Traducteurs automatiques : Bing sur Facebook vs. Google

Traducteurs automatiques : Bing sur Facebook vs. Google
Le traducteur automatique Bing, intégré à Facebook depuis quelque temps, brille par sa médiocrité. Mais est-il vraiment le pire ? Google saura-t-il faire mieux ? Suspense.

Avis à celles qui ont Facebook et qui sont abonnées à des pages en anglais (ou amies avec des gens qui ne parlent pas français quoi) : avez-vous déjà essayé d’utiliser la nouvelle fonction traduction, gracieusement offerte par Bing ? Ça marche bien hein ? Ouais, nan, on est d’accord, c’est très bancal. On a tendance à critiquer les compétences de Google Translate, mais là ça pète tellement tous les records d’approximation que ça en devient drôle. Mais alors, qui de Bing ou de Google saura nous aider ? Lequel nous permettra de prétendre être super bilingues sur Facebook ? Enquête exclusive.

Exemple n°1

Bing :

Google :

Google et Bing rament tous les deux pour la première phrase, nous annoncer que le remake d’Evil Dead est officiellement en route relève de l’épreuve ultime. Idem, pour ajouter que le projet avance enfin après des années de discussions – Bing capte la notion de progrès, mais Google se rétame salement en voulant faire trop compliqué.

>> Résultat : Google 0 – 1 Bing

Exemple n°2

Bing :

Google :

BIZARREMENT, Bing a tout de suite très bien compris le message de « Longue vie à Satan » – tandis que l’innocent Google s’est vautré comme une merde. Autre preuve de son innocence : il a très bien compris qu’on parlait de Père Noël, alors que ce fainéant de Bing lui, a préféré laisser ça tel quel – il prétendra probablement que c’était pour garder le jeu de mot intact, mais nous ne sommes pas dupes. Petit ratage de fin en revanche sur le « qu’est-ce que que je voulais dire », qui a été bien mieux compris par Google. Un point partout.

>> Google 1 – 2 Bing

Exemple n°3

Bing :

Google :

Alors, on constate que les deux traducteurs maîtrisent la notion de mockumentary (j’y comptais pas trop, me voilà surprise). En revanche, Bing rame un peu avec l’argot puisque « dude » est resté intact, alors que Google lui, est plus djeun’s, et a tout compris. Sauf qu’à défaut d’avoir traduit « dude », Bing a au moins capté qu’on parlait d’une seule personne, alors que Google est passé au pluriel comme un con, sans raison, puis à l’infinitif parce que pourquoi pas hein. Pour la partie qui explique que le réalisateur en question doit lutter contre une équipe de tournage de merde et des poltergeists qui envahissent le plateau, Bing et Google pédalent tous deux dans la semoule. Par contre, la phrase de fin a été un peu mieux comprise par Google, qui a pris la peine de tout traduire, alors que Bing a gardé le « kinda » en fin de phrase comme un con. Aucun des deux n’a traduit le « ça sonne comme mon genre de film ».

>> Google 2 – 2 Bing

Exemple n° 4

Bing :

Google :

Preuve que tout peut changer même sur un exemple ultra simple : Google a capté qu’on parlait d’une bande-annonce et non de camping, et a même pris la peine de traduire le titre (même s’il considère visiblement que « cabane » est un nom masculin, contrairement à Bing). D’ailleurs, en parlant de ça, si vous voulez voir la bande-annonce de The Cabin in the Woods, produit par Joss Whedon, c’est par là.

>> Google 3 – 2 Bing

Exemple n°5

Bing :

Google :

Encore une question d’une simplicité ultime pour Bing, mais qui fait bien ramer Google – alors que franchement, y avait pas de quoi.

>> Google 3 – 3 Bing

Verdict

Les deux traducteurs arrivent ex-aequo. Ils ont tous les deux beaucoup de chemin à faire avant de nous offrir de vraies bonnes traductions en toute circonstance. C’est pas encore sur eux qu’il faudra compter pour rédiger vos dissert sans vous faire griller.

Par contre, en attendant, on peut continuer à se moquer gentiment de leurs traductions bancales, donc si vous avez des exemples à faire tourner pour qu’on rigole un peu, n’hésitez pas.

Big up
a lire également
Plus d'infos ici

Pin It on Pinterest

Share This

Partage cet article !

Tu as aimé cet article ? Fais tourner !