La surfeuse Silvana Lima refusée par des sponsors… car elle n’est « pas assez jolie »

Silvana Lima, surfeuse professionnelle brésilienne, accuse dans une vidéo postée sur le site de la BBC les sponsors de ne pas avoir voulu d'elle car elle n'est « pas assez jolie ».

Silvana Lima, surfeuse brésilienne professionnelle, dénonce le manque de sponsors auquel elle se retrouve confrontée… à cause de son physique. C’est dans le cadre d’un reportage de la BBC que la sportive à pu s’exprimer à ce sujet.

La vidéo n’est malheureusement sous-titrée qu’en anglais

La sportive, aujourd’hui âgée de 31 ans, a été sacrée huit fois meilleure surfeuse brésilienne et deux fois seconde mondiale. Des scores impressionnant qui ne lui ont pas pour autant permis d’obtenir des sponsors… Un problème qu’elle explique dans cette vidéo par son physique qui ne correspond pas aux critères des marques.

« Les marques de combinaisons de surf, quand elles s’attaquent aux femmes, elles cherchent à une surfeuse qui fait top model donc si tu ne ressemble pas à une top model… Tu finis sans sponsor, ce qui m’est arrivé. Tu es exclue, tu es jetée. Les hommes n’ont pas ce problème. »

Au début, ne comprenant pas, Silvana Lima est allée toquer à la porte des sponsors et dit avoir essuyé de très nombreux refus. La surfeuse admet qu’elle aurait pu faire évoluer son physique de manière à plaire davantage aux annonceurs, par exemple en se faisant poser des implants mammaire et en décolorant ses cheveux… Mais de son propre aveu, les gens ne la reconnaîtraient pas, ce ne serait plus elle.

« Je n’ai pas un physique de top model, je n’ai pas un physique de fille canon. Je suis surfeuse, surfeuse professionnelle. »

Le problème, c’est que les sponsors aident à payer les compétitions et les voyages pour s’y rendre. Alors, en 2014 elle a lancé Silvana Free, un mouvement qui a permis aux fans de surf de soutenir financièrement sa carrière. Une situation grotesque pour la trentenaire qui avait déjà été sacrée de nombreuses fois meilleure surfeuse brésilienne !

La sportive reste positive et raconte que le surf a complètement changé sa vie et lui a donné l’opportunité d’aider sa famille.

« Je pense au passé, à ce que je n’avais pas, et ce que j’ai aujourd’hui. Ça me donne envie d’être encore meilleure en sport. »

Les situations comme la sienne sont souvent difficiles à aborder car il n’y a pas de preuves tangibles du refus dû à son physique et non à un autre facteur. Pour ma part, voyant qu’elle cumule treize ans d’une carrière pleine de victoires et pourtant quasiment pas de sponsors, j’ai décidé de la croire.

À lire aussi : L’apparence physique, un critère discriminant en entretien d’embauche (surtout pour les femmes)

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 20 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Bouledenerfs
    Bouledenerfs, Le 9 mars 2016 à 16h48

    mido
    Ca m'étonnerait fort qu'il y ait une quelconque preuve du lien entre leurs ventes et leur marketing gerbant (au contraire ! voir le lien donné plus haut). Les deux existent, ça ne veut pas dire que l'un est la conséquence de l'autre. Leurs ventes se porteraient probablement aussi bien avec un marketing humainement acceptable.
    Surement en tout cas je prefere le croire

Lire l'intégralité des 20 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)