Une célibataire touche le fond (mais rebondit) dans Sex and the Rédac #8

Par  |  | 4 Commentaires

Être célibataire, c'est simple pour certaines, compliqué pour d'autres... Découvrez la suite des aventures de Mathilde, Giulia et Cunégonde dans Sex and The Rédac !

Une célibataire touche le fond (mais rebondit) dans Sex and the Rédac #8

La semaine dernière, un commentaire regrettait que les trois femmes qui participent à Sex and The Rédac sont souvent de la même humeur dans un même épisode.

L’explication est toute simple : elles sont collègues, amies, partagent donc beaucoup de leur temps ensemble et s’influencent pas mal les unes les autres !

D’ailleurs, si les histoires étaient inventées, croyez-moi, j’y mettrais bien plus d’anecdotes croustillantes…

Pour rappel, nous nous en étions arrêté là :

  • Mathilde était à fond sur Alex, un gars avec qui elle chattait sur un site de rencontre depuis plusieurs semaines… Malheureusement pour elle, il a fini par la ghoster.
  • Giulia racontait avoir atteint un certain apaisement face à son célibat, notamment en revoyant de manière apaisée Steve, un ex avec qui elle avait jusque là eu une relation houleuse.
  • Enfin, Cunégonde expliquait passer beaucoup de temps sur les sites de rencontres, pour ne finalement rencontrer personne. La bonne nouvelle, c’est qu’elle aussi se sentait apaisée !

Mathilde, célibataire active sur les sites de rencontre

La semaine dernière, je me disais que les potes, c’est quand même une de mes valeurs sûres dans la vie. Mais malheureusement, il y a toujours des moments où j’ai envie de plus.

Le problème, c’est que j’attends des choses de mes flirts… mais je me trompe, non seulement sur mes choix de personnes et aussi sur ce que je leur demande.

Exemple concret, je vous ai parlé d’un Indonésien la semaine dernière, il est chou, il m’envoie des coeurs. Et qu’a fait mon cerveau ? OH OUI, CRÉER BEAUCOUP D’AFFECTION.

Oh mon dieu, il m’a dit salut, il doit donc être l’homme de ma vie.

Ce qui est bête, puisque cette personne ne m’a jamais vue, elle ne sait pas qui je suis, elle ne m’a jamais touchée. Mais bon, j’avais besoin d’amour et il m’en donné, dans une certaine mesure…

Ce qui est étrange c’est que dans ces moments, j’ai tendance à m’enfoncer de plus en plus dans ma bêtise, comme pour me prouver que je sais que j’ai tort, mais quand même, on sait jamais.

Si, on sait Mathilde. C’est toujours la même chose !

Je me retrouve à placer des espoirs pas possible dans un inconnu qui viendrait miraculeusement combler mon manque d’affection et d’attention. Et je choisis en plus des mecs qui sont en fait des gros nazes.

Je devrais m’en rendre compte assez rapidement. Mais non, je fonce. Pire, je dis à cette petite voix de la fermer. Et quand mes potes me disent que c’est une connerie, je réponds que je sais, mais… on ne sait jamais.

Bref, tout ça pour dire que cette semaine, j’avais prévu de rencontrer ce jeune Indonésien et que finalement, il m’a plantée pour une soirée avec son pote qui l’héberge.

Ça peut sembler anecdotique, mais je vous jure que ça m’a fait très mal.

Après tout, c’était le deuxième vent en deux semaines, j’avais clairement pas le coeur assez accroché pour ça. Je ne suis même pas allée à mon cours de danse qui normalement me fait un bien fou.

J’ai demandé à Giulia de boire un verre du seum, qu’on a partagé avec d’autres collègues. Ça m’a fait du bien. Après ça, j’ai retrouvé ma coloc’ et on s’est fait une soirée pâté & porto pour me remonter le moral.

Et puis le lendemain je me suis cassée la gueule, en plein milieu de la rue, tête la première, le portable qui vole, la journée commençait bien. J’avais mes règles.

Le seul élément qui me réjouissait, c’était de savoir que le soir même, on devait voir Shakira sur scène avec des collègues… Et elle a annulé le concert le jour même.

Je me suis dis qu’il y avait des semaines pourries, exprès pour te rappeler d’apprécier celles qui se passent bien. Donc je me suis payé un petit resto le soir, seule, avec un carnet que j’avais abandonné depuis un bon moment.

C’est une de mes leçons de vie favorites : c’est important de se casser la gueule. Vraiment. C’est pas agréable mais ça fait un petit électrochoc qui te rappelle que ta vie peut être bien plus cool que ça.

Et ça dépend beaucoup de comment tu décides d’appréhender les choses. Je me suis fait la réflexion il n’y a pas si longtemps que je ne supportais plus les gens qui se complaisent dans le négatif.

Alors j’ai passé mon week-end tranquille, à sortir uniquement pour voir les membres de l’asso féministe dont je fais partie puis rentrer chez moi, sous le plaid, avec ma coloc, devant Stranger Things.

J’ai dit à l’Indonésien qu’il me recontacte quand il serait dispo et je peux vous jurer que ce week-end là m’a fait un bien de fou !

Giulia, célibataire (pour de vrai) depuis plusieurs semaines

En ce moment, je me tourne vers les plaisirs simples de la vie.

Ouais, je sais que ça peut sonner un peu illuminée de dire ça, mais voilà, il y a trois semaines, j’ai décidé d’avoir un rythme plus raisonnable et je crois que ça porte (relativement) ses fruits.

Samedi soir, je suis quand même sortie avec Cunégonde et une autre copine. Officiellement, c’était pour boire des coups… Dans les faits, soyons honnêtes, nous sommes toutes trois célib et CLAIREMENT, c’était pour pécho.

Rapidement, on a rencontré deux mecs dans un bar. Ils étaient mignons, drôles, sympa. Avec mes potes, on s’envoyait des petits signes à base de « qui veut lequel ? ».

Bref, l’enjaillance pendant une heure, jusqu’à ce qu’un des deux nous annonce qu’il a un enfant. De deux mois. Et que la mère l’attend à la maison.

Suite à cette déclaration, on aurait pu se tourner vers l’autre mais… Oups, sa copine a débarqué. Ah oui, il avait oublié de nous dire ça…

Nous ont-ils parlé juste pour se faire mousser ? 

Après ça on a rencontré deux autres mecs, qui, dès qu’ils ont découvert que je bossais chez madmoiZelle m’ont demandé :

« Du coup, tu penses quoi du harcèlement sexuel ? »

J’avoue avoir totalement bugué avant de leur répondre d’un air très solennel :

« Eh bien… Je pense que c’est mal. »

Je suppose qu’ils voulaient VRAIMENT me charmer en me montrant qu’ils s’intéressaient à la cause féministe, mais euh… En fait, on a continué la discussion et plus ils parlaient, plus je les trouvais bêtes. Très bêtes.

Du coup je suis rentrée chez moi seule à 2h du matin et c’était très bien comme ça.

Dimanche, Steve, un vieil ex que je vois depuis 3 semaines m’a proposé de passer chez lui, pour une soirée jap & film. On n’a même pas fait l’amour, trop la flemme pour !

On s’est juste fait des papouilles, raconté nos vies, et c’était chouette, tout simplement.

Tellement que deux jours après, il m’a envoyé un message chou me disant qu’il rêvait, là, tout de suite, de me faire un gros câlin. Et là, vous vous dites peut-être : c’est a-do-ra-ble, va-t-elle finir avec lui ?

Non.

Nous avons une gros problème à base de : je ne le trouve pas drôle. Et que c’est quand même le minimum pour moi de me marrer en couple.

En parlant de ça, un jour, il m’a dit que j’étais la seule fille qu’il n’a jamais réussi à faire rire…

Depuis, j’ai de la peine pour lui alors je me force à rire quand il me fait des blagues. J’ai honte.

En dehors de ça, ma semaine a été très calme. J’ai supprimé mon compte Tinder mercredi, et je me suis couchée tôt tous les soirs.

Je raconte ça, mais un conseil : ne vous habituez pas à cette douceur. J’avais décidé de me calmer sur mon rythme de vie et les soirées pendant un mois en tout, et ce mois se termine le week-end prochain !

Cunégonde, célibataire depuis plusieurs mois après une relation de plusieurs années

Ma semaine était à nouveau calme, oui, à se demander si ça va un peu bouger un jour de nouveau !

Avec Giulia on est sorties un soir en compagnie d’une autre amie, avec une mission : rencontrer des mecs sympas et mignons. C’était vraiment très peu fructueux ! Aucun chopage à bord.

Cela dit, c’était quand même une chouette soirée donc aucun regret.

De mon côté, c’est vrai qu’une petite routine qui commence à s’installer : penser à mon ex avec nostalgie, voir mon amant Thomas, aller sur des sites de rencontre (et ne rien faire pour rencontrer quelqu’un).

Mange, prie, et on s’en fiche d’aimer. 

Rassurez-vous, je ne suis pas malheureuse pour autant !

Je suis bien comme ça, je sais pas, c’est peut être parce que c’est l’hiver. La nourriture occupe beaucoup de place dans mon esprit en ce moment. Je pense à la date de ma future raclette et au prochain repas de Noël.

Cocooner seule chez moi devient aussi un kif en ce moment. Bref, on est dans une sorte de période d’hibernation plutôt agréable !

J’ai quand même avancé niveau rencontres depuis la semaine dernière : j’ai enfin rencontré un mec croisé sur une appli.

Mais ne sautons pas les étapes : il était très cool mais il restera juste un pote je pense. Il n’y a pas le feeling, pas trop d’attirance.

J’ai également parlé avec une autre personne, à laquelle je vais donner un nom. Je vais vraiment le rencontrer (déso pour les faux espoirs des derniers épisodes où je parlais de mecs sans qu’il ne se passe jamais rien). Appelons-le Sylvain.

J’ai un peu fait des recherches sur Sylvain, je dois l’avouer, avant de vraiment parler avec lui.

Si c’est sur Internet, j’ai le droit de regarder, non ?

En fait, j’en avais un peu marre des faux espoirs.

J’avais déjà stalké deux mecs avec lesquels je parlais un peu, et en découvrant les nouvelles photos, leur façon d’écrire… Aucun des deux ne me plaisait.

Cette fois, bonne surprise !

En faisant quelques recherches dignes des films d’agent secret sur Sylvain (du genre taper dans la barre de recherche google les seules infos que j’ai de lui),  je suis tombée sur une vidéo dans laquelle il parle de cuisine.

Et là, le gros gros coup de coeur : j’adore sa façon de parler, de s’exprimer et il a vraiment beaucoup de charme.

Voilà; on a commencé à discuter, et je me dis qu’il y a des chances qu’on s’entende très bien ! On est censés se rencontrer bientôt. J’espère que cette fois, j’aurai quelque chose de concret à raconter…

Retrouvez les épisodes précédents de Sex and the Rédac :

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Commentaires
Forum (4) Facebook ()
  • Lilliy
    Lilliy, Le 3 décembre 2017 à 22h35

    Moi aussi ce passage au bar me gène. Si ça avait décrit la soirée et les pensées d'un mec tout le monde l'aurait traité de gros lourd. P'tetre même que ça serait parti en cacahuète à base de "sérieux, une fille peut pas discuter dans un bar sans arrière pensée ? Pfff gros naze! Onenamar!". Non, une personne supposement hétéro qui discute avec une personne du sexe opposé ne cherche pas forcément a pécho ou à se faire mousser.
    Et puis le "tu prends lequel ?" Sérieux... OK c'est de la blague, mais je suis sûre que vous auriez engueulé vos potes males hétéros si vous les aviez entendu dire ça. :facepalm:

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!