Les sucettes coupe-faim continuent à faire polémique aux États-Unis

Par  |  | 36 Commentaires

Les sucettes coupe-faim et autres produits « miracles » pour garder la ligne sont souvent vendus... aux femmes. Et ce n'est pas un hasard.

Les sucettes coupe-faim continuent à faire polémique aux États-Unis

Chaque année, dès les premiers beaux jours, c’est la même rengaine.

10 exercices pour être Beach Body Ready !

Retrouvez votre corps de rêve en seulement 6 semaines !

Le produit miracle pour garder la ligne

Et tant d’autres réclames rappellent qu’il FAUT entrer dans les canons de beauté pour avoir le droit de poser un orteil sur le sable brûlant d’une plage baignée de soleil. Surtout si on est une femme…

Les sucettes coupe-faim font polémique

Aux États-Unis, les sucettes coupe-faim de la marque Flat Tummy (Ventre plat) font parler d’elles.

Elles ont d’abord été vantées par Kim Kardashian dans une publication Instagram sponsorisée, qui a créé la polémique et a finalement été supprimée.

Parmi les personnes demandant à la star de ne pas partager ce genre de contenus : Jameela Jamil, actrice de The Good Place à l’origine de #IWeigh, une initiative bodypositive.

Elle n’en a pas fini de lutter contre Flat Tummy puisqu’elle vient de dénoncer à nouveau la marque, dont les pubs géantes s’affichent à Times Square :

« Bon. La fin est proche. La fin est là. Tout le monde a perdu la tête. Rejoignez @i_weigh, un des rares endroits sur Internet qui ne fera pas du mal à votre estime de vous / santé mentale.

SOYEZ PLUS, et pas MANGEZ MOINS. #LaissezNousVivrePutain »

Magie d’Instagram, parmi les commentaires de nombreux et nombreuses anonymes soutenant le message de Jameela Jamil ou allant contre son propos, il y a eu celui… d’Azealia Banks, une célèbre rappeuse !

« Meuf… l’obésité est un problème aux États-Unis. Faut pas voir le mal partout. Le marché de la perte de poids est ÉNORME ici car on aime le soda et les fast food.

Et il y a une femme sur la pub car DES FEMMES DIRIGENT L’ENTREPRISE. Merde alors. »

La rappeuse précise, dans un autre commentaire, sa pensée au sujet du marketing genré dénoncé par Jameela Jamil :

« Il existe des produits de régime vendus aux hommes, tout comme on met le dentifrice goût chewing-gum dans un tube Princesses Disney pour les filles et dans un tube Toy Story pour les garçons. Sans changer les ingrédients.

J’imagine que tu critiques aussi les marques de vêtements pour bébé qui font des bonnets roses et bleus, que tu dis qu’ils devraient être noirs pour être non-genrés… alors que c’est le même bonnet.

J’utilise tout le temps des rasoirs pour hommes. Plein d’hommes utilisent de la mousse à raser pour femmes. Tu manges la foutue sucette ou tu la manges pas, c’est tout. »

Le régime, une affaire de femmes ?

Azealia Banks n’a pas tort en disant qu’il existe des produits pour régimes vendus principalement aux hommes.

Ce site compare par exemple diverses pilules censées favoriser la perte de poids chez les mecs. Police d’écriture grasse et large, bouteilles noires ou bleues… on est loin du rose bonbon de Flat Tummy.

L’injonction au « corps parfait » ne vise pas que les femmes ; les complexes masculins sont une réalité, y compris en été, et l’omniprésence des pectoraux bien dessinés n’aide pas à s’aimer quand on n’a pas le corps de Thor.

Cependant, je pense que les femmes restent la cible principale des injonctions à perdre du poids, surtout grâce à des produits « fun et féminins » comme des sucettes colorées.

Et je ne pense pas que les produits de régime pour hommes sont démocratisés au point de s’afficher à Times Square, haut lieu de la publicité aux États-Unis…

S’aimer, ce n’est pas une affaire de poids

Des témoignages comme celui de Marion Séclin qui tente de faire la paix avec son corps, ou la série illustrée de Léa Castor sur madmoiZelle, montrent que s’aimer, c’est compliqué pour tout le monde — peu importe l’apparence qu’on a.

Retrouver un rapport sain avec son enveloppe charnelle, surmonter ses complexes, se focaliser sur ce qui est important pour nous et pas sur ce que la société nous enjoint de contrôler, c’est compliqué.

C’est parfois le travail d’une vie.

Azealia Banks soulève l’obésité, problème de santé majeur aux États-Unis, mais ce ne sont pas des sucettes coupe-faim qui en viendront à bout !

Éduquer à une alimentation diversifiée, apprendre à cuisiner, dépasser sa peur des légumes ou des ingrédients inconnus, se réconcilier avec le sport

À mon sens, tout ça est bien plus utile, pour lutter contre l’obésité, que des produits « régime » n’ayant pas d’effet long-terme. Et pour tout vous dire, je doute carrément de leur efficacité en général.

Il n’y a rien de mal à désirer un ventre plat parce qu’on trouve ça plus esthétique et qu’on se sent mieux ainsi. Mais il est toujours bon de s’interroger sur ce qui motive nos choix, nos certitudes… et l’argent qu’il y a à se faire sur le corps des femmes.

À lire aussi : J’aime mon corps, sans mes kilos : quand le discours de Marion Séclin inspire une pub pour… des régimes ?

Mymy

Mymy, entre deux bouquins qu'elle chronique parfois en vidéos, est la rédac-chef adjointe/correctrice/community manager de madmoiZelle. Elle aime rester chez elle, les chatons mignons, la raclette du dimanche et les séries télé avec des retournements de situation dedans.

Tous ses articles

Commentaires
  • Adhell
    Adhell, Le 16 juillet 2018 à 20h29

    @Chat-au-Chocolat Relis toi un peu avant de brandir l'étendard de la personne concernée comme si c'était une immunité à des propos quasi grossophobes.

    Mais effectivement tu as l'air de préférer t'engoncer dans des propos qui te desserve, alors bonne continuation.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!