Jacky au royaume des filles : rencontre avec Riad Sattouf

Jacky au royaume des filles : rencontre avec Riad Sattouf

On a rencontré Riad Sattouf, le réalisateur de Jacky au royaume des filles, qui nous parle de langue, de religion et de féminisme. Entretien et article garantis sans spoilers !

Et si on inversait les rôles ?

Jacky au royaume des filles, c’est l’histoire de Cendrillon, si Cendrillon avait été un garçon, et le prince charmant, une princesse. L’histoire se déroule sur fond de régime totalitaire, qui n’est pas sans rappeler l’ambiance de 1984.

Le film a d’ailleurs été tourné en Géorgie, dans un lieu authentique, et les figurants sont des habitants de la région.

« Cendrillon » est un garçon. Du coup, tout est inversé, non pas pour montrer ce que donnerait une société aux mains des femmes, mais pour démontrer le ridicule d’une société entièrement dominée par l’un des genres.

Vincent Lacoste, l’interprète de Jacky, nous précise qu’il ne s’agissait pas de jouer une fille, mais bien de jouer un garçon « sans virilité ». En effet, dans la société bubunnaise, c’est la féminité qui se retrouve valorisée, de la même manière que la virilité l’est dans notre société.

Toute ressemblance serait purement fortuite…

La république démocratique et populaire de Bubunne est donc une société dans laquelle naître fille ou garçon vous prédispose à des destins totalement différents.

Dans un cas, vous êtes naturellement valorisé•e, encouragé•e à exercer des responsabilités, comme celle de travailler pour nourrir votre foyer. Vous êtes amené•e à assumer naturellement des positions de pouvoir, comme celle de chef de famille. L’autorité vous valorise.

Dans l’autre cas, on insiste sur l’importance de vos qualités physiques et esthétiques, tout en vous enjoignant de faire attention aux parties de votre corps que vous laissez exposées à la vue de tous. Votre corps a le don d’exciter l’autre sexe, c’est votre responsabilité de le couvrir selon le niveau de décence établi par la société. Vous avez alors pour perspective centrale d’accomplissement de soi, celle de réussir votre mariage et de vous reproduire, un peu comme on peut le voir dans ce teaser du film :

… Ça vous rappelle quelque chose ?

Jacky au royaume des filles n’est pas la caricature de ce que serait une société matriarcale. C’est une image-miroir de notre propre société, où le ridicule du patriarcat est exacerbé par la dimension totalitaire de cette domination. Le film de Riad Sattouf nous renvoie à l’absurde de la hiérarchie des genres de notre propre société.

Vu comme ça, c’est vrai que c’est une absurdité…

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 6 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Clemessi
    Clemessi, Le 29 janvier 2014 à 23h04

    rainbowarrior;4584139
    clemessi;4584053
    Interview très intéressante! J'ai beaucoup aimé le passage sur "si tu as une fille" par ce que j'ai une fille et effectivement c'est tout à fait les questions que je me pose!
    Par contre je trouve un peu triste qu'il dise qu'il est pas feministe par ce que meme s'il défend l'egalité femme-homme il est contre les atteintes à la virilité de l'homme, je trouve qu'il tombe dans la caricature pour le coup...

    Ah et si je peux me permettre, et même si j'y connais rien du tout, je trouve le montage un peu moche :red:
    Je pense que tu as mal compris, il dit qu'il est pour s'en prendre à la virilité des hommes. Sa BD pascal brutal, c'est juste du foutage de gueule, il ridiculise son personnage, qui est l'incarnation de la virilité.
    Et si il ne  se dit pas féminisme c'est parce qu'il pense qu'en tant qu'homme il est illégitime de se dire féministe.
    Enfin c'est ce que j'ai compris.

    Sinon effectivement son point de vue à l'air super cool, c'est rare de voir des gens aussi engagés.
    :facepalm: ok au temps  pour moi je vais m'enterrer quelque part

Lire l'intégralité des 6 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)