#sorryfeminists : qui a dit que les féministes n’avaient pas d’humour ?

#sorryfeminists est un hashtag qui démontre que les féministes ont de l'humour, et ça ne peut pas faire de mal !

#sorryfeminists : qui a dit que les féministes n’avaient pas d’humour ?

Aaaah, les féministes, ces vieilles hyènes miteuses aigries et mal baisées, jamais capable de lâcher un p’tit smile au coin de la rue, ça m’dégoûte. Et tous ces poils, ces cheveux courts, ces bides à bières et cette haine du mâle, sans déconner, une bonne baise, voilà ce qui leur manque.

Blague à part, parmi les mille et uns reproches qu’on a tendance à faire aux féministes, il y a souvent l’argument du manque, voire de l’absence totale, de sens de l’humour. Les féministes ne savent pas rire, n’ont aucune auto-dérision, et ont les mâchoires soudées, pour être bien certaines que rien ne filtre.

Heureusement, c’est pas vraiment comme ça que ça se passe, dans le monde réel. La preuve avec cette petite histoire de hashtag rigolote qui met du baume au coeur dès le matin (vous ne savez pas encore ce que c’est qu’un hashtag ? Allez donc réviser le mode d’emploi de Twitter rédigé par Laystary).

Tout a commencé avec ce tweet, balancé par Deborah Needleman, rédactrice en chef de T Magazine (la section Style du New York Times). Alors qu’elle souhaitait tout simplement annoncer la présence de la journaliste/écrivaine Katie Roiphe à un évènement Slate, elle a fait l’erreur fatale de mêler les féministes à son tweet. Comment ? En décrivant Katie Roiphe comme « sexy » – puis en s’excusant auprès des féministes d’avoir utilisé un tel terme.

Le tweet a d’abord été gentiment moqué, notamment par la critique de télévision Emily Nussbaum (je vous recommande d’ailleurs de la suivre, elle a toujours des trucs assez cool à dire). Légèrement désarçonnée par le tweet de Deborah, Emily s’est demandé s’il n’avait pas été rédigé en direct de l’année 1963.

Mais ça ne suffisait pas, il fallait aller plus loin, taper plus fort… c’est ainsi qu’est né le hashtag #sorryfeminists. Les féministes-pas-drôles de Twitter se sont donc servies de cette toute petite phrase pour transformer la plateforme en un grand confessionnal virtuel. Quelles sont les petites actions du quotidien qui nous pèsent et qui méritent que nous demandions pardon aux féministes ?

Démonstration.

Tu prends ta nouvelle manucure en photo ? Excuse-toi.

Tu couches le premier soir ? Excuse-toi.

Tu es mariée à un homme ? Wow. Excuse-toi.

Si vous vous en sentez le courage, il y a plein plein plein de tweets très drôles à dénicher dans le bordel qu’est devenu #sorryfeminists. En revanche, il y a aussi ceux qui prennent le délire au premier degré, donc il faut trier.

Mais le plus cool dans l’histoire, c’est que le hashtag a évolué en Tumblr !

Pour ces jours où tu trouves que tu as un cul canon dans cette robe.

Pour les jours où tu te fais faire une manucure de tigresse-samouraï, pour manger des apéricubes « soirée entre filles » sans te salir les doigts.

Parce que tu oses dire à voix haute que tu détestes avoir tes règles (au lieu de… chai pas moi, faire de la peinture avec, quoi, allo le gâchis).

Bref, ça se passe sur le Tumblr Sorry, Feminists!, et c’est drôle.

Sur ce, je vous laisse, faut que j’aille me rouler par terre de rire en faisant des tresses avec mes poils de jambes.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 9 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Aalia
    Aalia, Le 10 octobre 2012 à 16h58

    Jack Parker;3625221
    C'est ça, en fait.

    Les féministes se moquent de ceux qui pensent que les féministes s'offusquent pour ce genre de conneries - parce que tu mets du vernis, que t'aimes bien les mâles et que tu manges des cupcakes en pleurant devant Bridget Jones. Il y a beaucoup de gens qui, au 1er degré, s'excusent ironiquement auprès des "féministes" (mais lesquelles ?) d'avoir des activités/pensées qu'elles estiment typiquement girly-cucul ou tout simplement féminines (puisque les féministes ne sont pas féminines, souvenez-vous).

    Du coup, agacées par cette manie (ex. s'excuser d'utiliser le terme "sexy" pour décrire une femme en se pensant anti-féministe), les féministes se sont amusées à reprendre ce concept pour tourner en dérision à la fois ces réactions, et les conneries qu'on a tendance à attribuer aux féministes. Pour prouver que la plupart d'entre elles savent se marrer, et qu'elles en ont pas grand chose à foutre que tu prennes ta manucure en photo alors que tu te revendiques féministe (et qu'elles mêmes font toutes ces choses sans pour autant se sentir anti-féministes).

    J'espère que c'est un peu plus clair comme ça.
    Ah ben effectivement, je n'avais pas du tout compris!

Lire l'intégralité des 9 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)