Enfin un magazine féministe pour les petites filles !

Démonter les stéréotypes de genre dès l'enfance, telle est la mission de Tchika, un nouveau magazine papier pour les superhéroïnes !

Enfin un magazine féministe pour les petites filles !

— Publié le 20 mars 2019

Les stéréotypes de genre, ça vous tombe sur le coin du berceau quasiment dès la naissance…

« Elle est jolie comme maman, il est fort comme papa ! »

Pour éradiquer le mal à la racine et déboîter le sexisme dès l’enfance, le nouveau magazine Tchika s’adressera aux petites filles de 7 à 12 ans avec une ambition : leur apprendre à s’écouter et réaliser leurs rêves !

Tchika, un magazine féministe pour les enfants

Sur le crowdfunding Ulule de Tchika, on trouve des chiffres à s’étrangler par le nez qui montrent que les enfants sont confrontés au sexisme dès le plus jeune âge.

Dans les manuels de CP par exemple, les femmes représentent 40% des personnages mais 70% de ceux qui font le ménage ou la cuisine et seulement 3% de ceux occupant un métier scientifique…

Tchika entend casser ses représentations avec des modèles féminins positifs pour permettre aux filles d’avoir la liberté de faire leurs propres choix, de s’informer et de développer leur estime d’elles-mêmes.

C’est ce qu’on appelle l’empouvoirement !

Les mascottes sont les Tchikas, des personnages variés avec lesquelles les lectrices pourront interagir par courrier.


Le numéro 1 de Tchika, bientôt dispo grâce à toi

Dans le premier numéro de ce magazine révolutionnaire, n’ayons pas peur des mots, on trouve une interview de la capitaine de l’équipe de France de foot Amandine Henry, des infos sur les femmes astronautes, le corps humain, les animaux, un tuto ombres chinoises, un dossier sur Frida Khalo…

Le magazine se concentrera sur des portraits des femmes fortes d’aujourd’hui, et parlera de toutes sortes de domaines comme la science, l’écologie ou encore l’art.

Chaque numéro comportera aussi un dossier dédié à une petite fille inspirante du quotidien.

View this post on Instagram

Marley Dias, une nouvelle tchika d'or ! En 2015, alors âgée de 10 ans, elle se plaint qu'à l'école on ne lui propose que des livres parlant de garçons blancs et de chiens. Cette jeune Américaine lance alors le mouvement #1000BlackGirlsBooks. Le but ? Distribuer 1000 livres à des écoles et des bibliothèques dont les personnages principaux sont des filles ou des femmes noires. Son challenge a été surpassé depuis longtemps et elle vise maintenant les 1 million de livres ! #youngactivist #bookforkids #marleydias #grlpwr #girlpower #littlefeminist #girlup #mafille #mum #maman #digitalmum #noustoutes #girlempowerment #empouvoirementfeminin #empouvoirementdesfilles #fridakahlo #fille #femmes #petitesfilles #girlboss #futureisfemale #girlempowerment #femaleempowerment #feministe #feminisme

A post shared by Tchika, mag des filles 7-12ans (@tchika_mag) on

Par choix écologique, les 52 pages de papier recyclé du magazine seront distribuées par abonnement (ce qui évite aux kiosques de jeter les invendus).

Tchika développera ensuite tout un univers autour de podcasts, de conférences et d’ateliers.

Tchika a déjà récolté plus du double de son objectif sur Ulule mais tu peux encore apporter ton soutiens à ce bel investissement pour le futur. Les 500 premiers tirages devraient voir le jour très bientôt !

Et toi, tu aurais aimé lire un magazine comme Tchika ? À qui tu vas l’offrir ?

À lire aussi : Léo, 4 ans, a déjà bien intégré le sexisme, et c’est loin d’être anodin

recap rigolo game of thrones s08e02

QueenCamille


Tous ses articles

Commentaires
  • Azala
    Azala, Le 8 avril 2019 à 13h44

    Whalaa
    C'est super et surement très bien.. Mais j'aurai préféré encore pluss un magasine féministe dirigé vers les filles ET les garçons.. Encore du clivage et au final je leur laisse quoi comme lecture à mes fils pour parler de féminisme ? J'ai quelques albums sur le sujet, j'ai (je pense) un discours sans stéréotype, je me bat régulièrement contre ceux qu'ils ramènent de l'école...
    Bon, ils lisent Tchô et Spirou, où je trouve que les auteurs et éditeurs font de plus en plus attention à ces thématiques.
    En fait ce qui me chiffonne c'est que sous prétexte de rétablir un équilibre entre les hommes célèbres et les femmes qui ne le sont pas assez, en ce moment dans les rayons jeunesse je vois plein de livres estampillés "féministes" parce qu'ils mettent en lumière une ou des femmes célèbres. C'est très bien, mais on est encore dans du clivage, dans "regarder, chez les femmes aussi y en a des balèze d'abord !". L'idéal serait quand même que les livres soient pour les filles et les garçons, et présentent des héros comme des héroïnes à part égales si on veut que nos enfants un jour ne voient pas de différence (je sais pas si je me suis bien faite comprendre?).
    Je comprends ton point de vue, mais qu'est-ce qui empêche tes fils de lire ce magazine, ou même des livres qui mettent en lumière des femmes ? Les filles lisent constamment des récits au masculin, pourquoi ça pose forcément problème de donner un support qui s'intéresse d'abord aux filles aux garçons ?

    Je trouve ça un peu particulier de voir du clivage là où il y a volonté de rétablir un équilibre. Des figures célèbres masculines, il y en a à la pelle, elles sont partout et on en parle dans tous les livres d'histoire, quand ce n'est pas dans l'actualité ; c'est une mesure de justice que de montrer combien il y a tout autant de figures féminines fortes qui ont fait/font avancer les choses. C'est important de le montrer aux filles, qui sont confrontées à des héros majoritairement masculins. Et ce n'est pas pour autant que ces livres ne s'adressent qu'à elles, ils sont à mettre entre toutes les mains. Ce n'est pas parce qu'on s'intéresse en priorité aux filles qu'on exclue les garçons. On peut difficilement considérer qu'ils sont invisibilisés par ce magazine quand on les met à l'honneur partout ailleurs depuis toujours.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!