Teen Wolf, la midinette contre-attaque – Jack & the TV

Jack Parker est une grande fille, mais aussi une ado en puissance qui revit sa jeunesse par procuration à travers beaucoup de choses, dont Teen Wolf, la série pour midinettes avec des monstres dedans.

Teen Wolf, la midinette contre-attaque – Jack & the TV

Teen Wolf est une série diffusée sur MTV (mais également sur France 4) et vaguement basée sur le film du même nom, sorti en 1985 avec Michael J. Fox dans le rôle principal. Dans cette version, le jeune Scott McCall est un jeune lycéen dont la vie se retrouve totalement chamboulée après qu’il a été mordu par un loup-garou.

Transformé à son tour, il doit faire face à plusieurs problèmes : les autres loup-garous, qui ne sont pas tous de gentils chien-chiens bien dressés, les chasseurs de loup-garous qui s’en battent bien les reins que lui soit gentil et les problèmes divers rencontrés par tout lycéen qui se respecte (amour, famille, profs chiants…). Heureusement, la vie lui a quand même offert un gros avantage : son meilleur ami, Stiles, prêt à tout pour l’aider à gérer tous les aspects de son nouveau quotidien et à s’embarquer dans toutes les embrouilles possibles sans (trop) rechigner.

Chargement du lecteur...

Scott doit donc apprendre à gérer ses nouveaux pouvoirs, se battre contre le loup-garou qui l’a mordu, et donc s’allier à un autre lycanthrope vachement pas commode du nom de Derek Hale, tout en dragouillant la jolie Allison qui l’obsède jour et nuit et en tentant de garder sa mère en dehors de tout ça. Ajoutez à ça une petite guéguerre entre mâles avec Jackson, l’athlète-gosse-de-riche prétentieux et con comme une nouille trop cuite, les chasseurs qui ne rêvent que de lui foutre une balle en argent entre les deux yeux et des profs qui font tout leur possible pour lui pourrir la vie, et vous obtenez un quotidien tout ce qu’il y a de plus banal pour un gamin de 17 piges.

Niaiserie, puberté et humour débile

Alors concrètement, si vous êtes comme la majorité des gens qui subissent mes longs monologues sur cette série, vous allez me répondre “Pff, ouais, c’est du Twilight façon MTV quoi” – mais pas tout à fait. Si vous avez détesté Twilight, il est tout à fait possible de tomber sous le charme de Teen Wolf, croyez-en ma vieille expérience. Forcément, c’est niais à en pleurer, mais y a des morts et des gens qui saignent alors ça rééquilibre un peu l’aspect “série pour ados” et ça permet aux vieux comme moi (je vais avoir 25 ans dans un mois, je me permets de me traiter de vieille) de regarder cette série sans trop mourir de honte. En même temps, dois-je vous rappeler que des hommes adultes se roulent par terre de joie devant Mon Petit Poney en ce moment ? Voilà, bienvenue en 2012.

Bien que la ligne principale de Teen Wolf reste le combo niaiserie, actes héroïques et douloureux dilemmes, la série parvient quand même à rajouter une bonne dose d’humour et, je suppose, d’auto-dérision dans le tas. Et ça tombe bien, parce que quand on voit Scott et Derek courir à quatre pattes à travers les bois, ou même juste la gueule du héros quand il se transforme, difficile de garder son sérieux. C’est le genre de truc qui doit mieux marcher à 14 piges qu’à 24, je suppose.

Allez, petit montage plein de pectoraux prépubères pour fêter ça.

Chargement du lecteur...

Teen Wolf a beaucoup de défauts. La majorité des personnages n’ont qu’une ou deux dimensions, peu de profondeur et des personnalités très très clichés – mais heureusement, il y a Stiles.

Stiles, meilleur personnage du monde

Quand je dois résumer en un mot la raison qui me pousse à regarder Teen Wolf avec une telle avidité, il me suffit de crier “Stiiiiiiles !”. Stiles, le meilleur ami de Scott, est l’un des meilleurs personnages de série du monde entier, et je pèse mes mots. En fait, Stiles est l’adolescent que j’aurais pu être si j’avais été un mec, déjà, mais surtout si j’avais eu les couilles (du coup) d’assumer mon côté nerd asociale et de laisser s’exprimer toute ma non-coolitude et ma répartie toute pétée. Au lieu de ça je me suis contentée de mettre les pieds dans le plat pendant des années en me ridiculisant salement avant d’aller pleurer dans un coin de la récré, mais EH, coup de bol, je prends ma revanche par procuration dans un univers fictif maintenant. Eh ouaiiiis, qu’est-ce que vous dites de ça les copains, on a moins envie de me foutre dans une poubelle maintenant, hein ?!

Stiles est drôle, très intelligent, plein de ressources et c’est un ami loyal. Ses seules armes ? Son sens de la répartie et son sarcasme, qui ne lui servent généralement pas à grand chose mais ça ne l’empêche pas de les maîtriser à la perfection. Même s’il doit souvent compter sur Scott pour lui sauver les miches, il sait aussi se démerder quand vraaaiment y a pas moyen de faire autrement. Et comme Scott est bien souvent obligé de s’inquiéter du sort de la Terre entière (enfin, de sa meuf surtout), Stiles a bien dû développer deux ou trois techniques pour garder son derrière en un morceau. Enfin deux. Logiquement.

Et plus on avance dans la série, plus Stiles grimpe les échelons, jusqu’à devenir lui-même un héros, bien que personne ne soit jamais là pour le féliciter, forcément. Tel est le destin de l’éternel loser.

Chargement du lecteur...

L’avis de la midinette

Pour le reste, il me suffit d’utiliser les mêmes arguments que ceux qui me poussent à écouter One Direction ou Justin Bieber (et non, j’ai pas honte, n’essayez même pas). Teen Wolf me renvoie aux trois fantasmes que j’avais lorsque j’étais au collège/lycée :

  1. Avoir des amis
  2. Avoir un amoureux cool
  3. Avoir des super-pouvoirs

Du coup, comme 78% du temps que je passe éveillée, je revis mon adolescence par procuration. Je crois qu’un jour je devrais essayer de me filmer pendant que je regarde un épisode, parce que bien souvent je suis obligée de me ressaisir et de faire un effort surhumain pour me débarrasser du sourire niais et figé qui me barre le visage.

L’amour que Scott porte à Allison, les super-pouvoirs stylés qui te rendent trop fort et trop rapide, les potes qui sont prêts à tout pour t’aider, les escapades au milieu de la nuit pour combattre les méchants – toutes ces choses que j’aurais aimé vivre à leur âge. Alors c’est sûr, aller courir dans les bois en poussant des hurlements quand on vit à Paris et qu’on a peur du vent, ça complique un peu les choses. Mais heureusement, il me restera toujours mon imagination.

Cadeau bonux, le générique de la saison 2 kilébo. Et bonne nouvelle, la série vient d’être renouvelée pour une 3ème saison de 24 épisodes, joie dans mon slip.

Chargement du lecteur...

Je finirai cougar, c’est sûr.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 25 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • BLS19
    BLS19, Le 24 avril 2013 à 0h38

    2 raisons de regarder Teen Wolf: Derek/Stiles. :lol:

Lire l'intégralité des 25 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)