Le beat de la Week #6 : Ray Lamontagne, Can I stay

Que diriez vous d'un brin de douceur pour commencer cette semaine avec le très doux titre Can I Stay de Ray Lamontagne ?

Le beat de la Week #6 : Ray Lamontagne, Can I stay

Ray Lamontagne est un auteur, compositeur, interprète américain né en 1973. Il évolue dans un style folk très épuré avec sa voix profonde et ses douces mélodies. Ce titre, tiré de son second album Till the Sun turns black, est un excellent exemple de ce dont est capable l’artiste. Ses chansons sont à l’image de l’homme : timides, douces et réservées révélant un mélange parfait entre simplicité et émotion.

J’arrête de faire durer le suspense, je vous laisse découvrir :

Chargement du lecteur...

Vous avez peut être d’ailleurs déjà entendu sa très belle reprise de la chanson Crazy de Gnarls Barkley.

Chargement du lecteur...

Et une reprise des Bee Gees en duo avec Damien Rice sur le plateau de Taratata:

Chargement du lecteur...

See you next week for a new beat !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 2 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Romeowyn
    Romeowyn, Le 4 octobre 2011 à 10h08

    Ooooh Ray LaMontagne :d Mais vous êtes un peu à la bourre, ça fait un bail qu'il est sorti cet album ! Je m'étonne que vous n'ayez pas parlé de la SUBLIME "Empty" Ray Lamontagne - Empty (song and lyrics) - YouTube
    A noter que c'est aussi un excellent songwriter, ses paroles sont incroyables, jugez plutôt :

    She lifts her skirt up to her knees,
    walks through the garden rows with her bare feet, laughing.
    I never learned to count my blessings,
    I choose instead to dwell in my disasters.
    I walk on down the hill,
    through grass, grown tall and brown
    and still its hard somehow to let go of my pain.
    On past the busted back of that old and rusted Cadillac
    that sinks into this field, collecting rain.
    Will I always feel this way?
    So empty, so estranged.

    And of these cut-throat busted sunsets,
    these cold and damp white mornings
    I have grown weary.
    If through my cracked and dusted dime-store lips
    I spoke these words out loud would no one hear me?
    Lay your blouse across the chair,
    let fall the flowers from from your hair
    and kiss me with that country mouth, so plain.
    Outside, the rain is tapping on the leaves,
    to me it sounds like they're applauding us the the quiet love we made.
    Will I always feel this way?
    So empty, so estranged.(...)

    Et en plus, il est beau :shifty:

Lire l'intégralité des 2 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)