« Selma », un film indispensable sur le combat de Martin Luther King

Selma est le film poignant retraçant une partie de la vie de Martin Luther King, et de ses combats.

selma-film-martin-luther-king-critique

Article initialement publié le 11 mars 2015

Le 10 décembre 1964, Martin Luther King et sa femme Coretta sont à Oslo, où le pasteur/militant pacifiste en faveur des droits civiques des Noirs aux États-Unis accepte le prix Nobel de la Paix.

Le film s’ouvre sur cette scène feutrée, qui contraste violemment avec la réalité de leur quotidien. En Norvège les honneurs, aux États-Unis le déshonneur.

À lire aussi : Selma, un film sur Martin Luther King qui fait envie, a sa bande annonce

En effet, les citoyen•nes afro-américain•es luttent pour exercer leur droit de vote, pourtant garanti par la Constitution depuis que la Ségrégation séparant les Noirs des Blancs a officiellement été abolie par le Civil Rights Act de 1964 (après plusieurs arrêts de la Cour Suprême allant dans ce sens).

Dans les États du Sud, l’égalité n’existe que sur le papier. Les Noir•es ont théoriquement le droit de vote, mais doivent faire face aux pires humiliations pour pouvoir s’inscrire sur les listes électorales. On leur demande de réciter des passages de la Constitution, de passer des tests de connaissances que leurs concitoyen•ne•s blanc•he•s ne seraient pas davantage en mesure de réussir.

Ces obstacles sournois sont parfaitement illégaux, mais les shérifs sont élus, les juges sont élus, les jurés sont tirés au sort parmi les électeurs… et tant que le corps électoral restera blanc, il n’y a aucune raison pour que le paysage politique évolue.

À lire aussi : The Black Power Mixtape, le documentaire ce soir sur Arte

Cette situation convient tout à fait à l’élite et aux classes moyennes et populaires blanches du Sud, comme par exemple en Alabama, dans la petite ville de Selma.

Mais elle ne peut plus durer pour les citoyen•ne•s Noir•e•s, qui subissent humiliations, insultes et discriminations au quotidien, et sont victimes de répression violente. Les meurtres des Noir•e•s ne sont pas étudiés par la police, les coupables sont rarement poursuivis, toujours acquittés… par les jurés blancs.

Martin Luther King trouve dans la petite ville de Selma le théâtre parfait pour orchestrer des manifestations pacifiques, et compte sur l’excès de zèle du shérif local et l’obstination du Gouverneur de l’Alabama pour mettre le feu aux poudres.

Il s’agit de faire pression sur le Président, Lyndon Johnson, de le pousser à renforcer le Civil Right Act, comme le demandent les activistes Noir•e•s, afin de garantir l’effectivité du droit de vote de tou•te•s les citoyen•ne•s américain•e•s.

À l’aube de l’année 1965, c’est à Selma que l’Histoire s’écrit.

Si vous ne deviez voir qu’un seul film en 2015, et allez voir Selma !

Selma, dans les coulisses de l’Histoire

Selma est bien sûr un hommage au combat de Martin Luther King, mais ce serait une erreur de le réduire à cela. Ana DuVernay, la réalisatrice, a trouvé l’équilibre parfait d’un biopic qui n’est pas égocentré.

En effet, le film fait la part belle à tou•te•s ceux et celles qui ont contribué à donner à ce mouvement l’élan qu’il a connu. Et si le pasteur King en est la figure incontournable, il était loin d’en être le seul pilier !

Les femmes, grandes oubliées de l’Histoire, occupent une place de choix dans celle-ci. Oprah Winfrey s’est impliquée dans ce projet, en tant que productrice mais également à l’écran, où elle tient le rôle d’Annie Lee Cooper, une militante qui a participé activement aux marches pacifiques de Selma.

À lire aussi : Radical Women’s History Project – Le Tumblr des femmes dans l’Histoire

Annie Lee Cooper. Amelia Boynton. Diane Nash. Des noms méconnus, inconnus : ceux de femmes qui ont joué un rôle aussi important que les révérends Williams, Orange, Reese, Abernathy, qui ont marché dans les premiers rangs aux côté du Dr King.

selma-film-martin-luther-king-marche

À lire aussi : Les madmoiZelles de la Révolution — Raconte-moi l’histoire…

« Selma », le film avec un Martin Luther King, extraordinairement humain

Selma retrace sans romance le déroulé d’événements devenus historiques, avec tout ce qu’ils comportent de coïncidences et de hasard. Sans romance, parce qu’Ana DuVernay ne réécrit pas le scénario avec la conviction acquise que le combat de King était évident dans son déroulement.

Avant d’être le héros dont l’Histoire se souviendra encore longtemps, il était avant tout un homme, perclus de doutes et d’hésitations, habité par la conviction de mener une lutte juste et mesurée, malgré les attaques subies des deux côtés : trop « extrême » pour l’administration Johnson, mais beaucoup trop timide pour d’autres leaders du mouvement, de Malcom X aux étudiant•e•s engagé•e•s, qui réclamaient des actions plus fortes.

David Oyelowo prête ses traits au pasteur King. Il donne une dimension humblement humaine et remarquablement ordinaire à une figure élevée depuis au rang d’icône. L’acteur s’efface complètement derrière le personnage, dont on partage les émotions, la peur, la douleur, la détermination, la tristesse, la lassitude, la colère.

Martin Luther King avait un rêve, mais il avait surtout des convictions, et le courage de se lever pour les défendre, en entraînant les gens avec lui. On connaissait l’homme du discours, mais avec Selma, Ana DuVernay nous présente l’homme d’action, dans sa complexité et ses faiblesses.

Un homme extraordinaire, remarquablement humain. L’étoffe dont on fait les héros semble étrangement banale, accessible. Comme si chacun•e d’entre nous avait le pouvoir de se lever pour faire entendre sa voix et faire une différence. Oui, exactement comme ça.

J’avoue ne pas comprendre pourquoi David Oyelowo n’a pas été nommé aux Oscars 2015 pour ce rôle. Il a été nommé aux Golden Globes mais n’a pas remporté le prix. Le film Selma n’a d’ailleurs reçu qu’une seule nomination aux Oscars cette année, pour le meilleur film. C’est vraiment le minimum.

selma film martin luther king

Pourquoi le film Selma est une claque monumentale ?

En 1965, aux États-Unis, on tuait des Noir•e•s pour faire régner la terreur et maintenir une forme de ségrégation illégale. En 1965, le Ku Klux Klan conduisait des assassinats punitifs. En 1965, ces meurtres restaient impunis, les Blancs étaient systématiquement acquittés.

En 1965, mes parents étaient nés. Quel est le rapport ? Si je vous dis ça, c’est parce qu’en regardant Selma, j’ai eu le sentiment qu’on me racontait une histoire extrêmement lointaine, indigne d’être qualifiée de « contemporaine ». Parce que cela voudrait dire que tout ceci s’est passé dans un temps que mes propres parents auraient pu connaître.

Les quatre fillettes noires tuées lors d’un attentat à la bombe dans une église auraient pu être les mères de mes ami•e•s, des gens de mon âge.

1965, c’était il y a 50 ans seulement.

C’était il y a déjà 50 ans, et pourtant aucun film à gros budget ne s’était penché sur l’histoire récente des Noirs américains. Aucun film à gros budget n’avait été dédié à Martin Luther King.

C’était il y a déjà 50 ans, et pourtant, les marches pacifiques, la lassitude, l’humiliation, la colère, l’épuisement, les violences policières, les discours racistes, violents, les insultes, les affronts, l’injustice, toutes ces scènes sont douloureusement familières.

selma film martin luther king

Selma, 1964

ferguson 2014

Ferguson, 2014 

(Photo de Shawn Semmler, prise à Ferguson en août 2014. Les manifestants crient « hands up, don’t shoot » : les mains en l’air, ne tirez pas.)

À lire aussi : Que se passe-t-il à Ferguson, aux États-Unis ?

Allez voir Selma, et vous comprendrez pourquoi les meurtres impunis de Michael Brown et Trayvon Martin sont insupportables, pourquoi ces injustices embrasent la colère des habitant•e•s, pourquoi les excuses et les tentatives d’apaisement et d’appels à la patience par les élites blanches sont non seulement inaudibles, mais proprement indécentes.

N’allez pas voir Selma en pensant plonger dans le passé, un chapitre de l’Histoire mal enseigné, méconnu. Allez voir Selma pour comprendre à quel point les discriminations raciales sont insupportables aux États-Unis, aujourd’hui. Parce que le combat pour l’égalité dure depuis trop longtemps, et qu’il a coûté beaucoup trop de vies.

J’ai vu dans le film un shérif proférer des paroles profondément racistes, traiter les Noirs d’animaux. Une scène presque miroir d’un extrait utilisé par John Oliver dans son émission, où un shérif de Ferguson qualifiait ses concitoyen•ne•s afro-américain•e•s de « fucking animals ». 50 ans plus tard…

Selma n’est pas seulement l’histoire du combat des Noir•es amércain•es pour le droit de vote. C’est un témoignage de notre responsabilité collective, nous, complices passifs des oppressions qui persistent au sein de nos sociétés.

J’ai rarement vu un film historique être aussi touchant, sincère et authentique. On a toujours du mal à garder un oeil objectif sur les dilemmes qui ont déchirés nos aînés : l’Histoire est tellement plus facile à lire lorsqu’on l’appréhende avec notre regard contemporain… Mais Selma a conservé les doutes qui criblent les esprits, y compris ceux des hommes d’action, des hommes de pouvoir, ces doutes qu’il faut confronter et dépasser ensemble, à la force de ses convictions.

Et surtout, j’ai rarement vu un film historique être aussi actuel. Selma n’est pas qu’un hommage, c’est un rappel. L’Histoire n’est pas un abstrait lointain, elle s’écrit aussi au présent.

John Legend et Common signent la musique originale qui ouvre le générique, le titre Glory, une poésie engagée qui résume à la perfection ce que les mots ne sauraient exprimer avec autant de justesse.

– Traduction libre

« Un jour, la gloire arrivera
Cette gloire sera la nôtre
Un jour, lorsque la guerre sera gagnée
Nous serons en sûreté

Les mains vers le ciel, aucun homme, aucune arme
Ne seront dressés contre nous,
La Gloire est notre destinée.
Chaque jour des femmes et des hommes deviennent des légendes
Les affronts perpétrés contre nous deviennent des bénédictions

Le mouvement est un rythme pour nous
Le liberté, une religion pour nous
La justice coule dans nos veines

La justice pour tous n’est pas assez spécifique
Lorsqu’un de nos fils tombe, son esprit persiste
Il vit et revit en nous, nous sommes la résistance
C’est pourquoi Rosa s’est assise dans le bus
C’est pourquoi nous marchons dans Ferguson les mains levées

Les femmes et les hommes se montrent à la hauteur de la lutte
Ils nous disent de rester à terre, et c’est là qu’on se lève
Des coups de feu, nous sommes au sol et les caméras filment
King a montré la voie et nous l’avons suivi

Un jour, la gloire arrivera
Cette gloire sera la nôtre
Un jour, lorsque la guerre sera gagnée
Nous serons en sûreté

Mais la guerre n’est pas finie
La victoire n’est pas encore remportée
Nous nous battrons jusqu’au bout
Et quand ce sera terminé,
Nous crierons cette gloire

Selma est un hommage à tous les hommes, les femmes et les enfants
Même Jésus fut couronné devant une foule

Ils ont ouvert la voie, marchant la torche à la main, et nous devons accélérer le pas
Ne pas regarder en arrière, le chemin parcouru
De l’ombre il est sorti, devenu un héros
Face aux tribunaux, aux élus, mais son pouvoir était celui du peuple
L’ennemi est mortel, mais King est devenu un roi
Il a vu l’image de Jim Crow dans un aigle royal

La meilleure des armes est de rester pacifique
Nous chantons, cette musique est le sang qui s’écoule de nos plaies
Quelque part dans ce rêve, nous avons eu une révélation
Et nous réparons maintenant les torts de l’Histoire
Aucune guerre n’est gagnée par un seul homme
Il nous faut la sagesse des anciens et l’énergie de la jeunesse
Bienvenue dans cette histoire que l’on renomme victoire
L’arrivée du Seigneur, mes yeux témoins de cette gloire. »

À lire aussi : Le « racisme anti-Blancs » déconstruit en un sketch

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 7 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Selinde
    Selinde, Le 14 mars 2015 à 20h12

    Ce film est super ! Je le conseille vraiment.
    Il y a des scènes durement réaliste, mais ça touche le spectateur de plein fouet.
    Merci MadmoiZelle pour la découverte :fleur:

Lire l'intégralité des 7 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)