The Avengers, de Joss Whedon

Quatre ans après la sortie au cinéma d'Iron Man et de L'Incroyable Hulk, les studios Marvel ont enfin fini leur tour de chauffe et nous présentent leur dream team dans The Avengers, sorti en salles hier, avec des vrais morceaux de sexyness et de punchlines dedans.

The Avengers, de Joss Whedon

Les Avengers ? Vous les connaissez déjà. Vous avez craqué sur Tony Stark (Iron Man), votre petit cœur a battu pour Bruce Banner (L’Incroyable Hulk, Mark Ruffalo remplaçant maintenant Edward Norton), vous avez rêvé de patriotisme old school avec Steve Rogers (Captain America), à moins que vous ne préfériez mettre Thor dans votre lit. Vous avez croisé Clinton Barton (Hawkeye) et son arc aux côtés de Natasha Romanoff (Black Widow) et Nick Fury, membres du fameux S.H.I.E.L.D. Il vous suffit donc d’aller voir The Avengers pour une bonne grosse dose de fun, de spectacle, d’explosions, de punchlines et d’hormones en folie (parce que parmi tous ces beaux gosses, il faudrait vraiment être difficile pour n’en kiffer aucun).

Captain America, Hulk, Iron Man et Thor

Captain America, Bruce Banner, Iron Man et Thor

Le pitch

Loki, le frère adoptif de Thor, a été engagé par une armée de méchants intergalactiques pour récupérer sur Terre le Tesseract, ou « Cube Cosmique », une source d’énergie potentiellement illimitée étudiée par le S.H.I.E.L.D. Une fois sa mission achevée, il recevra la race humaine transformée en horde d’esclaves et pourra assouvir son désir de vengeance envers Thor. Le S.H.I.E.L.D. se penche donc à nouveau sur le projet avorté des Avengers, une équipe réunissant les (super-)héros de la planète afin de se défendre contre des menaces d’une telle ampleur. Mais il sera difficile de faire cohabiter l’ego d’Iron Man, la rigidité de Captain America, l’instabilité de Bruce Banner et la semi-indifférence de Thor : la dream team risque bien de se transformer en bombe à retardement, surtout avec la menace que représente Hulk, encore incontrôlable.

Un vrai gros kif

The Avengers, réalisé par Joss Whedon (mais si, tu le connais : Buffy contre les vampires, La Cabane dans les Bois), c’est un peu comme ouvrir un sachet de bonbons pour n’y trouver que tes préférés. Les fameuses punchlines de Tony Stark, la loyauté excessive de Captain America, la fragilité de Bruce Banner, les grognements de Hulk, le marteau et les yeux bleu glacier de Thor, la bouche de la Veuve Noire, les superflèches de Hawkeye, les répliques parfaites de Nick Fury, le petit caméo de Stan Lee : tous les meilleurs ingrédients des derniers opus Marvel sont réunis pour deux heures vingt de pur bonheur.

Nick Fury, Loki, Hawkeye et Black Widow

Nick Fury, Loki, Hawkeye et Black Widow

Sans s’attarder sur un scénario qui comporte pas mal de facilités, c’est l’équilibre entre humour, bagarres et sérieux qui fait le charme d’Avengers. Grâce à une idée pas bête qui consiste à immerger le spectateur en filmant le chaos de l’intérieur d’une voiture ou de derrière une vitre (plutôt que de faire voler les trucs en 3D façon « Attention, une roquette sort de l’écran, hohoho ! »), les combats sont très prenants et la magie des ordinateurs permet des plans-séquences de ouf qui vont d’un Vengeur à l’autre avec fluidité. Loki, interprété par Tom Hiddleston, fait un méchant/marionnette assez crédible dans son désir de vengeance qui l’oppose à son frère Thor, le demi-dieu venu d’Asgard, toujours aussi amoureux de son super-marteau. Le manque de personnages féminins, les amoureuses de la plupart des Vengeurs étant passées à la trappe, est pallié par la (très badass) Veuve Noire, l’arrivée de l’agent Maria Hill (Cobie Smulders, a.k.a. Robin de How I Met Your Mother) et l’inénarrable Pepper Potts, la secrétaire/bras droit/copine de Tony Stark. Mélange de sexyness et d’intelligence, donc, pour les quelques femmes invitées au casting des Avengers.

Thor, tout en simplicité.

Même sans être une fan de comics, tu peux bien prendre ton pied devant le film, tant l’action se déroule avec fluidité, sans temps morts ni longueurs. Bien que quelques blagues tombent à plat, les éclats de rire fusaient dans la salle et la 3D, sauf pour celles qui ne supportent vraiment pas, est assez judicieusement utilisée, sans venir te bousiller les yeux toutes les deux secondes. Je ne peux que conseiller la V.O. (comme toujours), ne serait-ce que pour les intonations de Samuel L. Jackson et les grognements de Hulk, qui est bien plus à son avantage dans The Avengers que dans les deux films (avec Eric Bana puis Edward Norton) qui lui ont été consacrés.

Pour conclure, fan de la première heure ou néophyte, rien ne t’empêchera de te prendre un bon gros kif d’humour et d’adrénaline devant The Avengers, en attendant de revoir Spider-Man et Batman, eux aussi à l’honneur cette année dans The Amazing Spider-Man et The Dark Knight Rises. Et n’oublie pas : chez Marvel, on reste jusqu’à la fin du générique !

EDIT : Bonus Stage ! Le site Haterz propose une super infographie résumant toute la saga qui a conduit aux Avengers. Parfait pour se rafraîchir la mémoire avant de courir au cinéma !

Big up
Viens apporter ta pierre aux 25 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Colonel Woodrow
    Colonel Woodrow, Le 9 mai 2012 à 19h15

    UGC nous ment dans sa description de Avengers !

    Hulk, Thor, L'Homme Fourmi, Captain America, Iron Man et bien d'autres sont réunis pour retracer leurs premières aventures cinématographiques...
    Pauvre Ant Man, ils en remettent une couche.

Lire l'intégralité des 25 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)