spiritual-HIC-té ?

  • « Fais le poirier (en retenant ta respiration) »

Comment en est-on arrivé-e-s là ?

  • « Il faut qu’on te fasse peur. »

Je sais pas, les conseils précédents m’ont un peu terrorisée, et je HIC-hoquette toujours comme une biquette. Et je te vois te cacher derrière la porte pour me surprendre. Andouille.

Hic.

Je le vois, votre air déçu, mais non, je ne ferai pas de catégorie « hémorroïdes ». Je vous rappelle qu’un article, ça s’illustre, bande de gens sales. Et que « hémorroïdes », en plus d’être un mot à peine pète-ovaires à taper, n’en est pas un que j’aimerais taper dans Google. En revanche, pour encore plus de ces conseils nuls dont on ne peut plus se passer, je vous renvoie par exemple à ce témoignage de SPP sur ces conseils de séduction qui ne lui ont pas vraiment servi dans la vie. Enfin je crois.

Même si, bon, des conseils un peu nuls, un peu mystique, et carrément flippants, vous ne me ferez pas croire que vous n’en avez pas reçu – ou offert, avouez – d’autres.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 48 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Maud Kennedy
    Maud Kennedy, Le 20 août 2015 à 21h08

    Dans le genre nul mais que toute personne se plaignant d'avoir des kg en trop entendra forcément une fois au cours de sa vie:
    Tu veux perdre du poids? Mais enfin,c'est facile:il n'y a qu'à faire un régime et faire du sport. :eh: Dit celuicelle qui n'a jamais eu de problème de poids de sa vie :facepalm:

    Pareil pour cellesceux qui sont au chômage:
    Mais c'est pas possible que tu ne trouves pas de boulot! Si tu cherchais,tu trouverais!:drama::drama: Merci pour ta précieuse collaboration,personne n'y aurait pensé sans toi. C'est vrai que c'est le plein emploi en ce moment Tout le monde sait ça,enfin!:facepalm::facepalm:

Lire l'intégralité des 48 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)