Sélection de films qui fleurent bon l’été indien

Par  |  | 4 Commentaires

Voici une sélection de 5 films qui, espérons-le, devraient rendre votre automne un peu plus agréable.

Sélection de films qui fleurent bon l’été indien

L’automne, c’est la pluie, les journées qui raccourcissent et le chauffage qu’on rallume, certes. Mais c’est aussi, pour les plus chanceuses d’entre nous géographiquement parlant, la saison du soleil qui pique les yeux, de la lumière plus douce qu’en été et des feuilles mortes qui tapissent le sol.

Nous ne sommes pas à égalité en ce qui concerne notre ressenti de cette saison. L’année dernière, je vous proposais une sélection de films pour être en raccord avec l’automne : de vrais bons films sombres, déprimants, avec le vol d’un corbeau qui plane au-dessus de l’écran. Cette année, concentrons-nous sur l’automne quand il est bien perçu avec des films qui donnent envie de kiffouiller comme il se doit cette saison si particulière. Des films à apprécier avec une grosse tasse de thé brûlante et des chaussettes épaisses.

(Alerte subjectivité : ceci est une liste non exhaustive. N’ayant pas vu tous les films qui se passent en automne ou qui donnent l’impression d’y être, ayant une mémoire relativement défaillante, je ne puis que vous inviter à venir partager les vôtres dans les commentaires.)

Légendes d’automne, d’Edward Zwick (1994)

Basée sur une nouvelle de Jim Harrison, l’intrigue de Légendes d’Automne commence avant que la première Guerre Mondiale n’éclate. L’histoire est celle des membres de la famille Ludlow qui vit dans le Montana ; une famille bouleversée par le conflit international de l’époque.

Si Légendes d’Automne est typiquement, à mes yeux, un film pour l’automne, ce n’est pas que pour son nom : en plus d’être une oeuvre cinématographique qualitativement dramatique, c’est pour moi une véritable ode à la nature qui donne envie d’aller faire des balades en forêt avec des bottes en caoutchouc et d’écouter les feuilles craquer sous nos pieds. Et pourtant, j’ai peur des forêts. C’est dire.

Ciel d’octobre, de Joe Johnston (2000)

Bébé Jake Gyllenhal spotted.

En Virginie, dans la ville de Coalwood, les hommes sont mineurs de père en fils. Le fils du cadre, un peu paumé niveau orientation, ne sait pas ce qu’il va faire de sa vie jusqu’au jour où le satellite Spoutnik 1 est mis en orbite en 1957. À compter de ce moment, il se met en tête de construire des fusées avec ses amis avec l’envie de remporter le premier prix d’un concours de science.

Ciel d’octobre est une adaptation cinématographique de Rocket Boys de Homer Hickam Jr. Tournant autour du thème de l’acomplissement de ses rêves, de la confiance en soi et de l’amour filial, ce film est parfait pour les jours de déprime. Après l’avoir vu, il y a de fortes chances pour que vous ayez un gros boost de motivation façon « moi aussi, je peux réaliser tout ce que j’ai envie de faire », même si sur le coup, votre principal objectif est de vous lever de votre canapé pour aller vider votre vessie.

Quand Harry rencontre Sally, de Rob Reiner (1989)

Sur un scénario de la (vraiment très) regrettée Nora Ephron, Quand Harry rencontre Sally raconte l’histoire d’un homme et d’une femme qui se sont toujours mutuellement insupportés depuis leur rencontre à la fac. Évidemment, je ne vous spoile rien en vous disant qu’ils finissent par réaliser qu’ils sont fous l’un de l’autre et que sous la haine se cache une bonne dose de mièvrerie, comédie romantique rimant avec amour non assumé (non, mais qu’importe). Mais New York y est si bien filmé, la qualité de l’image qui a mal vieilli donne au tout un charme très 90s, et la balade dans Central Park au beau milieu de l’automne suffit à me donner envie de regarder ce film, encore et encore.

Will Hunting, Gus Van Sant (1997)

Un orphelin qui a toujours été habitué à être abandonné par son entourage, balayeur au Massachusetts Institute of Technology, se fait remarquer par un professeur de mathématiques qui décèle en lui le potentiel d’un génie du chiffre. Will Hunting est un vrai feel good movie, mais pas dans le sens hystérique du terme. C’est à mes yeux typiquement le genre de films qui donne envie d’accomplir tout un tas de trucs, de trouver la paix avec soi-même comme avec les autres, un peu comme le Cercle des poètes disparus.

Un film avec de l’amour, la musique d’Elliott Smith, des feuilles jaunes sur les arbres, la barbe de Robin Williams et le nez de Matt Damon.

Home for the holidays (Week-end en famille), de Jodie Foster (1995)

Ce film – le premier long métrage réalisé par Jodie Foster – raconte l’histoire de Claudia Larson, à deux doigts d’uriner sous elle à l’idée d’aller passer les fêtes de Thanksgiving en famille alors qu’elle vient de se faire virer et d’apprendre que sa fille vient de se faire craquer l’hymen par un corps étranger qu’on appelle phallus (ces deux petits drames de la vie peuvent éventuellement être mis sur un pied d’égalité quand on n’a aucun sens des priorités). Elle appelle donc à la rescousse son frère, Tommy, pour qu’il vienne égayer ces quelques jours de festivités.

Je conseillerai, en raison de la concordance des dates, de se garder Home for the Holidays sous le coude pour la mi-novembre histoire de faire la transition entre l’ambiance de l’automne et les décorations de Noël qui s’installent un peu partout dans les rues. À moins que vous ne préfériez vous le réserver pour un soir de déprime quelconque afin de laisser Robert Downey Jr. vous mettre en joie en moins de temps qu’il n’en faut pour dire « ta braguette est ouverte ».

Et vous, quels sont les films que vous aimez regarder quand l’automne est joyeux et pas trop pluvieux ?

Valeur : + de 35€
18.90€ + 4€ de livraison

Sophie Riche

Eh, salut toi ! Avant, mon pseudo, c'était Sophie-Pierre Pernaut, mais comme c'était un peu long et que j'aime bien mon vrai nom, j'ai repris mon blaz. Mais bon, tu peux m'appeler Sophie-Pierre Pernaut ou Sophie-Pierre ou SPP ou même dauphin. C'est toi qui choisis. Sinon J'ai 25 ans jusqu'à ce que j'en ai 26, puis 27 et ainsi de suite jusqu'à ce que je meurs ; tu connais le principe.

Tous ses articles

Commentaires
  • Hurricane.
    Hurricane., Le 12 octobre 2012 à 14h26

    Good Will Unting (+ la dernière saison de gossip girl) : Hmh un bon programme pour squatter sous sa couette :d

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!

Gestion des cookies

Partages sur les réseaux sociaux

Grâce à ces cookies, nos articles peuvent être directement partagé sur les réseaux sociaux via des boutons de partages. Ces cookies sont gérés par l'éditeur de chaque réseau social.

Facebook, Twitter, Pinterest, Whatsapp
facebook
twitter
pinterest
whatsapp

Mesures d'audience

Nous mesurons les visites de manière anonyme sur les différents articles pour comprendre les intérêts de nos lectrices.

_ga, _gaq, _gid,
_ga, _gaq, _gid
cb

Stream

Nous faisons parfois des lives sur Youtube ou Facebook. On utilise ce cookie pour ne pas afficher les streams si tu ne souhaites pas les voir sur le site.

hideStream

Publicitaires

Ces cookies sont déposés par Smart AdServer et DFP, les outils que nous utilisons pour afficher des publicités sur le site. Ces publicités servent au financement de madmoiZelle et sa rédaction.

smartadserver, doubleclick
smartadserver
doubleclick

Close your account?

Your account will be closed and all data will be permanently deleted and cannot be recovered. Are you sure?